Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Vers une évolution de nos institutions ?

30 Septembre 2015, 16:53pm

Publié par Bernardoc

Si j’en crois les indiscrétions de Libération, le Président de l’Assemblée nationale doit remettre un rapport après-demain, révélant 17 propositions qui devraient secouer le cocotier de nos politiciens professionnels et qui auront donc fort peu de chance d’être adoptées, les élus étant fort peu enclins à se tirer une balle dans le pied, voire pire.

Parmi celles-ci :

  • Septennat non renouvelable ;
  • Proportionnelle aux législatives ;
  • Réduction du nombre de parlementaires ;
  • Interdiction du cumul dans le temps.

Ne sont-ce pas de beaux principes que l’on aimerait voir appliquer ?

Revenir au septennat permettrait au président de ne pas penser à sa réélection et de conduire le pays en suivant les bases sur lesquelles il a été élu. Et puis, tout le monde n’est pas Mitterrand pour accomplir deux septennats. Et n’oublions pas que souvent la vieillesse est un naufrage.

La proportionnelle : en tant qu’électeur, je ne l’ai connu qu’en 1986 ; c’est pourtant la façon de représenter le plus fidèlement les citoyens. Et qu’on ne nous parle pas de dose, s’il vous plaît !

La proposition suivante est celle qui risque de faire le plus mal aux portefeuilles de ces messieurs-dames, dont certains seront peut-être obligés de retourner au boulot. Mais gageons que d’ici-là ils auront trouvé comment bien s’arranger leur retraite.

Quant à l’interdiction du cumul dans le temps, elle est fort peu évoquée ; c’est pourtant le seul moyen de renouveler un peu le personnel politique et de redonner envie aux citoyens de se déplacer pour aller voter. Je pense néanmoins qu’il faut parler du non-cumul du même mandat. Ainsi un maire pourra toujours se présenter ensuite aux conseils départemental, régional, législatives, sénatoriales et présidentielle (pas forcément dans ce sens), mais en n’accomplissant qu’un seul de ces mandats.

Mais n’espérons pas trop vite, le bon sens n’est pas ce qui est le mieux partagé en politique.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Infrastructures.

29 Septembre 2015, 08:58am

Publié par Bernardoc

Le TGV va arriver à Dax, ville de 20 810 habitants, sous-préfecture des Landes ; une déviation semble prévue vers la préfecture, Mont de Marsan et ses 32 000 habitants. Ce serait faire preuve de mauvaise foi que de faire remarquer que le maire de Dax est socialiste et que la maire de Mont de Marsan est de droite et que cela a pu inspirer le choix.

Le TGV assurera également la ligne Bordeaux –Toulouse.

Le coût total dépassera les 8 milliards d’euros ; si le coût est équivalent, cela représente environ 4 milliards pour nos voisins landais, soit environ 80 000 € par habitant. La dépense est-elle vraiment nécessaire en ces temps d’économies forcées ? Je n’en suis pas intimement persuadé. D’ailleurs c’est pour cela qu’on parle de Partenariat Public Privé (comme la tristement fameuse autoroute vide Langon-Pau), ce qui entraînera des augmentations d’impôts supplémentaires, puisque le TGV sera trop cher et que les gens utiliseront les autocars Macron, et donc il faudra bien combler le déficit de ce qui reste encore une Société Nationale.

Il y a quelques décennies, j’avais le temps de lire un livre entre Bordeaux et Paris. Depuis la LGV partielle, je n’ai pas le loisir de terminer mon ouvrage. Sans compter que l’on peut s’attendre à l’abandon, d’abord des voies, puis des trains reliant ces villes. Tu parles d’un progrès ! Et je n’aborde pas le problème des expropriations et de défiguration du paysage que ces LGV vont entraîner ! N’y aurait-il pas eu moyen d’augmenter légèrement la vitesse (si vraiment nécessaire) en rénovant les voies existantes ? Hier il y a encore eu un accident de passage à niveau ; les sommes envisagées ne seraient-elles pas mieux utilisées pour supprimer ces lieux accidentogènes ?

Finalement, le maire de notre commune voisine est bien modeste en ne réclamant qu’un tram pour ses 30 000 habitants !

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

"Saveurs d'en France".

