Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

La victoire des abstentionnistes.

30 Juin 2017, 18:27pm

Publié par Bernardoc

Les chroniqueurs ont déploré le taux élevé d'abstentions lors des dernières élections : du jamais vu ! Mais quelques semaines avant on entendait les gens dire tout le mal qu'ils pensaient des politiciens.

Eh bien ce nouveau gouvernement, ni de gauche, ni de gauche leur donne entièrement raison. On a pris les pires des deux précédents quinquennats et on voudrait que ça encourage les gens à aller voter ? Mais enfin, où sont les différences ? Le point d'indice des fonctionnaires continue à être gelé ; nos pensions, non seulement n'augmentent pas, mais sont ponctionnées de 1,7% supplémentaires. Le ministre de l'intérieur se comporte de façon pire que Valls ; tous les deux semblent bien avoir oublié les engagements philosophiques de leur jeunesse et abandonné toute humanité. Il paraît que le président prône la bienveillance, mais où est-elle ? L'assemblée devient un bunker où l'on ne doit entendre qu'une seule voix. Combien de temps va-t-il falloir attendre avant que le président décrète qu'un certain nombre de députés seront nommés par lui ? Je vous assure que ça nous pend au nez.

Quant au premier ministre, il tombe à bras raccourcis sur le précédent gouvernement, feignant d'ignorer que son supérieur hiérarchique (puisqu'on parle de collaborateur) en a été une pièce maîtresse pendant des années, mis en place par Hollande pour tester la politique qu'il allait appliquer après.

Sarkozy, Hollande, Macron : une parfaite continuité. Les deux premiers ont tout gagné ; la résistance sera-t-elle à la hauteur pour les 59 mois qui reste ? Je le souhaite, mais honnêtement, j'en doute.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Dans le magazine départemental.

29 Juin 2017, 10:44am

Publié par Bernardoc

Intéressantes tribunes libres des groupes constituant la majorité : le groupe socialiste et EELV.

Le premier (rappelons qu'il était majoritairement en faveur de Hamon, contrairement aux élus nationaux du département qui soutenaient Valls) feint de s'étonner des mesures annoncées par le gouvernement de droite qui vient d'être désigné par le président ni de gauche, ni de gauche. Il cite : la réduction des budgets territoriaux, la suppression de 120 000 fonctionnaires, la suppression des départements, l'absence de ministère du logement et des vieux (je préfère le terme véritable aux périphrases du politiquement correct). Mais je ne me souviens pas avoir entendu de bronca généralisée de nos élus départementaux lorsque le ministre chouchou de Hollande entamait déjà ses attaques violentes contre « les gens » (comme dirait l'autre). A ma connaissance, seul un vice-président du conseil départemental s'est élevé contre la politique néfaste (de droite!) menée lors du précédent quinquennat.

Quant à la tribune des écolos (qui sont arrivés où ils sont grâce au PS départemental), elle montre un certain réalisme vis à vis de la nomination d'un ministre qui est allé à la soupe dans un gouvernement qui, dans sa majorité, prône une politique très éloignée de celle que souhaiterait l'ancien animateur de l'émission « Ushuaïa » sur la télé de Bouygues.

Ces réflexions sont bienvenues, mais le réveil n'est-il pas un peu tardif ?

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Etat d'urgence

28 Juin 2017, 10:54am

Publié par Bernardoc

L’état d’urgence,

ÇA SE REFUSE !

MIEUX PROTÉGER LES FRANÇAIS ? L’ÉTAT D’URGENCE EN QUESTIONS

 

Alors que l’état d’urgence est reconduit encore et encore, alors que les dirigeants politiques de notre pays envisagent de faire entrer ses mesures d’exception dans le droit commun, il est urgent d’interroger son bilan et son efficacité, contre le terrorisme comme au regard de nos droits et de nos libertés.

