Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Articles avec #retraites

Repas des vieux au Haillan.

8 Avril 2017, 19:26pm

Publié par Bernardoc

Traditionnel repas marqué par l'austérité que nous subissons depuis cinq ans. Mais c'est en tant qu'ancien élu que je peux m'en rendre compte, car en tant que vieux, rien n'a changé, à part peut-être l'apéro : le kir a remplacé le punch ou la sangria.

Le repas fut super, comme vous le prouve le menu (bravo au traiteur Deval !), et nous avons apprécié le vin de l'AMAP. L'orchestre « Céleste » nous a fait danser – et les vieux aiment ça ! -, mais contrairement aux années précédentes il n'y a pas eu de spectacle.

Peu d'élus, dommage ; lorsque moi j'étais élu (avant d'être vieux), c'est une majorité d'élus de tous bords qui participaient à cette journée avec leurs conjoints.

Nous fûmes contents de revoir et de discuter avec de vieux (bien sûr) amis pour lesquels nous nous faisions du souci.

Les photos ci-dessous témoignent du plaisir que chacun a pris lors de ce repas dansant.

Vivement l'année prochaine !

Et ce n'est pas fini...

Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.
Repas des vieux au Haillan.

Voir les commentaires

Les retraités s'occupent de leur avenir.

30 Mars 2017, 14:52pm

Publié par Bernardoc

Après la MGEN hier, c'était au tour des retraités unis d'occuper la place Pey Berland aujourd'hui. C'était l'occasion pour les quelques centaines de présents (Le Haillan était fortement représenté) d'affirmer quelques évidences que l'on n'entend que trop rarement :

    • Non, les retraités ne sont pas une charge pour la société ; mais est-ce une raison pour leur avoir fait perdre 20% de leur pouvoir d'achat au cours des 20 dernières années ?

      • Le pouvoir d'achat des retraités, ce sont des millions d'emplois ; et 20% de la consommation est assurée par les retraites.

      • Le montant moyen d'une pension était en 2015 de 1 066 €.

      • Nous sommes une force sociale et économique indispensable dans notre pays et nous contribuons pour plusieurs milliards dans le PIB de la France.

      • Les 15,6 millions de retraités ont une exigence : la reconnaissance de leur place dans la société.

Après le rassemblement, c'est un court défilé qui nous a conduit vers le conseil départemental où une délégation a été reçue.

Et ce n'est pas fini...

 

Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.
Les retraités s'occupent de leur avenir.

Voir les commentaires

Journée des vieux.

4 Avril 2015, 19:05pm

Publié par Bernardoc

         Aïe aïe aïe ! Je suis politiquement incorrect : j’aurais dû dire les anciens, les aînés, les seniors…M’en fous : je suis vieux et je l’assume, il n’y a rien de péjoratif à utiliser ce terme. La preuve, c’est qu’il me sert parfois à obtenir des réductions aux spectacles ou à la Sncf.

         Donc aujourd’hui, c’était le repas dansant au Haillan. Pour la première fois, j’y allais en tant que vieux, après y avoir participé pendant six ans en tant qu’élu. Comme je dis souvent, si ce n’était par plaisir (mais ça l’était), ç’aurait dû être par devoir. Bien maigre participation des élus, j’ai trouvé : à part la maire, nous trouvions quatre élus de la majorité, une de l’opposition. Il faut dire qu’avec l’étranglement budgétaire imposé aux communes par le gouvernement, les conjoints n’étaient pas invités : économies obligent. De plus certains étaient occupés par des affaires religieuses tout au long de ce long week-end qui avait commencé jeudi par une manif dans la rue Ste Catherine. A se demander pourquoi il existe tant de lieux de culte si les manifestants sont obligés de se répandre dans la rue ? A moins que ce soit une question de prosélytisme ? Merde, j’y avais pas pensé !