28 Septembre 2015, 08:56am

Publié par Bernardoc

C’est le titre d’un excellent article de Périco LEGASSE, critique gastronomique de Marianne. Il y épingle la ministre de l’Education Nationale (je mets toujours des majuscules, après avoir parlé de l’EN pendant plus de quatre décennies) qui a dit : « Supprimer la possibilité d’avoir un menu non confessionnel, je trouve que c’est une façon, en réalité, d’interdire l’accès de la cantine à certains enfants. » Le surtitre de l’article déclarait d’ailleurs : Oui, le cochon est un aliment laïc et républicain.

Il y a vraiment de quoi rêver ! Lorsque j’ai commencé ma carrière, un peu avant la naissance de notre ministre, le communautarisme n’existait pas et l’école laïque était toujours le creuset républicain que j’avais connu dans mon enfance entre Barbès, Château-rouge et La Chapelle.

Lorsque je suis devenu personnel de direction, la plupart des élèves se réclamant d’une religion rentraient déjeuner (du moins je l’espère) chez eux ou au restaurant casher du coin. Ceux qui restaient évitaient de manger du porc lorsqu’il y en avait. Quant aux végétariens (-liens), le problème n’a jamais été soulevé.

Dans un autre collège, une certaine communauté d’élèves prétendait empêcher une élève de manger ce dont elle avait envie, sous prétexte de religion. Le signalement que j’avais fait alors avait provoqué un entretien dans mon bureau avec une représentante de ce qui était encore les RG. Mais il y avait aussi un certain nombre d’élèves qui se découvraient religieux lorsque qu’au menu ils préféraient un steak haché.

Enfin, dans mon dernier collège, quelques élèves refusaient toute viande, ne sachant pas si elle était hallal. Si des Yazidis arrivent parmi les réfugiés, faudra-t-il bannir la laitue et le chou des menus proposés ?

Soyons sérieux, nos enfants méritent mieux que ça, ne serait-ce que pour éviter l’extinction des Lumières en ce XXI° siècle.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Deux poids, deux mesures ?

27 Septembre 2015, 12:32pm

Publié par Bernardoc

« En Catalogne, les indépendantistes tentent un nouveau coup de force ».

Titre du monde.fr de ce jour.

Il y aura bientôt 80 ans, les Catalans n’ont pas été les derniers à lutter contre la brutalité fasciste de Franco, et ils en ont payé le prix du sang (comme les Basques d’ailleurs). Malgré la chape de plomb qui pesait sur eux, ils ont réussi à maintenir leur langue interdite. Depuis plusieurs années, ce ne sont pas les partis espagnols qui sont au pouvoir, mais des partis catalans, pas tous progressistes, convenons-en. Et une campagne européenne se déchaîne contre la liberté proposée aux citoyens de choisir eux-mêmes leur avenir, avec menaces à la clé d’exclusion immédiate des institutions européennes. Vu l’état de l’Union européenne en ce moment, on peut se demander si c’est véritablement une menace, et en tout cas, je ne pense pas que cela pèse sur le vote d’aujourd’hui. Et un pays qui va choisir la République plutôt que la royauté est-il si rétrograde que ça ? Je pense qu’une Catalogne indépendante ne serait pas pire au sein de l’Europe que la Hongrie, par exemple, ou les pays issus de l’ex-Yougoslavie. A-t-on vu des institutions protester lors de la partition de la Tchéco/Slovaquie ? Et les réactions face aux réfugiés de pays qui se déclarent chrétiens, est-ce bien acceptable ? Les quelques fois où je suis allé en Catalogne, il m’a semblé que c’était un pays très dynamique, le seul loupé étant la Sagrada Familia à Barcelone (mais après tout, c’est peut-être le vieux fond anar des Catalans qui fait traîner le projet de Gaudi en longueur !).

Il y a quelques mois, les réactions étaient tout autres lors du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, et l’UE était prête à ouvrir en grand les bras à ce nouveau pays, en profitant peut-être au passage pour se débarrasser de l’Angleterre dont l’engagement européen est pour le moins tiède, et c’est une litote.

Wait and see.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Vaut-il mieux en rire ?

