Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Histoires Créoles.

30 Avril 2016, 09:45am

Publié par Bernardoc

18ème Edition du Mémorial de la traite des noirs

11ème JOURNÉE DES MÉMOIRES DE L’ESCLAVAGE ET DES ABOLITIONS

Du 3 au 14 mai, en partenariat avec la Ville de Bordeaux, le Conseil Régional Aquitaine et le Conseil Départemental de la Gironde.

Mardi 3 mai, 18h 30, Inauguration Exposition « Triangle doré »

Salons de l’Hôtel de Ville de Bordeaux du 3 au 17 mai 2016

Vendredi 6 mai à 19 h, Resto Régent, Place de la République, Bordeaux

DÎNER DE LA LIBERTÉ, Sénégal-France : histoires créoles

Xavier Ricou, architecte et administrateur de Sénégal Métis - Exposition LEM, Michel Le Maitre Inscriptions par SMS: Aicha Sangaré 06 29 69 93 64 et Patrick Serres 06 49 63 40 14 ou memoires.partages@gmail.com

Samedi 07 mai, « 4m2 d’AFRIQUE »

10h 30, au Cinéma Utopia : La Chasse aux nègres, (26 mn), de Stefania Rousselle, (Entrée libre)

15h- 22h : « 4 m2 d’AFRIQUE», Salle Pierre Tachou, Bacalan – Rue Joseph Brunet, 33300 Bordeaux‎ – Tram B Brandenburg

Démarche : Plusieurs associations accompagnées de nombreux artistes investissent le quartier Bacalan pour exprimer ce qu’ils doivent à l’Afrique. Directeur artistique : Armand Floréa – Infos : Audrey Boudine 06 62 88 46 86 ou Ousmane Sary 06 83 83 79 51 ou memoires.partages@gmail.com

Dimanche 8 mai, 10h, Visite-guidée, nouveau parcours CHARTRONS CREOLE

Après 4 années d’expérimentation, la visite-guidée « Bordeaux Nègre » se poursuit avec un nouveau parcours. Chartrons créole fait découvrir les traces du patrimoine matériel et immatériel du quartier commerçant des 18ème et 19ème siècles bordelais.

Rendez-vous : Place des Quinconces, devant Colonne des Girondins

Samedi 14 mai, 16h 30, Entrepôt Lainé, CAPC

Séminaire de l’Ecole des Mémoires : « Les Afro-descendants de Bordeaux au 18ème et 19ème siècle » Karfa Sira Diallo, consultant, Kakatart Consulting

Installation et accompagnement musical, Michel Lemaitre (saxophone)

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Bilan.

29 Avril 2016, 07:42am

Publié par Bernardoc

Hier matin la ministre de la santé et des affaires sociales était sur les ondes nationales. Elle a eu de la chance, la période au cours de laquelle elle s’est exprimée n’a pas été perturbée par ces salauds de grévistes toujours prêts à prendre les auditeurs en otage.

Elle était déjà présente au métingue des happy fous en début de semaine pour vanter les mérites de la politique menée depuis quatre ans et de préparer l’annonce de la candidature du président sortant, puisque le nombre des radiations de Pôle emploi entraîne la baisse du chômage.

Elle s’est donc déclarée très fière d’une grande réussite sociale de ce quatrenat ( ?), je veux dire le passage à 43 ans d’activités et de cotisations sociales afin de pouvoir prétendre à une retraite sans décote. Elle a quand même rajouté que la pénibilité permettrait aux travailleurs l’ayant subie de partir à 60 ans (ce qui avait été mis en place par le gouvernement socialiste sous Mitterrand). Mais j’ai mal entendu ce qui qualifiait un travail pénible, et je me suis mis à imaginer les maîtresses de maternelle, qui, si elles avaient suivi un cursus normal (bac à 18 ans + mastère 5 ans plus tard) entraient dans la vie active au plus tôt à 23 ans. 43 ans plus tard, atteintes par l’arthrose et percluses de rhumatismes engendrés par leur respectable âge de 66 ans, ne pourraient-elles pas aspirer au repos un peu avant ? Etait-ce un cadeau que l’on faisait aux instits en les inscrivant au grand livre de la dette publique à 55 ans ? Je continue à ne pas le penser.

