Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Ce fut le collège Paul LANGEVIN.

28 Février 2017, 10:33am

Publié par Bernardoc

Comme promis, voici l'évolution actuelle du site sur lequel nous avons passé six belles années. Là, nous en sommes à la préparation des sols ; la prochaine série de photos sera sans doute lorsque les grues seront entrées en action. Il y a deux panneaux : deux promoteurs afin de respecter la mixité qui permet de vivre ensemble ?

On peut remarquer que les chênes qui abritaient nos conviviaux repas de rue à la fin de l'année ont été conservés. Les enfants qui habiteront ces nouveaux bâtiments feront-ils des batailles de glands similaires à celles auxquelles se livraient nos élèves à l'automne ? Nous étions contents de voir arriver l'hiver !

J'ai même vu qu'il y avait encore le pommier qui était sous nos fenêtres, mais je n'ai pas distingué si la mangeoire pour les oiseaux y était toujours suspendue. Et enfin, dix ans et demi après avoir quitté les lieux, mon nom figure toujours sur la sonnette !

Et ce n'est pas fini...

Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.
Ce fut le collège Paul LANGEVIN.

Voir les commentaires

Témoins.

27 Février 2017, 09:39am

Publié par Bernardoc

Bon, ça y est, on va pouvoir suivre la campagne de loin, le PS et la gauche ayant décidé de s'abstenir d'un deuxième tour. La seule possibilité qui reste serait que la justice fasse son devoir rapidement et déclare inéligibles les candidats de droite et d'extrême droite ; mais je ne connais pas les dossiers aussi bien que les juges et les médias font une grosse campagne pour que la justice se mette en sommeil pendant le temps de la campagne.

JLM ne sera jamais président de la République : il sera trop vieux dans cinq (ou sept) ans. Hamon aura finalisé l'éclatement du PS ; déjà un certain nombre d'élus locaux ont fait savoir, sans toutefois rejoindre Macron officiellement (crainte des menaces d'exclusion ?), que la campagne socialiste se déroulerait sans eux.

Nous attendrons encore un peu (beaucoup?) la VI° République. Les conditions de vie des plus pauvres continueront de se dégrader. Nos retraites et nos caisses de chômage seront de plus en plus en péril. Les riches continueront à s'engraisser.

Le peuple supportera-t-il cela sans réagir ? Il y a cinq ans, c'était un ouf de soulagement qui avait ponctué l'élection d'un socialiste, soulagement qui avait brisé tout élan populaire, contrairement à ce qui s'était passé en 1936. Aujourd'hui, les conditions sont différentes ; l'élection présidentielle n'offrant plus de perspectives de changement, l'initiative mobilisatrice reviendra-t-elle aux syndicats ? Je pense effectivement que ce sera nécessaire pour éviter la fin du détricotage, déjà bien entamé, du programme du Conseil National de la Résistance : « Les jours heureux ».

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Peut-on encore croire à la politique ?

26 Février 2017, 13:33pm

Publié par Bernardoc

Ce titre, en une de Sud ouest dimanche, n'est pas loin de refléter mon état d'esprit actuel. « De scrutin en scrutin, la défiance des Français vis-à-vis de leurs représentants s'accroît » explique le sous-titre.

Et effectivement d'un côté il y a « les Français » et de l'autre « les représentants », en d'autres termes ceux qui ont fait « profession politique », sans jamais avoir tâté de la vraie vie. Les médias feignent de s'étonner que certains députés jettent l'éponge après 36 (vous avez bien lu : trente six) ans de mandat. Que connaissent-ils ceux-là des difficultés paysannes, des TMS (troubles musculo-squelettiques) des ouvriers d'usine ou des ascenseurs en panne dans les HLM ? Mais la place doit être bonne, à moins que ce ne soit un complexe de supériorité vis à vis de la plèbe électrice, sûrement pas d'un niveau intellectuel suffisant pour prétendre s'occuper des affaires de la nation.

Et bien souvent la multiplicité des mandats dans le temps se double également d'une multiplicité de mandats sur les territoires ; d'accord, pour le moment ils sont limités à deux, mais n'est-ce pas un de trop ?

Tous les Français inscrits sur les listes électorales peuvent rendre la justice « au nom du peuple français » par tirage au sort. Pourquoi, plutôt qu'une « dose de proportionnelle » (je suis pour la proportionnelle intégrale) ne pourrait-on pas mettre en place une « dose de tirage au sort » pour la gestion des affaires à tous les niveaux, en commençant par le niveau local ? Mais d'abord rendons le vote obligatoire et infligeons une amende dissuasive (comme pour les sénatoriales) à ceux qui voudraient se soustraire à ce devoir civique. Et, corollaire : comptabilisons les votes blancs ; pour le moment on les compte, mais, même s'il y a 20% de votes blancs, les deux restants seront gratifiés de 60% et 40% par exemple (donc leurs résultats seront majorés). J'ai donc décidé de ne plus voter blanc au deuxième tour, mais nul (si mon candidat n'est pas présent) : le résultat sera le même.