26 Septembre 2015, 14:56pm

Publié par Bernardoc

Ce titre fait référence à une rubrique de Marianne : « Mieux vaut en rire ! ». Mais en fait, n’est-ce pas à pleurer ?

Volkswagen, symbole de l’Allemagne qui dit pis que pendre des Grecs auxquels elle n’a toujours pas remboursé la totalité de sa dette : à mon avis, la seule chose qu’il lui reste à faire, c’est profil bas et présenter des excuses à tous les gens qu’elle a lésés.

Le foot, et l’implication de Platini. Les deux millions de francs suisses ne seraient que le reliquat d’une rémunération qu’il attendait depuis une dizaine d’années. Mais comment a-t-il pu survivre avec ce manque à gagner de 43 000 € par mois ? Vous pensez qu’il avait d’autres revenus ? Et à combien ses émoluments principaux se montaient-ils ? Vu le soutien que lui accorde notre premier ministre, je doute fort qu’un redressement fiscal lui soit adressé. Mais peut-être (sans doute ?) est-il domicilié dans un paradis fiscal ? Ce qui m’étonne quand même, c’est que cet ancien joueur, effectivement bien moins payé à l’époque que les vedettes de maintenant, ait pu apparaître comme totalement innocent et blanc comme neige alors que son comparse depuis des années se révélait être un truand. Attendons la suite, et souvenons-nous que Cahuzac avait été soutenu par le gouvernement pendant des semaines avant d’être lâché.

A Los Angeles, un prince saoudien arrêté pour menaces et maltraitance à l’encontre d’une femme ; et ce n’est pas le premier ! J’ignore combien de temps ce pays féroce partisan de la peine de mort sera en charge des droits de l’Homme à l’ONU, mais je sens qu’Amnesty et la FIDH auront du pain sur la planche.

A part ça tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Dormez bien !

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Belle réflexion.

25 Septembre 2015, 19:50pm

Publié par Bernardoc

J’ai entendu lors de la revue de presse de ce matin une citation de Régis DEBRAY ; ce philosophe n’est pas habituellement ma tasse de thé (je veux dire que je le connais mal), mais j’ai dressé l’oreille lorsque la journaliste a lu : « La gauche préfère le pouvoir sans idée aux idées sans pouvoir. »

Et je dois dire que cette réflexion est hélas tristement actuelle.

Par défaut, avec quatre millions de concitoyens, nous avions voté Hollande au deuxième tour, en accordant quelque crédit aux 60 propositions du candidat. Las, bien vite, les idées qui auraient pu apparaître progressistes et même, j’ose le mot, socialistes, ont été remplacées par les macroneries, célébrées par celui qui avait promis d’abandonner la politique, Sarkozy.

Et une belle illustration de la pensée de Régis DEBRAY est bien l’utilisation de l’article 49.3. D’aucuns considèrent cette manœuvre comme une victoire, mais là aussi, c’est bien le pouvoir et le statut de député qui leur interdit de proposer une motion de censure ! Pourtant, faire tomber le gouvernement n’implique pas obligatoirement la dissolution de l’assemblée, simplement le remplacement de ceux qui se pavanent devant le merdef par des gens de gauche. Et cela redonnerait peut-être aux citoyens l’envie d’aller voter plutôt que de se réfugier dans l’abstention devant les trahisons à répétition de ceux qui ne sont qu’attachés au pouvoir, et ce à tous les niveaux.

Je veux ici saluer les militants de l’Unité Populaire en Grèce, qui pour rester fidèles à leurs engagements et à leurs convictions, ont refusé de rester dans un parti qui gère l’austérité imposée par la Troïka à leur pays. Bravo Camarades, votre tour viendra quand le peuple n’en pourra vraiment plus !

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Drames de la retraite.

24 Septembre 2015, 00:02am

Publié par Bernardoc

Environ 452 000 retraités continuent de travailler pour percevoir un salaire afin de compléter leur pension, soit 3% des personnes parties à la retraite.

Le départ à la retraite ne rime pas forcément avec l’arrêt de sa carrière. 452 000 retraités travaillaient en 2013, selon une étude de l’Insee publiée récemment. Un chiffre en hausse de 6% en un an.