L’état d’urgence a-t-il été efficace ? Un temps seulement

 

L’état d’urgence nous protège-t-il ? Pas mieux que le droit commun

 

L’état d’urgence favorise-t-il dérives, abus et défiance ? Oui

 

L’état d’urgence affaiblit-il l’état de droit ? Oui

 

Faut-il rompre avec l’état d’urgence et ses dérives ? Oui, vite

 

Prolonger et normaliser l’état d’urgence, n’est-ce pas un piège ? Si

 

Les mesures arbitraires sont-elles réellement répandues? Hélas oui

 

Vers une fracture sociale aggravée ? Le risque est réel

 

Ce document résume l’argumentaire élaboré par des organisations membres du réseau Etat d’urgence/antiterrorisme qui regroupe Acat-France, Action droits des musulmans, Amnesty International France, Arié Alimi avocats, Bourdon & Associés, Credof, Gisti, Human Rights Watch, La Quadrature du Net, Ligue des droits de l’Homme, Observatoire international des prisons - section France, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la magistrature.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Athènes.

27 Juin 2017, 13:37pm

Publié par Bernardoc

J'avais protesté lors du précédent voyage contre le fait qu'une (courte) visite de la capitale ne soit pas organisée. Mais on le fait chaque fois, me fut-il répondu. Donc cette fois-ci c'était une de mes demandes et je pense que nous fûmes la majorité à apprécier cette visite. Avant d'y arriver, je pris soin de lire, comme je le fais souvent, le texte d'un grand auteur concernant la ville. En l'occurrence il s'agissait de Lamartine, dont la prose (je dois avouer que je connaissais surtout ses poèmes) m'a séduit. Je le situe au même niveau que Victor HUGO. Jugez plutôt : « Je passe des heures délicieuses couché à l'ombre des propylées, les yeux attachés sur le fronton croulant du Parthénon ; je sens l'antiquité tout entière dans ce qu'elle a produit de plus divin ; le reste ne vaut pas la parole qui le décrit ! L'aspect du Parthénon fait apparaître, plus que l'histoire, la grandeur colossale d'un peuple. »

Le groupe s'est scindé en deux : la moitié se dirigea vers l'Acropole, l'autre moitié éclatait de son côté, chaque petit groupe vaquant à ses occupations.

Ce fut donc la fin d'une frustration pour moi, depuis que certains de mes élèves de Langevin avaient visité ces monuments.

Nous partîmes donc de l'hôtel sous une pluie d'orage ; j'abandonnais donc casquette et lunettes de soleil au profit de l'imperméable et arrivés au pied de l'Acropole (deux stations de métro plus loin), le soleil était à nouveau éclatant sous le ciel bleu.

Après la citation du poète (tiré de la collection « Heureux qui comme... », publié chez Magellan & Cie, je me contente de vous faire profiter des nombreuses photos que j'ai prises à l'occasion (peut-être un jour si j'arrive à les importer !)

.

En redescendant, du plateau, après m'être acheté une casquette grecque, halte dans un café sur la place du parlement en attendant la relève de la garde, un spectacle à ne pas manquer, et sans trop de spectateurs puisqu'il se produit toutes les heures.

Et ce n'est pas fini...

Athènes.

Voir les commentaires

Problème.

26 Juin 2017, 23:56pm

Publié par Bernardoc

Difficultés à importer des images. On verra demain.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Skiathos.

25 Juin 2017, 07:17am

Publié par Bernardoc

Une visite en Grèce ne se conçoit pas sans une excursion dans au moins une île. Cette année, c'était Skiathos, la plus petite île des Sporades. Elle possède un aérodrome sur lequel atterrissent des avions raisonnablement gros, mais nous y sommes allés au moyen d'un ferry confortable, par une mer d'huile et sous un soleil qui nous a permis de profiter du pont supérieur, à l'ombre de bâches bienvenues.

Un peu plus de deux heures de traversée et le groupe éclate. Chacun part de son côté, qui à pied, qui en bus, à la découverte des beautés de cette île.

Nous commençons par grimper par de petites ruelles en escalier jusqu'à l'église St Nicolas (si je ne m'abuse), d'où nous avons une belle vue sur la ville. En redescendant nous tentons de visiter la maison natale de l'écrivain Alexandros PAPADIAMANDIS (mort en 1911). Elle était ouverte, mais personne pour nous vendre les billets. Nous avons donc poursuivi notre chemin jusqu'à la petite presqu'île de Bourtzy sur laquelle se dresse un musée, fermé à l'heure à laquelle nous nous sommes présentés.

Nous décidons donc de partir à la plage, ce qui nous a obligés à regrimper dans de petites ruelles fort agréables pour redescendre, après avoir visité un cimetière classé, sur une petite plage familiale. Ce jour-là, je n'avais pas oublié mon maillot !