         Revenons à la journée : trois cents personnes, pas mal de bises et de poignées de main, un abondant apéro et un succulent repas. L’orchestre « Céleste » (ça me rappelle Babar) a fait valser, doblepasser, tangoter, madisoner de nombreux couples, certains nous faisant de véritables démonstrations. Mais tous ceux qui avaient des fourmis dans les pieds ont pu se lever et virevolter. Nous sommes partis avant le rock, mais peut-être fallait-il suffisamment chauffer les articulations avant de s’y lancer.

         Bref, une belle journée et à l’année prochaine.

         Quelques photos :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6133930326649142673?authkey=CIbPnsex48-FeQ

Et ce n’est pas fini…

 

Voir les commentaires

Mobilisation des retraités.

16 Mars 2015, 08:24am

Publié par Bernardoc

Depuis plusieurs années, les 16 millions de retraités de ce pays, du secteur public comme du privé, constatent que leur situation ne cesse de se dégrader. Par dizaines de milliers, les 3 juin et 30 septembre, ils ont montré leur colère et leur détermination à ne pas laisser se poursuivre la dégradation de leur pouvoir d’achat, de leurs droits et garanties en matière de retraite et de protection sociale.

Pour nos organisations, la retraite n’est pas un privilège ou une prestation sociale. Elle est un droit obtenu par le travail et son niveau est directement le résultat des rémunérations perçues pendant la vie professionnelle et le nombre d’années cotisées, corrigé de mesures de solidarité.

 

Inacceptable que 10 % des retraités vivent sous le seuil de pauvreté, que 7 % des retraités de 60 à 69 ans occupent un emploi en 2012, chiffre qui a doublé depuis 2006. La moitié d’entre eux y sont contraints par le montant insuffisant de leur pension.

 

Inacceptable, aucune revalorisation des pensions depuis le 1er avril 2013 alors que le pouvoir d’achat des retraités baisse depuis des années du fait de l'augmentation constante des dépenses contraintes et des multiples mesures fiscales (CASA, disparition de la demi-part parent isolé, fiscalisation de la majoration pour 3 enfants, augmentation de la TVA, modification de l'assiette de la CSG, …). Aujourd'hui trop de retraités, et particulièrement des femmes, sont en dessous du seuil de pauvreté, y compris avec une carrière complète. L’aggravation de la baisse du pouvoir d’achat des retraités ne résoudra en rien les difficultés financières des régimes de retraites, ni ne favorisera le retour de la croissance.

 

Inacceptablesles reports successifs de la mise en œuvre de la loi sur l'adaptation de la société au vieillissement, alors que le reste à charge des personnes en perte d'autonomie ne cesse de croître. Les 0,3 % de la CASA prélevés sur les pensions doivent être intégralement attribués au financement de la perte d'autonomie.

 

Inacceptable que l'accès aux soins devienne de plus en plus difficile du fait du manque de médecins, des dépassements d'honoraires, du désengagement de la Sécurité Sociale provoquant l'augmentation du prix des complémentaires santé.

 

Dans l'immédiat, les retraités revendiquent :

·      La fin du gel des pensions et l'amélioration du pouvoir d'achat des retraités avec l'indexation des pensions sur l'évolution des salaires et un minimum de retraite équivalant au SMIC pour tout retraité ayant une carrière complète.

·       La mise en œuvre courant 2015 de la loi sur l'adaptation de la société au vieillissement et la prise en charge de la perte d'autonomie par la Sécurité Sociale.

·       Le développement et le renforcement des services publics indispensables à une vie digne, en particulier dans le domaine de la santé.

 RASSEMBLEMENT DEMAIN MARDI 17 MARS A 10 HEURES,                                           PLACE GAMBETTA,                      BORDEAUX

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Retraite au soleil.

27 Janvier 2015, 09:00am

Publié par Bernardoc

         Nouveau classement dans lequel les choix de Depardieu n’apparaissent pas, mais il est vrai qu’il n’est pas encore à la retraite, quoique…

         Donc, cette liste a été établie en fonction de plusieurs critères, notamment : le coût de la vie (mais on y trouve quand même deux pays de la zone euro), le climat (largement au sud du 45ème parallèle nord), la sécurité (certains choix m’étonnent par rapport à ce critère) et la valeur de l’immobilier (quand on peut acheter une villa pour le prix d’un studio à Paris).