Je me souviens, à la fin de mon mandat municipal, l'ancien maire m'a demandé de présider un bureau de vote, ce que j'ai fait avec plaisir, ceci faisant partie de tout engagement citoyen. Cela m'était arrivé à Mérignac où je venais d'être muté, et je n'étais pas à l'époque adhérent d'un parti politique (le mien n'existait pas encore) ; c'était une première et j'avais apprécié la confiance qui m'était accordée. En revanche, certains adjoints sortants (après plusieurs mandats) avaient refusé de tenir ce rôle, preuve qu'il ne faut pas s'accrocher trop longtemps à un mandat sous peine d'« overdose ».

Comme le dit Sud ouest dimanche en pages intérieures : « L'amour déçu des Français pour la politique ».

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Quelle Europe voulons-nous ?

25 Février 2017, 11:55am

Publié par Bernardoc

Deux titres dans la presse d'hier :

L'Humanité :

La Commission européenne se félicite du Cice et de la loi travail

Dans son analyse annuelle de la situation économique et sociale des états membres, Bruxelles reconnaît une stagnation du revenu réel des ménages.

Le Monde :

Bruxelles encourage Paris à poursuivre les réformes

La Commission a présenté son rapport annuel sur les " déséquilibres macroéconomiques " dans l'UE.

 

J'ai déjà eu l'occasion de dire à maintes reprises combien je me sentais profondément européen, même si ma première expérience hors de France fut dans la perfide (ô combien!) Albion.

Mais plus d'un siècle avant ma naissance, l'immense poète que fut Victor HUGO en parlait déjà avec espoir et enthousiasme :

En 1848 : Une monnaie continentale, à double base métallique et fiduciaire, ayant pour point d’appui le capital Europe tout entier et pour moteur l’activité libre de deux cents millions d’hommes, cette monnaie, une, remplacerait et résorberait toutes les absurdes variétés monétaires d’aujourd’hui, effigies de princes, figures de misère (…).

On verrait partout le cerveau qui pense, le bras qui agit, la machine servant l'homme ; les expérimentations sociales sur une vaste échelle ; toutes les fécondations merveilleuses du progrès par le progrès; la science aux prises avec la création; des ateliers toujours ouverts dont la misère n'aurait qu'à pousser la porte pour devenir le travail ; des écoles toujours ouvertes dont l'ignorance n'aurait qu'à pousser la porte pour devenir la lumière.; où l’enfant pauvre recevrait la même culture que l’enfant riche; des scrutins où la femme voterait comme l'homme ; car nous proclamons la femme notre égale, avec le respect de plus. O femme, mère, compagne, sœur, éternelle mineure, éternelle esclave, éternelle sacrifiée, éternelle martyre, nous vous relèverons !»

En 1849, au Congrès de la Paix : « Un jour viendra où la guerre paraîtra aussi absurde et sera aussi impossible entre Paris et Londres, entre Petersburg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle serait impossible et qu’elle paraîtrait absurde aujourd’hui entre Rouen et Amiens, entre Boston et Philadelphie. Un jour viendra où la France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne (…). Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le vénérable arbitrage d’un grand Sénat souverain qui sera à l’Europe ce que le Parlement est à l’Angleterre, ce que la Diète est à l’Allemagne, ce que l’Assemblée législative est à la France. »

En 1867 : "Au vingtième siècle, il y aura une nation extraordinaire. Cette nation sera grande, ce qui ne l'empêchera pas d'être libre. Elle sera illustre, riche, pensante, pacifique, cordiale au reste de l'humanité. Elle aura la gravité douce d'une aînée. Elle s'étonnera de la gloire des projectiles coniques, et elle aura quelque peine à faire la différence entre un général d'armée et un boucher ; la pourpre de l'un ne lui semblera pas très distincte du rouge de l'autre. Une bataille entre Italiens et Allemands, entre Anglais et Russes, entre Prussiens et Français, lui apparaîtra comme nous apparaît une bataille entre Picards et Bourguignons. Elle considérera le gaspillage du sang humain comme inutile. Elle n'éprouvera que médiocrement l'admiration d'un gros chiffre d'hommes tués. Le haussement d'épaules que nous avons devant l'inquisition, elle l'aura devant la guerre. (....)

