Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

A Gentioux, le 11 Novembre 2016 à 11H30

31 Octobre 2016, 15:21pm

Publié par Bernardoc

Rassemblement national

pour la réhabilitation collective

des 639 Fusillés pour l’exemple

de 1914-1918 !

 Durant la Première Guerre Mondiale (1914-1918), en quatre ans de conflit, 195 000 soldats dont 35 000 officiers eurent affaire à la justice militaire. 2 500 furent condamnés à mort pour désobéissance, 639 furent fauchés par des balles françaises par les pelotons d’exécution pour l’exemple, les os de milliers d’autres ont blanchi dans les bagnes d’Afrique du Nord. A cela s’ajoutent les exécutions sommaires d’hommes abattus par des brutes galonnées assoiffées de sang.

Dès septembre 1914, des voix s’élevèrent pour condamner ces assassinats « légaux » et réclamèrent la réouverture des procès. Les protestations ne cessèrent de prendre de l’ampleur, sous la pression de l’opinion publique, notamment à l’initiative du député de l’Aube Paul Meunier, les Conseils de guerre « spéciaux » cessèrent d’exister à partir de 1916.

Mais la machine à tuer continua de fonctionner particulièrement pour réprimer les mutineries de 1917. La hiérarchie militaire n’avait pas eu son compte de sang. Une quarantaine de Fusillés pour l’exemple furent réhabilités jusque dans les années 1930. Il en reste 600 dont l’honneur n’a pas été rétabli. La Justice humaine exige que les 639 Fusillés pour l’exemple soient réhabilités collectivement par une démarche de la République. Ils avaient le droit de dire NON à la guerre et aux massacres.

C’est ce droit de dire NON à l’horreur que la Libre Pensée et tous ceux qui combattent avec elle – le Mouvement de la Paix, l’Association Républicaine des Anciens Combattants, l’Union Pacifiste de France, de nombreuses sections de la Ligue des Droits de l’Homme - veulent voir reconnu par l’acte solennel et symbolique de réhabilitation collective des 639 Fusillés pour l’exemple.

Le 11 novembre 2016 nous serons à l’exacte mi-temps du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Ce 11 novembre sera aussi le dernier avant les élections présidentielles et législatives de 2017. La Libre Pensée entend se rappeler aux bons souvenirs de tous ceux qui se sont reniés et/ou qui n’ont pas voulu aller jusqu’au bout du chemin de Justice que l’honneur commande à la République : Réhabilitation collective des 639 Fusillés pour l’exemple !

Le rassemblement national à Gentioux dans la Creuse – où, depuis 1988 sans discontinuer, à l’initiative de la Libre Pensée, des centaines de pacifistes, d’antimilitaristes, de libres penseurs, de laïques et d’humanistes se rassemblent chaque 11 novembre - sera le prélude d’un autre, au cours du 2éme Trimestre 2017 sur la ligne de front, près du chemin des Dames à Roucy dans l’Aisne, où six soldats furent fusillés pour l’exemple. Nous y célébrerons les mutineries de 1917 qui furent le sursaut des révoltes pacifistes et internationalistes de milliers de soldats qui refusaient de mourir pour des intérêts qui n’étaient pas les leurs.

Bien entendu, cela sera aussi l’occasion de rendre hommage aux soldats russes de la première brigade, qui se sont mutinés durant l’été 1917, dans le camp militaire de la Courtine, à quelques kilomètres de Gentioux, en constituant leur soviet. La Fédération de la Creuse de la Libre Pensée est d’ailleurs à l’origine de l’érection d’un monument à la Courtine, dont elle est propriétaire, qui rappelle cet évènement historique.

Dans le contexte de ce rassemblement, la Libre Pensée amplifiera le mouvement profond que vient de tout le pays pour la réhabilitation collective et qui compte déjà : 31 Conseils généraux, 6 Conseils régionaux, 2 000 Communes.

Un sondage réalisé pour le compte du journal l’Humanité a montré que 75% des citoyens exigeaient que Justice soit rendue aux Fusillés et à leurs familles.

Nous érigerons un monument sur la ligne de front qui rendra hommage, honneur et justice aux 639 Fusillés pour l’exemple de 1914-1918.

  • La République réhabilitera les Fusillés !

  • Nous sommes la République !

    Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Nettoyage d'automne.