         Voici donc ces pays dans l’ordre :

-      Portugal ;

-      Thaïlande ;

-      Maroc ;

-      Maurice ;

-      Espagne ;

-      Bali ;

-      République dominicaine ;

-      Tunisie ;

-      Sénégal ;

-      Brésil.

Je dois dire que moi je me sens bien dans mon pays, mais que cela ne m’empêche pas de militer pour l’amélioration de nos conditions de vie, car il faut dire que depuis quelques années les retraités subissent plus que nécessaire.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Générosité.

21 Janvier 2015, 16:12pm

Publié par Bernardoc

         La CARSAT (Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé Au Travail) vient de m’envoyer une notification de retraite. Le montant brut est : 2,39 € par mois ! La majoration pour enfants (10%) se monte à 0,23 € (curieux comme arrondi : habituellement, on m’a toujours appris que jusqu’à 0,4 on arrondissait au-dessous et au-dessus à partir de 0,5 ; pour la Carsat, 0,239 ne fait pas 0,24, mais 0,23 ; c’est toujours ça de gagné !), et avec les prélèvements obligatoires, on arrive à la royale somme de 2,45 € /mois. On m’a prévenu que je toucherais cette mirifique retraite lorsque la somme arrivera à 22 €, donc à peu près une fois par an.

         J’ai interrogé la Carsat pour savoir si en cas de décès cette somme serait reversée à ma veuve : la réponse fut « oui », mais j’ai omis de demander le coefficient de réversion.

         Comme les autres périodes où je travaillais pendant les vacances j’étais fonctionnaire, pris d’un soudain espoir de logique administrative, j’ai demandé si je pouvais avoir un rappel depuis que j’ai quitté ma vie d’active de fonctionnaire. La réponse fut : « Non ». J’ai donc fait un don de 149,45 € à la sécu. J’espère qu’elle me remerciera pour cette générosité.

         Reste plus qu’à voir ce que va me rapporter maintenant l’Agirc-Arrco. Je vais remplir le dossier et je ne manquerai pas de vous faire savoir le résultat.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Lettre ouverte CoReM.

8 Décembre 2014, 17:19pm

Publié par Bernardoc

Monsieur le Président de l’UMR,

 

         Je ne prends pas la peine de vous envoyer copie de cette lettre ; chaque fois que je vous ai écrit, vous n’avez même pas eu la courtoisie d’accuser réception. Moi qui ai pratiqué les métiers pour lesquels j’avais été formé jusqu’à ma retraite, en face à face avec des élèves, des parents ou des enseignants, je n’aurais jamais pu me permettre d’avoir cette attitude méprisante vis-à-vis de ceux qui s’adressaient à moi.

         Vous m’annoncez, dans votre circulaire du 4 courant, que mon allocation annuelle provisoire va subir une baisse de 33,28%, pour me garantir « le versement de [ma] rente à vie ». Comment voulez-vous que nous vous croyions ? Il y a une dizaine d’années, c’était déjà – 16% qui devaient régler vos problèmes de gestion. J’ai toujours des articles achetés à la CAMIF et garantis à vie, ce qui m’avance bien, et c’est ce qui risque d’arriver bientôt au CoReM. Qui me versera ma rente lorsque vous aurez disparu ?

         Pourtant, à l’époque vous aviez embauché de jeunes loups financiers qui devaient toucher un salaire sans commune mesure avec ceux des adhérents Mrifen (eh oui, je suis vieux, j’ai milité à la Mrifen !). Je suppose qu’on leur a offert un pont d’or pour une rupture conventionnelle, maintenant qu’ils ont joué – et perdu – un tiers de nos économies.