C’est aussi une des raisons pour laquelle j’étais dans la rue avec 8999 autres personnes pour une longue manifestation à travers les artères bordelaises. Ah bon ? La police a dit 283 ? Vous êtes sûrs ?

Bon, quelques photos, avec notamment certains camarades de la CFDT qui refusent le discours anesthésiant de leur organisation.

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6278720496057678481?authkey=COz-ltmGruHs7gE

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Fête des travailleurs 2016.

28 Avril 2016, 00:09am

Publié par Bernardoc

Un 1er mai

de conquêtes sociales,de solidarité,de paix dans le monde

Pour le retrait du projet de loi travail,

Pour un Code du Travail du 21ème siècle.

Un 1er mai revendicatif : comme depuis 1890 se saisir de cette journée pour porter les revendications des salariés, des retraités, des privés d’emploi !

C’est la manifestation internationale des travailleurs pour défendre leurs droits.

La journée de huit heures est la plus significative des revendications internationales de cette époque : ≪ A partir d’aujourd’hui un ouvrier ne doit pas travailler plus de 8 heures par jour : 8h de travail, 8h de repos, 8h d’éducation ≫.

Non les 32 heures ne sont pas utopiques, c’est même bon pour l’emploi : le passage aux 35H a permis la création de 350 000 emplois, le passage aux 32H permettrait de créer 4,5 millions d’emplois supplémentaires !

Depuis ces grandes manifestations et grèves durement réprimées par l’Etat, pour les salaires, les conditions de travail, la retraite, les libertés, la paix, contre les discriminations et exclusions, cette dimension internationale a été l’occasion de rapprocher les peuples, tissant ainsi des liens de solidarité.

À Bordeaux - Place de la République

À 10h00 rassemblement

10h30 départ de la manifestation

Parcours : République, rue des Frères Bonie, Cours Alsace et Lorraine, Quai

Richelieu, Porte de Bourgogne, Cours Victor Hugo, Cours Pasteur, Place de

la Victoire.

À partir de midi :

Journée revendicative, fraternelle

et culturelle à la Bourse du Travail.

Venez nombreux !!!

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Chiffres.

27 Avril 2016, 11:26am

Publié par Bernardoc

Une grève unitaire vient d’avoir lieu à la Sncf. A peine un quart de grévistes selon la direction, pas loin de la moitié du personnel selon les syndicats. Pourtant, les résultats annoncés aux informations étaient alarmistes, avec un nombre de trains supprimés très important.

Alors, que faut-il comprendre ? Qui a raison ? Les média ont-ils cherché à monter les usagers (terme qui disparaît au profit de « clients ») contre les travailleurs qui se battent pour leurs conditions de travail en les discréditant ? Comment un si petit nombre de grévistes peut-il perturber le trafic à ce point ? A moins effectivement qu’ils aient été plus nombreux que ce qu’annonçait la direction…

Le calcul est simple ; on l’a eu pratiqué un temps dans l’éducation nationale. Le nombre de grévistes annoncé est le pourcentage par rapport à la totalité des fonctionnaires du ministère ou de l’entreprise. Que certains soient en congé (en principe les profs ont au moins un jour de « liberté » par semaine), les travailleurs de la SNCF ont droit à deux jours de repos par semaine (au moins, cela dépend de leur service) et pas toujours le week-end, donc, ils ne font pas partie des effectifs le jour de la grève, c’est donc tromper les citoyens que de s’en servir pour les statistiques.

En revanche, que la Sncf soit obligée de supprimer des trains parce qu’elle n’a pas prévu un recrutement des conducteurs, on en parle, mais c’est loin de faire l’unanimité.