Cette nation aura pour capitale Paris et ne s'appellera point la France ; elle s'appellera l'Europe.

Elle s'appellera l'Europe au vingtième siècle, et, aux siècles suivants, elle s'appellera l'Humanité

L'Humanité, nation définitive, est dès à présent entrevue par les penseurs, ces contemplateurs des pénombres ; mais ce à quoi assiste le dix-neuvième siècle, c'est à la formation de l'Europe."


 

Que rajouter ? Sinon que l'Europe telle qu'elle est et telle qu'elle évolue est bien loin de l'idéal formulé par Hugo : il est donc temps de la secouer et de l'orienter de façon plus progressiste.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

A la lucarne.

24 Février 2017, 11:56am

Publié par Bernardoc

Il y a plusieurs décennies que je n'étais plus retourné au théâtre La Lucarne à Bordeaux, mais l'accueil est toujours aussi sympa. Et donc hier soir, la sortie culturelle a primé sur la soirée télé avec Jean-Luc MELENCHON et même sur la présentation de la candidate de la VI° circonscription à Martignas. C'est dire que la campagne ne m'intéresse que modérément : les primaires à la mode états-unienne m'ont saturé.

C'est donc volontiers que j'ai répondu à l'appel d'Anne-Marie CHEVASSUS, une ancienne partenaire de théâtre, qui mettait en scène Les trois vieilles, une comédie ( ?) d'Alejandro JODOROWSKY, qui, comme son nom l'indique est un franco-Chilien. Honnêtement, je n'avais jamais entendu parler de lui, mais quand on s'est qu'il a travaillé avec Topor et Arrabal, on est moins étonné de voir cette pièce, relativement récente puisque créée en 2009.

Je vais citer la présentation qu'en fait La lucarne :

Grazia et Meliza sont deux sœurs de 88 ans. Leur servante Garga est centenaire. Avec ses trois vieilles nous tanguons entre fiction et réalité au travers d’un langage proche du conte. De cet univers poétique, mythique et populaire, il ressort un climat déjanté et grand-guignolesque.

Dans un mélodrame grotesque, les trois vieilles anéantissent l’ordre moral et donnent en spectacle la condition humaine, grandiose et dérisoire.

« Déjanté » est vraiment le terme qui s'applique le mieux à ce spectacle, et les trois actrices sont remarquables, notamment les faux-culs des deux sœurs !

Pour bien finir la soirée nous nous sommes replongés dans un autre exotisme, polynésien cette fois-ci, par un dîner au kaï-kaï.

La pièce se joue encore trois fois : ce soir, et demain (matinée et soirée).

Bon spectacle !

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Ça se décante.

23 Février 2017, 12:57pm

Publié par Bernardoc

Le centriste Bayrou rejoint le candidat ni de gauche, ni de gauche. Un ancien écolo (celui qui a une curieuse idée de l'égalité salariale entre hommes et femmes), devenu vallsiste, et qui a participé à la primaire socialiste, a oublié l'engagement qu'il avait signé (?) de soutenir le vainqueur de cette compétition interne, et rejoint lui aussi l'ancien ministre de l'économie. Un député girondin sortant, investi par le PS pour les législatives fait de même. Il y a déjà un moment que d'autres députés du même parti ont fait pareil et dans les mêmes conditions.

On se souvient de la menace du premier secrétaire du PS d'exclure ces « camarades » ; on n'en entend plus parler. Il faut dire qu'il faut ménager ses arrières pour le cas où, pour toutes sortes de raisons, le PS appellerait, et il serait bien entendu suivi par son candidat – à moins que ce ne soit le contraire – à voter pour cet ennemi qu'il a pourtant soutenu bec et ongles pendant les quelques années qu'il a passées au gouvernement issu du PS. Les sinistres Valls et El Khomri viendront, s'ils sont élus, défendre la politique anti-sociale qu'ils ont menée pendant un quinquennat.

On a vraiment l'impression que Hamon est plus intéressé par le PS que par la présidentielle ; c'est pour cela que la volonté d'unité manifestée par les citoyens de base ne semblent pas l'atteindre : échec des négociations avec les verts (trop gourmands en circonscriptions?), refus de discuter avec la France insoumise : c'est décidément une volonté de foncer dans le mur.

Mais je me souviens, lors de la campagne départementale il y a deux ans, la désespérance était tellement grande chez les participants à nos réunions qui se sentaient trahis dans le vote qu'ils avaient exprimé à la dernière élection présidentielle, qu'ils en arrivaient à se demander si, pour remobiliser le peuple, il ne fallait pas en passer par une expérience en totale opposition avec leurs convictions.