         Je n’ai pas encore rejoint le C.I.D.S. (Comité d’information et de Défense) mais maintenant la coupe est pleine et je ne devrais pas tarder à le faire avec mon épouse, lésée comme moi.

         Inutile de vous dire que je ne vous crois pas lorsque vous m’assurez de vos « sentiments mutualistes les meilleurs ».

Bernard P. SARLANDIE

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Pourquoi je vais à Paris demain.

2 Juin 2014, 12:37pm

Publié par Bernardoc

Alors que le pouvoir d’achat des retraités baisse depuis des années, le gouvernement entend geler les pensions jusqu’en octobre 2015. C’est INACCEPTABLE ! Trop de retraités, et particulièrement des femmes, sont en dessous du seuil de pauvreté.

Il annonce d’autres mesures « d’économies » que nous ne pouvons accepter :

  10 milliards « d’économies » pris sur l’assurance maladie : c’est une régression évidente dans l’accès aux soins !

11 milliards « d’économies » sur les autres secteurs de la protection sociale ;

18 milliards « d’économies » sur le fonctionnement de l’Etat et 11 milliards pris sur les collectivités locales : c’est une nouvelle régression des services publics qui impactera l’ensemble de la société (recul des services de proximité, des transports...).

Les réactions négatives à ce plan d’austérité ont permis un infléchissement dérisoire pour les pensions inférieures à 1 200 €.     L’éventuelle revalorisation du niveau de l’inflation au 1 er octobre 2014 est tout à fait insuffisante et n’améliorera pas la situation des retraités concernés.

La retraite n’est pas un privilège ou une prestation sociale. Elle est un droit obtenu par le travail et son niveau est directement le résultat des rémunérations perçues  pendant la vie professionnelle et le nombre d’années cotisées. L’aggravation de la baisse du pouvoir d’achat des retraités ne résoudra en rien les difficultés financières des régimes de retraites, ni ne favorisera le retour de la croissance. Ce sont la création d’emplois, la revalorisation des salaires, l’égalité des salaires des femmes, l’arrêt des exonérations de cotisations, l’élargissement de l’assiette à tous les revenus distribués par les entreprises qui créeront les ressources nécessaires.

La politique accroissant l’austérité appellera d’autres reculs, alimentera la spirale infernale de la baisse de la demande, de la récession, des suppressions d’emplois et des baisses de cotisations... Il est urgent de mettre en place d’autres orientations économiques et budgétaires et un autre partage des richesses. Depuis 1986, les réformes se sont succédé pour durcir les conditions d’obtention de la retraite et réduire le niveau des pensions : passage de 10 à 25 ans pour les salariés du privé, indexation des retraites sur les prix et non sur les salaires, décote, allongement des durées de cotisation... suppression de la demipart supplémentaire aux veufs et veuves, fiscalisation brutale du supplément de 10% pour les retraités ayant eu 3 enfants ou plus et, depuis le 1 er avril 2013, instauration d’une taxe de 0,3% pour les retraités imposables. Cette contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA) a été  de plus détournée de son affectation.

Refusons toute nouvelle dégradation. Pour nos Organisations, l’heure est à la mobilisation autour de ces revendications principales :

Ø Contre le gel des pensions et retraites ;

Ø Pour l’amélioration du pouvoir d’achat de tous les retraités et le retour à la revalorisation annuelle des pensions et pensions de réversion ;

Ø Pour que la Loi pour l’adaptation de la société au vieillissement soit déposée dès maintenant par le Gouvernement sur le bureau de l’Assemblée nationale, débattue et votée ;  

Ø Pour le développement de services publics de qualité, indispensables à l’ensemble des citoyens (transports, santé, etc...).

Et ce n’est pas fini…

 

Voir les commentaires

Nous ne serons pas concernés, mais nos enfants ?

16 Avril 2014, 11:32am

Publié par Bernardoc

Selon une étude Insee consacrée aux réformes successives des retraites depuis 20 ans et qui a été publiée hier, le niveau de vie moyen des retraités va baisser par rapport à celui des actifs. L’écart devrait se creuser d’ici 2060. En effet, le "calcul des droits à retraite est devenu moins avantageux" suite aux différentes réformes.