"Un véritable bond en quelques années, encouragé notamment par l'article 88 de la loi de financement de la Sécurité sociale de 2009 visant à développer le dispositif et ouvrant la possibilité du cumul à tous les retraités ayant réuni les conditions d'une retraite à taux plein et ayant liquidé ses droits", précise Le Figaro, qui relaie l’étude.

Parmi ces retraités qui travaillent, on trouve principalement des cadres et diplômés du supérieur, avec des compétences plus recherchées par les employeurs. "Ces catégories connaissent des taux de remplacement retraite-salaire plus faibles et peuvent aussi bénéficier d’opportunités accrues de cumul", explique l’Insee.

Les emplois non-salariés sont eux-aussi surreprésentés : professions libérales, agriculteurs, artisans et commerçants. 30% des retraités qui travaillent ont l’une de ces professions. Les trois quarts des retraités travaillant sont en temps partiel, le plus souvent à mi-temps.

On remarque également des disparités en fonction de la situation géographique des retraités. Ainsi, ce sont dans les régions les plus dynamiques que l’on trouve le plus de seniors au travail. Ils sont 18,9% à travailler en Île-de-France et 10,5% dans la région Rhône-Alpes, selon des chiffres de la CNAV de 2014.

A noter que tous ces chiffres de l’Insee ne comprennent pas les anciens fonctionnaires, qui eux aussi peuvent cumuler un travail et une pension de retraite.

Article tiré de planet.fr

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Après la défense des libertés aujourd'hui,...

23 Septembre 2015, 00:45am

Publié par Bernardoc

Le 8 octobre 2015,

La Fonction publique se mobilise

Pour les salaires, pour l’emploi

Pour les conditions de travail !

Les syndicats de la Fonction publique (CGT – FSU – SOLIDAIRES – FAFP) appellent l’ensemble des agents de la Fonction publique à se mobiliser avec les salarié-es du secteur privé, dans l’action interprofessionnelle du 8 octobre 2015.

Ensemble pour les salaires !

Oui, sur le pouvoir d’achat, la Fonction publique est bien pénalisée par les politiques austéritaires, après plus de cinq ans de gel de la valeur du point d’indice !

Ces pertes de pouvoir d’achat, inédites pour tous les agents des trois versants de la Fonction publique, et ce quelle que soit leur catégorie, ont même des effets de paupérisation pour nombre d’entre eux qui s’ajoutent à un sentiment de déclassement.

Il est donc légitime de revendiquer un rattrapage des pertes subies par l’octroi de points d’indice pour tous, et d’exiger l’ouverture de négociations salariales immédiates pour enfin mettre un terme au gel de la valeur du point d’indice.

Ensemble pour l’emploi !

Les cadrages budgétaires pour l’année 2016 confirment la poursuite des suppressions d’emplois dans un grand nombre de secteurs de la Fonction publique. Hormis les administrations définies comme prioritaires, les suppressions de postes s’aggravent. De ce fait, l’exercice de missions publiques est mis à mal, la précarité des non-titulaires perdure et les conditions de travail des agents se dégradent. En ce début d’automne, les projets de budgets 2016 de l’Etat, des collectivités territoriales ou encore de la Sécurité sociale seront des indicateurs forts et une étape sur laquelle nous devons peser par la mobilisation.

Nous revendiquons la fin des suppressions d’emplois et les créations dans les meilleurs délais des emplois statutaires nécessaires pour répondre aux besoins de la population sur l’ensemble du territoire.

Ensemble pour les services publics !

Nous exigeons des services publics de qualité répondant aux besoins des usagers sur l’ensemble du territoire.

Les réformes territoriales ne seront pas sans conséquences négatives pour les personnels en termes de mobilité, de suppressions d’emplois, de transferts de missions et de dégradation des conditions de travail.

Le projet de loi santé est également porteur de graves menaces sur la qualité du service public.

Ensemble avec tous les salariés-e-s !

Enfin, comment ne pas se sentir directement concernés par les attaques contre les 35 heures, les projets inacceptables de remise en cause des garanties du Code du travail… ?

Les organisations syndicales (CGT – FSU – SOLIDAIRES – FAPP) considèrent que les personnels de la Fonction publique doivent construire ensemble les conditions de la réussite d’une mobilisation qui doit marquer un coup d’arrêt à cette politique de régression sociale.