Décidément, la VI° République et la sortie de l'austérité semblent encore bien éloignées.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

En attendant « La Sociale ».

22 Février 2017, 10:22am

Publié par Bernardoc

Je parle du DVD du film de Gilles PERRET sur la création de la sécu, auquel j'ai souscrit avant le tournage, mais qui ne peut être envoyé qu'après quatre mois sur les écrans. Donc hier soir, soirée DVD-Télé avec un autre de ses films, plus ancien : Walter, retour en Résistance.

Le personnage principal, Walter BASSAN, résistant, déporté, nous apparaît dans son œuvre de mémoire, à la rencontre d'écoliers de Haute Savoie, son département d'accueil, après qu'il a fui avec ses parents l'Italie fasciste. De nombreuses séquences sont tournées au plateau des Glières, que Sarkozy avait tenté de s'approprier, mais sans succès, les authentiques résistants, dont Stéphane HESSEL, petit jeune rafraîchissant de 91 printemps, occupant le plateau en famille pour célébrer la mémoire de ceux qui sont tombés là en résistant à 20 contre 1 contre l'occupant barbare.

Séquence étonnante également lors de l'inauguration du musée de la Résistance, avec les menaces de Bernard ACCOYER, député du coin, contre l'utilisation médiatique de ses propos ; visiblement (et heureusement !) il n'a pas eu gain de cause.

En Gironde, on emmène les élèves lauréats du Concours de la Résistance à Oradour sur Glane, village martyr du Limousin. Apparemment, les Hauts-savoyards sont conduits à Dachau (question de proximité) pour une visite bouleversante à en juger par les visages des élèves...dont la plupart disent qu'ils auraient voté Sarkozy s'ils avaient été majeurs !

Un DVD indispensable dans tous les lieux de mémoire, CDI, bibliothèques, Instituts d'Histoire,...d'autant qu'à l'intérieur du coffret se trouve un livret contenant l'intégralité du programme du Conseil National de la Résistance ainsi que le rappel de la position abjecte de l'ancien de la Gauche Prolétarienne passé au Medef, Denis KESSLER.

Le Père Noël m'a apporté d'autres témoignages de ce style, je ne manquerai pas de vous en parler à l'occasion.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

D'autres chiffres inquiétants.

21 Février 2017, 14:34pm

Publié par Bernardoc

Article tiré du site de L'Obs le 20 février.

 

  • Les transferts d'armes dans le monde ont atteint un niveau record depuis la Guerre froide ces cinq dernières années.

Dans le détail, entre 2012 et 2016, l'Asie et l'Océanie ont compté pour 43% des importations mondiales d'armements conventionnels en volume. Cela représente une hausse de 7,7% par rapport à la période 2007-2011, selon l'institut indépendant suédois

La part de l'Asie-Océanie dans les importations internationales était légèrement supérieure (44%) entre 2007 et 2011. Celle des pays du Moyen-Orient et des monarchies du Golfe a bondi de 17% à 29%, loin devant l'Europe (11%, - 7 points), les Amériques (8,6%, - 2,4 points) et l'Afrique (8,1%, - 1,3 point).

Les transferts mondiaux d'armements sur les cinq années sous revue ont atteint un niveau record depuis 1950.

"Au cours des cinq années passées, la plupart des Etats du Moyen-Orient se sont d'abord tournés vers les États-Unis et l'Europe dans leur quête accélérée de capacités militaires avancées...Malgré le bas niveau des cours du pétrole, les pays de la région ont continué de commander davantage d'armes en 2016, qu'ils perçoivent comme des instruments essentiels face aux tensions et conflits régionaux".

L'Arabie saoudite a été le second importateur d'armes au monde dans l'intervalle (+212%), derrière l'Inde qui, contrairement à la Chine, ne possède pas encore de production nationale à niveau. En 10 ans les importations de l'Inde ont progressé de 42%.

S'agissant des exportations, les Etats-Unis conservent la tête du classement avec 33% de part de marché (+3 points), devant la Russie (23%, -1 point), la Chine (6,2%, +2,4 points) et la France (6,0%, -0,9 point) qui passe devant l'Allemagne (5,6%, -3,8 points). Ces cinq pays représentent près de 75% des exportations mondiales d'armes lourdes.

L'avancée de la France au classement des exportateurs s'explique notamment par d'importants contrats signés avec l'Egypte qui a acquis des navires de guerre de type Mistral et des avions de combat (Rafale).

Les Etats-Unis et la France sont les principaux pourvoyeurs du Moyen-Orient, tandis que la Russie et la Chine vendent d'abord en Asie.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Des chiffres inquiétants.