30 Octobre 2016, 08:30am

Publié par Bernardoc

Lorsque nous avions acheté notre maison, elle apparaissait comme possédant un jardin luxuriant. De fait trente ans plus tôt, lors de sa construction, le propriétaire avait planté force arbres, en ne pensant pas qu'ils allaient pousser et occuper tant de place.

Lors de la première AG du lotissement, des voisins qui allaient partir me suggéraient de couper un arbre car ils avaient peur qu'en cas de tempête il tombe sur leur toit. Je les avais rassurés en disant qu'il était doublement haubané. Nous étions cependant régulièrement démarchés par des gens qui voulaient élaguer nos arbres.

Et puis Guy, le frère de Rose, dont la connaissance des arbres (entre autres) était le métier nous a avertis du danger que représentait cet arbre, blessé par l'acier qui l'encerclait. Décision fut donc prise de le faire abattre, lui et deux autres, l'un qui était en train de mourir peu à peu et l'autre, piquant, qui prenait chaque jour davantage de volume.

Voilà, c'est fait ; nous aurons du bois pour l'hiver prochain. Et ci-dessous un reportage photo : avant, pendant et après : on voit la différence !

Et ce n'est pas fini...

Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.

Voir les commentaires

SECURITÉ SOCIALE : UN ÉQUILIBRE EN TROMPE-L’OEIL !

29 Octobre 2016, 15:47pm

Publié par Bernardoc

Communiqué de l’Union confédérale des retraités CGT

Selon le gouvernement, le PLFSS 2017 devrait permettre un quasi retour à l’équilibre des comptes sociaux. Le déficit 2016 serait en réelle diminution pour 2016 pour être ramené à 3,4 milliards d’euros.

Tout d’abord, la ministre de la Santé omet de dire qu’elle n’inclut pas le déficit du fonds de solidarité vieillesse (FSV) de – 3,8 milliards d’euros, autre composante de la Sécu qui verse les cotisations retraites des chômeurs et le minimum vieillesse.

L’analyse des comptes montre que ce retour à l’équilibre résulte avant tout de mesures d’économies altérant notre système de santé et des ‘‘efforts’’ réalisés depuis plusieurs années par les citoyens et notamment les retraités.

L’excédent de 1,5 milliard d’euros de la branche vieillesse résulte des réformes des retraites successives dont la réforme Sarkozy de 2010 reculant l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans, ainsi que l’allongement de la durée de cotisations décidée par la réforme de 2014.

Même constat pour la branche accidents du travail-maladies professionnelles excédentaire de 700 millions d’euros, alors que toutes les analyses épidémiologiques, sociologiques montrent une explosion des maladies professionnelles. Cette situation tient surtout à ce que les entreprises rechignent à déclarer les accidents du travail et les maladies professionnelles. D’autre part, de nombreux cancers professionnels sont pris en charge par l’assurance maladie.

Le retour à l’équilibre de la branche famille s’explique par la modulation des allocations familiales remettant en cause l’universalité du système et par le transfert au budget de l’État des allocations logement et notamment de l’APL.

L’amélioration la plus spectaculaire est attendue du côté de l’assurance maladie avec un déficit réduit à 2,6 milliards d’euros en dépit de l’accroissement des dépenses liées notamment au vieillissement de la population.

Le gouvernement a obtenu la maîtrise des dépenses de santé en mettant l’hôpital public à sec sur le dos de la qualité des soins. Les mesures prises ces dernières années n’ont fait que désorganiser l’accès aux soins, sans parler des dépassements d’honoraires, des fermetures de services et d’hôpitaux. Les services d’urgence des hôpitaux ‘‘craquent de partout’’ par manque de moyens, entraînant des délais d’attente démesurés.

Aujourd’hui, 36 % de la population doit renoncer à un ou plusieurs soins de santé pour raison financière, et plus particulièrement au niveau des soins auditifs, dentaires, ophtalmologiques, touchant principalement les retraités et personnes âgées.

C’est dans ce contexte de rétablissement des comptes publics à la compétitivité sur le dos de la réponse aux besoins sociaux qu’est proposé le plan de financement de la Sécu pour 2017. Pour revenir à l’équilibre des comptes, le gouvernement prévoit 4,1 milliards d’économies pour l’assurance maladie.