De retour, nous tombons sur Jean, Monique et Florence attablés dans un restaurant (avec vue!) et nous nous joignons à eux. Nous poursuivrons notre descente avec eux jusqu'à un café qui nous permis d'attendre l'heure de départ du ferry. J'en profitais aussi pour acheter un bouquin de Papadiamandis traduit en français : Une femme à la mer, un recueil de nouvelles dont je vous parlerai sans doute un jour. De retour au quai, tout le monde était là : quelle discipline !

Il m'arrive de passer trois jours sans que mon téléphone ne sonne ; eh bien, pendant ces quelques heures sur l'île, il n'a pas sonné moins de sept fois ! Heureusement que c'est maintenant le même tarif partout en Europe !

Et ce n'est pas fini...

Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.
Skiathos.

Voir les commentaires

Le Pélion.

24 Juin 2017, 09:14am

Publié par Bernardoc

La journée commence sur un très copieux et varié petit déjeuner dans un cadre que l'on serait malvenu de ne pas apprécier.

Le Pélion, presqu'île montagneuse de 44 km sur 25 est un lieu de vacances pour les habitants de Volos (que nous eûmes le loisir d'admirer tantôt à droite, tantôt à gauche de la route – en fonction des lacets) et même d'Athènes, tant en été (magnifiques plages) qu'en hiver (pistes de ski).

Première étape : Makrinista, que nous avions vu il y a cinq ans en route pour Athènes. C'est un village qui ne vit que par et pour le tourisme comme en témoignent les nombreuse boutiques vendant des herbes ou des souvenirs ainsi que les tavernes qui entourent la place, célèbre par son platane au tronc creux. De belles maisons aux toits de lauzes ornent les flancs de la colline. Il était trop tôt pour visiter le musée des arts et traditions populaires.

Nous redescendons ensuite vers Portaria, où nous avions déjeuné la dernière fois. Nous avons apprécié les environs verdoyants et bucoliques.

Puis nous remontons vers le col de Chania, à 1 200 mètres, et une courte halte a permis à ceux qui le souhaitaient d'acheter quelques pots de miel des montagnes.

Dernière étape avant de rejoindre la côte : Zagora, plus gros bourg du Pelion avec ses 3 000 habitants. Nous allons jeter un œil à l'église St Georges (photos interdites), qui se dresse au bord d'une jolie place ombragée. En redescendant vers le car, nous remarquons la mairie : un très grand édifice pour un village de cette taille.

Et nous finissons cette matinée en plongeant vers la mer Egée, pour déjeuner en bord de la plage de Chorefto chez Petros o Dogambros. Je m'en suis voulu de ne pas avoir remarqué cela et de n'avoir pas pris mon maillot de bain...et visiblement la plage n'était pas naturiste.

Retour à l'hôtel et dîner sur les quais où élèves et étudiants fêtaient le début des vacances.

Et ce n'est pas fini...

Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.
Le Pélion.

Voir les commentaires

Kalambaka – Volos.

23 Juin 2017, 07:53am

Publié par Bernardoc

Avant le rassemblement, café grec dans un café qui nous a paru typique, avec le maire et Stefanos et Soula. Apparemment le maire avait entendu parler de l'espéranto, et ce n'est pas moi qui ait mis cela sur le tapis cette fois-ci.

Départ pas trop tôt le matin depuis le parking d'un hôtel où étaient logés certains voyageurs ; mais contrairement à ce qui nous était arrivé à Colindres, ils n'étaient pas abandonnés et le propriétaire était membre du comité. Des bises, des pleurs, encore des pleurs, beaucoup de pleurs...et nous nous arrachâmes des Météores.

Le chauffeur n'était pas très pressé puisqu'il fallait attendre que nos chambres soient prêtes à l'hôtel Xenia Volos City Resort, 4* en bord de mer : une sensation d'être riches en découvrant le site et les locaux.

Nous nous sommes baladés l'après-midi dans les rues piétonnes, qui étaient d'une tristesse sans nom avec la quasi-totalité des magasins fermés ; pour certains, le mardi après-midi était jour de fermeture, mais d'autres n'ouvraient qu'en fin d'après-midi. Nous avons également marché le long du quai jusqu'à la sculpture de l'Argos, le bateau de Jason, que j'imaginais beaucoup plus grand. Ensuite, retour et ploufou dans la mer (d'autres avaient choisi la piscine), et révision de mon texte comme chaque jour du voyage.