20 Février 2017, 07:37am

Publié par Bernardoc

40% des 15 – 24 ans ont des IST (Infections Sexuellement transmissibles), et ce sont surtout chez les garçons.

Les IST sont multiples. En France, leur fréquence est en augmentation sauf pour le VIH dont le nombre annuel de découvertes de séropositivité est stable depuis 2007.

Les IST, autrefois appelées maladies sexuellement transmissibles (MST), sont des infections transmises lors des relations sexuelles. Il existe plus d'une trentaine d'IST. Elles sont provoquées par des agents infectieux. Il peut s'agir de virus, de bactéries ou de parasites.

Dans les pays développés, les IST et leurs complications font partie des cinq motifs les plus fréquents de consultation chez les adultes.
En France, les IST sont en augmentation depuis les années 1990. Le recours au dépistage est en augmentation.

Les IST les plus fréquentes sont les suivantes : La blennorragie gonococcique ; les chlamydioses ; l'hépatite B ; l'herpès génital ; la syphilis ; les infections par des mycoplasmes et la trichomonase ; le VIH-Sida.

Vu les âges concernés, il est évident que la prévention doit être le maître-mot. L'éducation à la santé doit vraiment prendre toute sa place dès le collège et être poursuivie au lycée. Le rôle des infirmières scolaires est primordial pour mettre en place la prévention et si les distributeurs de préservatifs sont généralisés dans les lycées depuis le ministère Jack LANG, malgré la résistance de certains chefs d'établissement à l'époque, il est aussi indispensable que les capotes (seul moyen véritable de protection) soient disponibles dans les infirmeries des collèges.

D'autres moyens éducatifs peuvent être mis en place avec profit. Je me souviens, il y a plus de vingt ans avoir eu des élèves sensibilisés à ces problèmes grâce à un théâtre-forum (initié par le MFPF) dans lequel ils sont devenus après les principaux acteurs. A l'époque, c'était surtout le sida qui était préoccupant, les autres maladies étant en diminution et non en expansion comme maintenant.

Donc beaucoup de travail à faire pour préserver les générations futures (celles qui paieront nos retraites!).

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Merci Brassens.

19 Février 2017, 13:57pm

Publié par Bernardoc

Il y a quelques semaines, c'était « Merci Renaud » ; donc, hier soir c'était une émission dans le même style consacrée à un monument de la poésie française chantée, quoique, François BERLEAND nous a montré qu'elle pouvait aussi être dite. D'ailleurs je ne m'en privais pas lors des Printemps des Poètes, même si je ne pouvais m'empêcher de chanter le dernier refrain lorsque je passais dans les classes. Souvenir qui a marqué de nombreux élèves.

J'angoissais un peu cependant, car, comme j'avais toutes les chansons en tête, je craignais d'être parfois déçu. Je me trompais, et une séquence vidéo des années '70 a montré que les chanteurs actuels étaient loin d'être pires que leurs aînés.

J'en parle à l'aise, vu que j'avais découvert Brassens par l'intermédiaire d'Hugues AUFRAY et son interprétation de Pauvre Martin, si bien que lorsque j'ai entendu la version originale, j'avais été déçu. Cette chanson a été reprise de multiples fois, et comme j'avais interprété le personnage il y a plusieurs décennies lors d'un congrès espérantiste dans lequel nous rendions un hommage au grand poète, c'est la version occitane, interprétée par Claude MARTI qui ouvrira mes obsèques. Et un hommage supplémentaire lui sera rendu en écoutant la version originale du Mécréant, oublié hier soir, et dont un distique résume bien ma position : « Si l'éternel existe, en fin de compte il voit Qu'je me conduis pas plus mal que si j'avais la foi ».

De grands moments dans cette émission : une interprétation rock par Olivia RUIZ (mais concernant cette artiste, je suis abominablement partial), Carla SARKOZY chantant La cane de Jeanne et avouant ingénument qu'elle adorait cette chanson parce qu'elle n'en comprenait pas le sens (heureusement Catherine RINGER l'a remise en place), et Joyce JONATHAN révélant qu'elle avait découvert il n'y a pas longtemps Une jolie fleur (dans une peau d'vache) et qui l'a bafouillée à sa guitare (ça avait au moins le mérite de la franchise). Des films d'époque, avec les fesses originales de Georges venaient ponctuer ces deux heures d'émission.

A qui iront les prochains remerciements ? Brel ? Difficile selon moi ; Ferré ? Bécaud ? Moustaki ? Pour ne parler que des disparus. Mais c'est un concept d'émission qui mérite de continuer.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

1 2 3 > >>