L’objectif de l’ONDAM (Objectif national de dépenses de l’assurance maladie), s’il passe de 1,75 % à 2,1 % pour notamment financer les mesures octroyées aux médecins dans le cadre de la convention qui les lient à la CNAM, reste très insuffisant par rapport aux besoins de santé. À noter que le PLFSS a opéré une ponction de 235 millions d’euros sur la Caisse nationale de financement de l’autonomie pour assurer le respect de l’ONDAM 2016.

Les franchises, forfaits, pénalités, les déremboursements et dépassements d’honoraires sont toujours maintenus, voire encouragés, et ils ne font que participer à l’augmentation des restes à charge et aux renoncements aux soins.

Ce PLFSS 2017 conforte la désorganisation de notre système de santé par le transfert d’activités et de moyens du service public hospitalier au profit des professionnels de santé libéraux. Il participe à la mise en oeuvre de la loi de modernisation du système de santé et de la recomposition des établissements publics de santé, de leur regroupement en GTH et suppression de lits et de places. Il faut rompre avec une approche comptable de gestion de la Sécurité sociale.

Nous avons besoin d’une autre ambition : la reconquête de la Sécurité sociale tant en matière d’assurance maladie, de retraite, de famille, de perte d’autonomie que de financement. Cela passe notamment par d’autres orientations en matière de financement de la Sécurité sociale, en remettant en cause le dogme de la baisse du ‘‘coût du travail’’ et en mettant à contribution les revenus financiers des entreprises.

Pour gagner, face à ces enjeux, nous devons amplifier la mobilisation autour de l’exigence d’un autre financement de la Sécurité sociale à partir des richesses créées dans les entreprises.

Pour cela, l’UCR-Cgt appelle l’ensemble des retraités à participer massivement aux rassemblements et initiatives d’action dans les départements le 8 novembre, à l’appel des fédérations des Organismes sociaux et de la Santé et Action sociale.

Montreuil, le 26 octobre 2016

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Le compteur LINKY fait toujours parler.

28 Octobre 2016, 09:27am

Publié par Bernardoc

Je ne suis pas sûr que ce soit en bien comme La Dépêche du Midi nous le confirme.
Et à part ça Enedis continue d'attaquer les courageuses cités qui ont eu l'outrecuidance de les refuser.

Et ce n'est pas fini...

Le compteur LINKY fait toujours parler.

Voir les commentaires

Même les meilleures choses ont une fin.

27 Octobre 2016, 12:15pm

Publié par Bernardoc

Ce fut vraiment une belle semaine ; tous ceux qui y ont participé étaient ravis. Reste à trouver la destination de notre prochaine découverte.

Et je vais conclure par une citation (en anglais !) d'un ancien premier ministre britannique (deux fois) du XIX° siècle, Benjamin DISRAELI :

« Like all great travellers, I have seen more than I remember, and remember more than I have seen. »

Et ce n'est pas fini...

Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.
Même les meilleures choses ont une fin.

Voir les commentaires

Braga.

26 Octobre 2016, 11:06am

Publié par Bernardoc

Capitale historique, économique, universitaire et religieuse du Minho (province du nord du Portugal), on l'appelle la Rome portugaise, vu le nombre d'églises qui s'y dressent. Rappelez-vous : « Quand Lisbonne s'amuse, Coimbra étudie, Porto travaille et Braga prie ». Mais la courte visite que nous y fîmes nous épargna d'entrer dans ces lieux de culte, d'autant que c'était payant. Nous avons arpenté le centre historique piétonnier, traversant l'Arc de la Nouvelle Porte jusqu'à la Praça da República, la place de l'hôtel de ville et les jardins de Santa Bárbara, qui effectivement sont somptueux.

Le beau temps nous a incités à prendre un café en terrasse pour profiter de cette dernière après-midi lusitanienne.

Mais comme un bon dessin vaut mieux qu'un long discours, il en est de même pour les photos, derrière lesquelles je vais m'effacer.

Quant à notre dernière soirée sur le bateau, ce fut une soirée folklorique fort agréable et appréciée. Peut-être un jour si j'y arrive, je posterai quelques vidéos.

Et ce n'est pas fini...

Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.
Braga.

Voir les commentaires

Guimãraes.