Non, l’austérité ne passera pas par nous !

Le 8 octobre 2015,

Mobilisons-nous sous toutes les formes appropriées :

Grèves, manifestations, rassemblements !

Paris, le 21 septembre 2015

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Ca se passe comme ça dans les villes dirigées par l'extrême droite.

22 Septembre 2015, 00:09am

Publié par Bernardoc

Extraits d’un document intersyndical.

Béziers : extraits du courrier d’un enseignant à la Directrice Académique au sujet des affiches « le nouvel ami du policier » :

« J’ai le devoir d’appeler votre attention sur le problème spécifique posé aux enseignants des écoles élémentaires et plus encore sans doute dans les collèges et les lycées par la publication, la diffusion massive et le battage médiatique conséquent autour de l’affiche ci-jointe. (…) L’association des deux mots : armes et ami, du concept de nouveauté me paraît particulièrement perverse.

(…) Il est bien entendu de notre devoir d’enseignants de répondre au mieux aux questions réellement posées par nos élèves en fonction de l’évolution de la société. Il ne faudrait pas que l’inconscience, l’aveuglement partisan ou simplement une méconnaissance totale des rapports sociaux et des réalités éducatives ne porte à graves conséquences. Je vous demande donc d’intervenir au plus vite pour le retrait de cette affiche portant une atteinte à l’ordre public au travers du rapport aux armes et à la police qu’elle véhicule. »

Bollène : « Depuis des années, je propose à mes élèves, suite au travail de classe, de venir aux commémorations du 11 novembre et du mai. En 2012, nos élèves de CM2 ont beaucoup travaillé sur la seconde guerre mondiale et ont pu rencontrer d’anciens résistants de Bollène.

Le 18 juin, lors de la cérémonie commémorative de l’appel, sept élèves étaient présents. Face au refus de la mairie de diffuser le Chant des Partisans, quelques personnes présentes ont rouspété. Là, deux adjoints se sont avancés et ont commencé à chanter la Marseillaise d’une manière très agressive. Les élèves ont eu peur et ont reculé. Je leur ai demandé de rentrer chez eux calmement. Plus jamais je ne voudrais remettre mes élèves dans une telle situation.

Au-delà de toute considération politique que les enfants n’ont pas, ils ont bien senti la violence de ce moment-là. »

Bravo et merci à ces courageux collègues de continuer à transmettre malgré tout les valeurs de notre République.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Patrimoine 2015 (2).

21 Septembre 2015, 07:17am

Publié par Bernardoc

Je m’étais inscrit pour guider la dernière visite de la Bourse de ces journées européennes du patrimoine 2015. Nous nous sommes donc retrouvés trois : Ghyslaine au nom de l’UD, moi au nom de l’IHS, et un homme fort compétent et sympathique au nom de l’association Pétronille. Avec Ghyslaine, nous l’avions déjà fait l’an dernier, et nous avons repris un peu le même modèle : je parlais un peu de l’architecture et je la lançais sur l’histoire sociale, et nous apportions chacun à notre tour certaines précisions ou corrigions certains oublis : nous sommes des militants, et cela se devait d’apparaître au cours de la visite. Quant à notre troisième comparse, il se réservait la partie artistique, puisque ce n’est pas un hasard si la Bourse est classée monument historique depuis 1998 et apparaît aussi comme témoin de l’architecture du XX° siècle.

Cette année un accordéoniste accueillait les visiteurs et déambulait avec nous. Il y avait aussi des installations artistiques et une intervention théâtrale dans le hall et dans la salle Ambroise CROIZAT, dont nous avons retracé les réalisations.

Nous avons présenté également LSR (Loisirs et Solidarité des Retraités) et les activités qu’elle propose, l’IHS, ses productions, sa bibliothèque et ses archives, et annoncé la cérémonie en mémoire des fusillés de Souge lundi soir (ce soir à 17h30).

Comme l’an dernier, nous avons été applaudis à la fin de la visite qui a duré 1h45. Sûrement parce que nous sommes de bons pédagogues ! Putain, j’ai les chevilles qui enflent !

Quelques photos sous le lien (mais Ghyslaine en a mis sur FB) :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6196703545481043409?authkey=CL_ukpH1yfWkigE

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

1 2 3 > >>