Repas de midi et du soir au bord de mer, proche d'une église, et nous fûmes surpris du nombre de parents qui venaient avec leurs jeunes enfants se restaurer tard le soir.

Demain, en route vers la station de ski !

Et ce n'est pas fini...

Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.
Kalambaka – Volos.

Voir les commentaires

Kalambaka 2017, J2.

22 Juin 2017, 09:08am

Publié par Bernardoc

8 heures place de la mairie, départ vers le nord (la Macédoine), mais au bout d'une heure, arrêt à Milia, pour visiter le musée des mammouths. Il s'agit d'un petit musée composé d'une seule salle dans laquelle reposent plusieurs défenses de mammouth, d'environ trois mètres de long chacune, découvertes pétrifiées lors de fouilles dans la région. Il y a aussi d'autres éléments moins imposants. Ce petit musée envisage de s'agrandir, c'est pour cela qu'il a besoin de nombreux visiteurs. Nous en profitons pour partager une collation préparée par nos hôtes, et nous repartons pour une heure de car qui va nous amener à Kastoria, la capitale de la fourrure, très visitée par les riches Russes apparemment.

Mais ce ne sont pas les nombreuses pelleteries qui vont nous attirer, mais la Grotte du dragon. Il s'agit en fait d'une grotte comme il en existe tant , ornée de colonnes, drapés, stalactites et stalagmites. Les photos étaient interdites, mais j'ai craqué à la fin vu que le guide ne disait rien aux nombreux visiteurs qui mitraillaient ce très beau spectacle. Ensuite, petite balade à pied le long du lac jusqu'à...une église et retour vers le centre ville où il a fallu négocier âprement pour pouvoir déjeuner au bord de l'eau.

Le soir, bien sûr, repas dansant dans un lieu proche de Kalambaka, auquel ont participé également Eleni et Grigori, qui nous avaient accueillis aussi la dernière fois. Nous avons appris qu'ils étaient venus au Haillan mais nous ne l'avons pas su. J'en conclus que nous devions être absents.

Demain, départ pour Volos.

Et ce n'est pas fini...

 

Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.
Kalambaka 2017, J2.

Voir les commentaires

Notre première soirée à Kalambaka.

21 Juin 2017, 12:38pm

Publié par Bernardoc

Quatre moments importants l'ont rythmée : la visite à la vieille église byzantine du XII° siècle, sur les hauteurs de la ville, qui était à l'époque le centre du bourg. Toujours pas de photos à l'intérieur ; j'ai donc acheté un dépliant de cartes postales.

Visite au tout nouveau musée d'histoire naturelle qui comporte deux salles bien spécifiques : une sur la faune locale et mondiale, l'autre consacrée aux champignons. C'est une belle réussite et je pense que les enseignants doivent avoir plaisir à y emmener leurs classes. Un musée, c'est quelque chose qui manque au Haillan, et pourtant il me semble qu'il y aurait moyen de démarrer quelque chose, tant du point de vue historique qu'artistique. Mais à part Cheminade, qui a parlé de musées et de chorales lors des dernières présidentielles. (Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : je n'ai pas voté pour lui !)

Troisième moment : la réception à la mairie et l'échange de cadeaux dont le référent du comité de jumelage était porteur.

Enfin, dîner dans une taverne en présence du maire qui a posé avec Rose, la seule élue présente lors de ce voyage. C'est plus tard que j'apprendrai que le maire doit avoir l'onction popale (pas d'erreur) pour espérer pouvoir être élu.

Et comme toujours en Grèce, la soirée se termina par des danses.

Et ce n'est pas fini...

Notre première soirée à Kalambaka.
Notre première soirée à Kalambaka.
Notre première soirée à Kalambaka.
Notre première soirée à Kalambaka.
Notre première soirée à Kalambaka.
Notre première soirée à Kalambaka.
Notre première soirée à Kalambaka.
Notre première soirée à Kalambaka.
Notre première soirée à Kalambaka.
Notre première soirée à Kalambaka.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>