25 Octobre 2016, 07:10am

Publié par Bernardoc

Notre première escale de l'après-midi dans le Minho a été capitale européenne de la culture en 2012. La visite se fit à pied, depuis la colline où nous avait déposés l'autocar. C'est là que se dresse le château massif qui domine la ville fortifiée, château qui vit naître le premier roi du Portugal. Aujourd'hui elle compte plus de 150 000 habitants, mais nous n'avons vu que la partie historique, qui parfois, vu l'abondance du grès utilisé, nous a parfois fait penser à certains villages bretons.

Comme vous pouvez le constater sur une photo, le voyage tirait à sa fin et des voyageurs avaient vraiment besoin de récupérer !

Nous avons visité (à la course, car nous avions fort peu de temps) le château, découvert les collections d'armes anciennes et avons entamé notre descente par des petites ruelles et des places sympa et animées, entourées d'anciennes maisons (là, j'ai pensé à Rennes). Mais nous étions quand même fort loin de la Bretagne comme le montrent les constructions baroques qui jalonnaient notre parcours. C'est tout cet ensemble qui l'a fait classer il y a quinze ans au patrimoine mondial de l'humanité.

Après ces deux petites heures de visite et un dernier regard sur ce qu'il restait de la muraille originelle, nous nous dirigeons vers Braga, à travers le vignoble du vino verde, dont la configuration n'a rien à voir avec le vignoble de la vallée du Douro qui produit le porto.

Donc, encore un article (au moins!) et des photos pour cette dernière ville.

Et ce n'est pas fini...

Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.
Guimãraes.

Voir les commentaires

Porto dernière matinée.

24 Octobre 2016, 15:21pm

Publié par Bernardoc

 Nous quittons le quai de Quebrantões en « rabelo », bateau qui rappellent un peu nos gabarres et qui servaient à l'origine à transporter des barriques. Après un quart d'heure de navigation, nous arrivons au quai de Ribeira, sur la rive opposée. Nous étions libres jusqu'à 11h30. Nous choisissons d'utiliser le tramway pour aller jusqu'à l'embouchure du fleuve, car l'arrivée de nuit en bateau ne nous avait pas permis d'apprécier le paysage. Nous nous rendons donc au terminus de la ligne 1, au pied de l'église Sao Francisco, visitée lors de notre arrivée.

Je ne sais pas si le tramway est aussi classé au patrimoine mondial de l'Unesco, mais sans aucun doute il le mériterait. Passant au ras des maisons, s'arrêtant et klaxonnant lorsque des voitures sont stationnées à cheval sur les rails, il ne fait pas demi-tour arrivé au bout : c'est le conducteur qui descend pour orienter la perche électrique dans l'autre sens, puis il change l'orientation des dossiers de sièges avant de repartir sur la même voie en sens inverse. Il y a un (deux?) passages où les trams peuvent se croiser.

Nous arrivons au terminus et marchons le long de la jetée occupée par de nombreux pêcheurs et un bon nombre de coureurs (du dimanche?). La végétation sur la pointe est quasi subtropicale, nous nous sentons vraiment très dépaysés d'autant que la brume du matin a laissé place à un soleil éclatant.

Nous nous sommes mis sur la pointe des pieds mais n'avons pas réussi à apercevoir l'Amérique. Nous étions tellement bien que nous avons failli laisser repartir le tram sans nous. Vraiment une expérience à ne pas manquer.

Et ce n'est pas fini...

Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.
Porto dernière matinée.

Voir les commentaires

De retour.

23 Octobre 2016, 17:46pm

Publié par Bernardoc

Voilà : trois jours de thalasso avec Maeva qui a été chouchoutée par ces dames aux petits soins.

 Grosse peine au milieu et interruption pour aller enterrer un ami, brutalement disparu à six mois de la retraite. Immense foule à St Jean d'Illac pour lui dire adieu.

 Et c'est reparti pour une année qui ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices. Les rats quittent le pédalo, mais la rive de gauche est bien trop loin pour qu'ils puissent espérer l'atteindre.

 Continuons à agir localement tant que nous en avons la possibilité.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Retour à Porto.

20 Octobre 2016, 08:49am

Publié par Bernardoc

Dernière demi journée de navigation, avec passage de deux écluses : Carrapatelo et Crestuma, avec invitation à visiter la cabine de pilotage (sans barre!), et pour finir soirée fado, que j'ai bien mieux apprécié que la soirée flamenco au retour de Salamanque.

Mais il y aura encore des photos de Porto dans les jours à venir.

Et ce n'est pas fini...

Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.
Retour à Porto.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>