Je vais aller à Paris, mais lorsque j’ai pris mon billet, la Sncf ne m’a jamais dit que lorsque je reviendrai le train n’arrivera pas à Bordeaux, et pour l’instant, c’est encore le mystère. Arriverai-je à Cenon ? A Libourne ? Vais-je recevoir un dédommagement ? Questions encore sans réponses.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Eh oh la gauche !

26 Avril 2016, 11:36am

Publié par Bernardoc

Les Maisons des Potes vous invitent à participer au colloque le 7 juin de 14h à 18h à l'Assemblée Nationale sur le thème "Pour une République exemplaire contre les discriminations".

Nous allons débattre avec des parlementaires, syndicalistes et experts des possibilités d'amender la loi Kanner "Égalité et citoyenneté" notamment :

- L'égalité dans l'accès au travail avec la régularisation des travailleurs sans papiers, le CV anonyme, SOS Stage et de l'ouverture des emplois fermés.

- L'égalité dans l'accès au logement avec l'anonymisation des HLM.

- L'égalité dans l'accès a la citoyenneté avec le droit de vote des étrangers, le financement des associations de quartier.

Nous allons aussi débattre avec des parlementaires et des juristes des possibilités d'amender la loi TAUBIRA "Justice du 21 ème siècle " avec l'aggravation des sanctions judiciaires contre les discriminations et la légalisation des actions collectives contre les discriminations.

Inscrivez vous sans tarder sur ce lien http://unispourlegalite.eu/colloque-republique-exemplaire-contre-discriminations/ les places sont limitées.

Amités antiracistes

Samuel Thomas

Délégué général de la Fédération Nationale des Maisons des Potes

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Présage ?

25 Avril 2016, 11:52am

Publié par Bernardoc

« L’extrême droite est arrivée largement en tête dimanche du premier tour de l’élection présidentielle en Autriche, les partis social-démocrate et conservateur réunis au sein d’une grande coalition depuis 2008 étant pour la première fois éliminés d’entrée».

Ce n’est pas le premier pays de l’UE qui se prépare à tomber dans les filets du fascisme. Pourtant, comme certain ministre français le préconise, l’Autriche était gouvernée par l’alliance contre-nature entre la droite et la gauche (enfin, si l’on peut dire). Cela n’a donc servi à rien et refuser de partir au combat – oui, désolé de ce vocabulaire guerrier, mais c’est bien de cela qu’il s’agit – avec un programme de rupture, en se compromettant pour espérer conserver quelques sièges, a prouvé une fois de plus l’inanité de ces magouilles politiciennes.

Comment ne pas voir que ce qui vient de se passer en Autriche risque fort de nous arriver en France d’ici un an ? Et que pouvons-nous faire pour empêcher cette catastrophe ? Entre le charismatique Pierre LAURENT, qui se demande s’il va participer à la primaire socialiste, la souriante (aux dents longues) Rama YADE, qui veut remettre les retraités au boulot (moyen de lutter contre le chômage des jeunes ?), le colonisateur de l’espace Cheminade, les onze de l’équipe de droite, l’autoproclamé représentant de « La France insoumise », sans compter les familles trotskistes (deux pour l’instant), n’est-on pas en train de dégager un boulevard pour celle qui semble toujours avoir le vent en poupe ?

Va-t-on nous sortir Hulot du chapeau pour faire office de sauveur ? Mon optimisme certain est en train de laisser place à un certain pessimisme.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

RV le 28 avril.

24 Avril 2016, 21:52pm

Publié par Bernardoc

RETRAITÉS, SALARIÉS, JEUNES :

ENSEMBLE, NOUS AVONS RAISON

DE REFUSER LE PROJET DE LOI TRAVAIL.

Retraités nous sommes largement mobilisés pour défendre notre pouvoir d’achat. Le 10 mars à l’ap­pel de neuf organisations nous étions des milliers à manifester dans toute la France pour refuser le blo­cage de nos pensions.