L’écart devrait donc se poursuivre et dépendra de la croissance économique à venir de la France. Ainsi, plus la croissance sera forte, plus l’écart sera élevé.
Afin d’établir le niveau de vie, l’institut a inclus dans son calcul les avantages des retraités, qui n’ont pas d’enfants à charge et qui sont généralement propriétaires (donc sans loyer à payer).
Si ces avantages n’avaient pas été pris en compte, l’écart serait d’autant plus fort.

Les réformes mises en place depuis les années 1980 ont en revanche réussi à faire baisser le poids des pensions dans le budget public. A défaut de telles mesures, elles auraient représenté entre 20 et 21 points du PIB en 2060, contre 12 à 15% aujourd’hui. D’après Planet.fr

Au début 2010, en pleine époque sarkozyenne, j’avais consacré toute une série de billets pour expliquer la possibilité d’une nécessaire et équitable réforme des retraites. Après que j’ai voté, comme les 4 millions d’électeurs du Front de Gauche, au deuxième tour des élections présidentielles pour le candidat Hollande, je n’imaginais pas que le gouvernement qu’il allait nommer allait mettre ses pas dans ceux de ses prédécesseurs et que les « réformes » poursuivies allaient conduire à nouveau vers une situation qui avait été oubliée : la réapparition de retraités pauvres. Mais la baisse du poids des pensions dans le PIB est sans doute considérée par nos dirigeants comme une grande victoire.

Bon courage les petits, nous on a fait ce qu’on a pu…

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Avec les retraités de la CGT Educ'action.

5 Avril 2014, 00:46am

Publié par Bernardoc

         La commission exécutive de notre Section Nationale des Retraités ayant été décentralisée à Cahors (académie de Toulouse), les académies voisines pouvaient emmener des invités dans leur délégation. Je m'étais donc joint aux deux camarades titulaires, le troisième n'ayant pu se déplacer.  Trois demi-journées de débats intenses et fraternels, commencés sous le soleil et terminés sous la pluie, avec le plaisir de chanter  en chœur L'Internationale (que l'on n'entend quasiment plus dans les manifestations) ont permis aux militants d'échanger et de repartir plus forts vers leurs académies.

         Après l'accueil par le secrétaire régional qui nous a présenté l'académie, en soulignant notamment son étendue (450 km entre Decazeville au nord et Luz St Sauveur au sud), c'est Daniel, notre trésorier bordelais, qui nous a fait le point de la situation générale, dont j'ai retenu trois points : « revirements, abandons, trahisons ». Un camarade a proposé de rajouter parmi les combats à mener celui de la lutte pour les libertés syndicales. Le débat qui a suivi a débouché sur la constatation qu'en tant que retraités, c'est avec les retraités des autres professions que nous avions intérêt à nous engager pour faire aboutir nos revendications de citoyens.

         Puis notre secrétaire général a fait un bilan du congrès de l’UCR (Union Confédérale des Retraités) auquel succéda la présentation des textes du congrès à venir de notre syndicat, à Seignosse dans les Landes.

         Des camarades locaux, non-enseignants, non-retraités, vinrent ensuite nous éclairer sur la situation des services publics en milieu rural, présentation intitulée « Le déménagement ». Nous avons été très intéressés en découvrant l’opiniâtreté d’une lutte qui a duré 6 ans et 4 mois pour obtenir la réouverture de quinze gares fermées par la SNCF.

         La soirée fraternelle fut animée par un imitateur local qui avait un talent certain, et qui savait à quel public il avait à faire.

         La dernière matinée fut consacrée aux rapports financiers, au site internet et à un appel à fournir des articles pour notre revue nationale.

         La traditionnelle photo clôtura dans la bonne humeur ces deux jours de travail, avec un appel pour trouver un lieu pour notre prochaine conférence nationale. Donc, toujours du pain sur la planche.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>