Le mécontentement est fort aussi en matière d’injustice fiscale avec la suppression de la de­mi-part pour les veuves et les veufs et la fiscalisation de la majoration de 10 % des pensions des retraités ayant eu au moins trois enfants.

Retraités nous sommes nombreux à manifester avec les jeunes, les salariés et les demandeurs d’emploi pour re­fuser le projet de loi Travail El Khomri.

Nous sommes inquiets pour l’avenir de nos enfants, petits-enfants.

La majorité des Français a compris que ce projet va orga­niser une régression généralisée des droits, créer un dum­ping social entre les entreprises d’un même territoire et d’une même branche et aggraver les inégalités entre les salarié-es. Le 31 mars plus d’un million de manifestants dans 250 villes avec plusieurs milliers d’arrêts de travail ont exigé le retrait du projet de loi. 70 % des français considèrent que le projet de réforme du code du travail constitue une menace pour les droits des salariés. Ils ont raison. Il constituerait un recul his­torique du droit social.

CE PROJET DE LOI VA AUSSI TOUCHER L’ENSEMBLE DES RETRAITES.

Par exemple si cette loi passait :

l Il serait possible de diminuer le taux de majoration des heures supplé­mentaires et les salaires avec l’argu­ment de difficultés de l’entreprise.

l La possibilité pour une entreprise de licencier sans avoir de difficultés économiques.

l La baisse de rémunération des heures complémentaires pour les temps partiels.

l La possibilité par accord d’imposer aux salariés une baisse de leur salaire et une modification de leur temps de travail.

Ces quelques exemples montrent que l’objectif du projet de loi, c’est bien de réduire les rémunérations, c’est faire « baisser le coût du travail » pour faire plaisir au patronat. Cela aurait des répercussions en matière de baisse de cotisations sociales pour la Sécurité sociale et pour les régimes de retraite de base ou complémentaires.

Les cotisations versées aux caisses de retraite, qu’elles soient de base ou complémentaires, seront diminuées. Il y a donc un grand danger pour nos pensions de retraite, notre Sécurité sociale.

OUI, NOUS SOMMES SOLIDAIRES AVEC LES JEUNES, LES SALARIÉS, MAIS EN AGISSANT TOUS ENSEMBLE NOUS DÉFENDONS NOTRE DROIT À VIVRE DIGNEMENT NOTRE RETRAITE.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et FIDL appellent à manifester le 28 avril pour faire disparaitre un projet de loi qui va organiser une régression généralisée des droits.

Ne laissons pas le Medef et le gouvernement imposer cette loi.

DANS TOUTE LA FRANCE

LE 28 AVRIL

MANIFESTONS ENSEMBLE

A Bordeaux, 10h30 Place de la République.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

RÉFUGIÉS : LA FORTERESSE EUROPE À LA DÉRIVE.

23 Avril 2016, 11:47am

Publié par Bernardoc

Communiqué FIDH (Fédération Internationale des Droits de l'Homme).

Le week-end dernier près de 500 réfugiés auraient péri en Méditerranée. Ce nouveau naufrage porterait à plus de 1250 le nombre de personnes décédées pour la seule année 2016. Quand cette tragédie cessera-t-elle enfin ? Certainement pas prochainement si l’Union européenne (UE) poursuit sa politique migratoire...

Face à la crise actuelle, l'UE s'entête à refuser de créer des voies de migration légales et sûres dans des proportions suffisantes. Sa seule réponse a été de renforcer la protection de sa frontière extérieure à tout prix et d’externaliser la gestion des migrations auprès de pays qui ne sont pas en mesure de fournir des garanties suffisantes en matière de respect des droits humains.

Le 18 mars, les dirigeants de l’Union européenne et la Turquie ont conclu un accord honteux prévoyant l'expulsion vers la Turquie de tous les "migrants irréguliers" arrivés en Grèce après le 20 mars. Ces expulsions ont commencé le 4 avril, sur la base d’un "troc" particulièrement abject. L’UE a ainsi accepté d'accueillir un Syrien venant de Turquie pour chaque Syrien reconduit vers la Turquie.

Pour appuyer notre plaidoyer contre cet accord cynique et illustrer la tragique situation des réfugiés en Grèce, en Turquie et dans la mer Égée, nous avons publié une série de visuels autour du concept « ce qu’il se passe vraiment ».

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Appel solennel du Conseil National du Mouvement de la Paix.

22 Avril 2016, 10:59am

Publié par Bernardoc

La situation nationale et internationale appelle en France et dans le monde, une mobilisation des peuples pour la défense de la paix et l’émergence d’une civilisation de justice, de démocratie de solidarité, de Paix.

La responsabilité du peuple français en tant que dépositaire de la souveraineté d’un État membre du conseil de sécurité des Nations Unies mais aussi d’une des principales puissances militaires au monde qui plus est dotée de l’arme nucléaire est grande.

Cette responsabilité est d’autant plus grande que la France détient un grand nombre de bases militaires à l’étranger, est un des plus grands vendeurs d’armes au monde et est engagée dans de nombreux conflits. Cette responsabilité nécessite un investissement majeur du peuple français sur les questions de la paix et la sécurité et pour l’émergence d’une culture de la paix et de la non-violence.

Les attentats qui ont meurtri le peuple français en 2015, mais aussi la montée de l’extrême droite et l’imprégnation croissante de la société française par des idées fascisantes impliquent une mobilisation populaire, citoyenne et pacifiste sans précédent.

Cette mobilisation est d’autant plus nécessaire que les réponses données par le gouvernement français sont essentiellement sécuritaires, militaires et policières Ces mesures marginalisent, voire ignorent le judicaire. Elles visent au plan national à pérenniser un état d’urgence attentatoire aux libertés publiques, à constitutionnaliser cet état d’urgence avec tous les risques que cela comporte de remise en cause des fondements mêmes de la République et enfin, à poursuivre la remise en cause des acquis sociaux pourtant garants du vivre ensemble.

Le combat pour la paix est le combat de toutes celles et tous ceux qui résident en France. Ce combat doit être mené en visant à rassembler le plus largement possible toutes les composantes de la nation et en premier lieu tous ceux qui se battent pour la démocratie, la liberté, la fraternité, les solidarités, le progrès social, le respect de l’environnement que ce soit en tant que syndicalistes, féministes, écologistes, politiques, intellectuels et artistes… et/ou membres d’une communauté philosophique ou religieuse.

L’histoire a montré que sur toutes les questions constitutives de la défense et de la promotion de la paix, les pires mésaventures peuvent arriver quand les peuples n’ont pas investi suffisamment ce terrain et l’ont laissé entre les mains des experts, des spécialistes ou des professionnels de la politique et de la diplomatie.

L’intervention des peuples est nécessaire pour faire progresser ces idées. De même, il est déterminant que le maximum de personnes s’approprie les éléments constitutifs d’une culture de la paix telle que définie par les Nations Unies : « la culture de la paix c’est un ensemble de valeurs, attitudes, comportements et modes de vie qui rejettent la violence et préviennent les conflits en s’attaquant à leurs racines par le dialogue et la négociation entre les individus, les groupes et les Etats. ».

Cette mobilisation doit se traduire par un travail d’éducation populaire massif au sein de l’opinion publique à travers des débats et des actions de sensibilisation, mais aussi des actions de pression vis-à-vis des institutions publiques et des décideurs. Ces actions, que nous avons la responsabilité de conduire en tant que mouvement d’éducation populaire et de transformation sociale, ne doivent pas empêcher partout où c’est possible de mettre en œuvre des partenariats entre les associations, les organisations et les institutions que soit au plan local, régional ou national ou international.

Pour atteindre ces objectifs, toutes les ressources humaines sont nécessaires, toutes les contributions sont utiles et bienvenues. La mobilisation pour la paix sera efficace dans la mesure où le maximum d’individus, d’organisations et d’institutions travailleront de concert pour l’émergence d’une civilisation de paix.

En revanche, l’expérience montre également que la réussite n’est pas possible sans l’existence de mouvements de paix présents sur le tout le territoire national et investis dans les réseaux internationaux, capables d’aborder l’ensemble des thématiques nationales et internationales impliquées dans la construction d’un monde de paix

Le Conseil National du Mouvement de la Paix dans ce contexte appelle avec solennité tous ses comités, tous ses adhérents, tous ses amies et amis pour une mobilisation sans précédent afin de faire face à quatre enjeux majeurs :

  • Le renforcement du Mouvement de la Paix avec l’objectif d’un doublement du nombre d’adhérents en 2016
  • le rajeunissement de ses effectifs et de ses responsables et animateurs
  • la création de nouveaux comités de paix locaux qui constituent les outils indispensables pour une influence nationale du Mouvement de la Paix
  • une présence publique physique active, militante et régulière au sein de la population afin de donner une visibilité et une efficacité accrue à l’action du Mouvement au sein de l’opinion publique à travers la mise œuvre audacieuse de ses campagnes

Le conseil national du Mouvement de la Paix appelle tous ses membres à agir d’arrache-pied pour atteindre ces objectifs qui sont incontournables pour atteindre une meilleure efficacité.

C’est une nécessité pour répondre aux attentes de la population face aux enjeux de la situation nationale et internationale actuelle.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Appel du 51ème congrès de la CGT.

21 Avril 2016, 11:29am

Publié par Bernardoc

Les 1 000 délégués réunis en congrès à Marseille du 18 au 22 avril 2016 ont analysé la situation économique et sociale, le contexte des mobilisations désormais ancrées dans le pays depuis plus d’un mois et demi.

La CGT lance un appel fort et déterminé à l’ensemble des salariés du privé et du public, des jeunes, des privés d’emploi, des retraités et de ses syndicats, à poursuivre et amplifier partout le rapport de force jusqu’au retrait du projet de la loi dite « Travail » dynamitant notre modèle social.

Il s’agit d’organiser dans toutes les entreprises et les établissements des réunions d’information, des rencontres afin de s’opposer encore plus fort à tous les mauvais coups et à imposer de nouvelles conquêtes sociales. Un espoir immense s’ouvre pour le monde du travail grâce à la lutte unitaire menée par une CGT moderne, porteuse de propositions en phase avec l’ensemble des travailleurs, à l’image du rejet massif du projet de loi El Khomri exprimé par 70% de l’opinion publique. Un mouvement qui fait face à un gouvernement désavoué, en rupture profonde avec la population et singulièrement toute la jeunesse. Un exécutif à l’écoute d’un patronat rétrograde et menaçant, privilégiant la finance à la réponse aux besoins sociaux et ambitionnant de détruire toutes les garanties collectives en fixant comme seul horizon la précarité généralisée, l’incertitude du lendemain.

Le désespoir est dans le renoncement, l’espoir est dans la lutte.

Dans ce cadre, la CGT appelle toutes les organisations à amplifier la riposte, dès le 28 avril, par la grève interprofessionnelle et les manifestations pour obtenir dans un premier temps le retrait du projet de loi de casse du code du travail.

D’ici le 28 avril, la poursuite de la construction de l’action implique la tenue d’assemblées générales dans les entreprises et les services publics pour que les salariés décident, sur la base de leurs revendications et dans l’unité, de la grève et de sa reconduction pour gagner retrait et ouverture de véritables négociations de progrès social.

Pour un code du travail du 21ème siècle, Pour la mise en œuvre d’une réelle sécurité sociale professionnelle, Pour la réduction du temps de travail à 32 heures.

Le 28 avril, comme le 1er mai, journée internationale de lutte des travailleurs sont autant d’étapes vers la victoire.

Marseille, le 20 avril 2016

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

1 2 3 > >>