Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

"Macron" : 3ème épisode.

31 Mars 2015, 13:49pm

Publié par Bernardoc

Il faut que je me dépêche un peu, puisqu’on parle d’une loi « Macron2 ». Dans la cadre de l’augmentation de la sécurité ( ?) sur nos routes, l’examen du code et le permis poids lourd seront privatisés. C’est sûrement mes quatre décennies de fonctionnaire qui m’inspirent, mais je continue de penser que, pour ce qui concerne la sécurité de la population, c’est quand même à la puissance publique que je fais confiance.

Le projet va mettre en place ce que Sarkozy avait proposé : la priorité au logement « intermédiaire ». Mais les gens aux petits revenus continueront de souffrir pour arriver à se loger. Les analyses de la fondation abbé Pierre sont parlantes à ce sujet.

Le travail du dimanche : sur la base du volontariat, nous dit-on. Mais si on n’est pas volontaire, eh bien cela risque d’être difficile de prendre ses congés entre juin et septembre. Et ce ne sera plus le code du travail qui le gèrera, mais des accords de branches voire d’entreprises. Et tout dépendra alors de la puissance syndicale dans les négociations pour permettre aux gens d’avoir une vie familiale à la maison et non à l’entreprise. En parallèle on peut ajouter le raccourcissement du travail de nuit qui ne commencera plus à 21 heures, mais à minuit : des économies sur trois heures pour les patrons : soyons modernes, que diable !

La loi supprime toute référence aux licenciements collectifs en deçà de dix salariés : il suffira donc d’étaler les licenciements dans le temps pour échapper à tout contrôle administratif : sans doute ce qu’on appelle le choc de simplification !

Dernier point, et non des moindres : la réforme des prud’hommes. Il faut dire que les conseillers sont incompétents dans leur fonction et partiaux dans leur jugement. Donc, plus d’élection, mais des désignations, les conseillers se trouvant alors muselés dans leur action syndicale.

Une belle loi de gauche en somme !

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Audition.

30 Mars 2015, 07:22am

Publié par Bernardoc

         Il y a un peu plus d’un mois, je suis allé passer le bilan quinquennal offert par la Sécu. Les résultats ont montré une nette diminution auditive. Il faudrait peut-être que je songe à me faire appareiller car j’ai l’impression d’avoir été frustré en n’entendant pas tout ce qu’a dit notre premier ministre hier soir. En effet, après ces élections « départemandales » comme le dit un dessin sur FB, voici ce que j’ai réussi à entendre : …j’ai entendu le message…nous allons poursuivre et même amplifier et accélérer notre politique…

         Il doit me manquer des négations dans ces affirmations, non ? Car dit comme cela on dirait bien que le message qu’il a compris n’est pas vraiment celui qui lui a été envoyé.

         Bon sang, mais c’est bien sûr ! Ce n’est pas moi qui ai des problèmes d’audition, c’est lui ! D’ailleurs nous irons lui rappeler le message le 9 avril dans la rue (je me suis même laissé dire qu’il y aurait deux ou trois socialistes, qui prétendent redevenir « frondeurs » une fois les élections passées). Gageons qu’à l’instar de Sarkozy il nous sortira en rigolant – non, ce n’est pas son style - que « lorsqu’il y a une grève dans ce pays, personne ne le remarque ».  Et je suis prêt à parier que le résultat de cette grève générale intersyndicale et des manifestations qui l’accompagneront sera une nouvelle déclaration insistant sur l’urgence d’accélérer la politique.

         Puissé-je me tromper !

         Allez, JFL et Andromède, à vous !

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Pourvu que ça n'arrive pas en fin de journée !

29 Mars 2015, 08:17am

Publié par Bernardoc

 

2h30 : c’est ce que nous perdons chaque mois à tenter de retrouver nos clés égarées, notre téléphone portable ou encore un vêtement bien caché dans nos armoires, selon une enquête Ipsos publiée il y a quelques jours

Ramenée à l’échelle d’une vie, cela représenterait même deux mois de perdus dans notre vie à chercher tous ces objets. Et pire encore, cela aurait un véritable impact économique. "Si nous poussons le raisonnement plus loin et ramenons cela à une donnée économique, cela représenterait même jusqu’à 11,5 milliards d’euros de perte chaque année en France si on valorise le temps perdu au taux horaire SMIC".

86% des Français déclarent ainsi avoir déjà perdu du temps à chercher un objet personnel égaré. Et 53% d’entre eux admettent que cela représente une véritable source de stress. "12% des Français avouent être déjà arrivés en retard à un rendez-vous professionnel à cause d'un objet égaré. 4% des Français ont raté un voyage à cause de cela !".

Parmi les objets les plus égarés, on retrouve évidemment les clés (61%), les téléphones (59%) ou encore les gants, bonnets et écharpes, selon 41% des Français interrogés. Des objets oubliés après une sortie nocturne pour 25% d’entre eux. 

Toujours selon ce sondage, 79% des plus de 65 ans disent avoir perdu du temps à chercher un objet perdu. Un taux qui monte même jusqu’à 91% chez les moins de 35 ans.

Encore tiré de planet.fr

Et ce n’est pas fini…



Voir les commentaires

Neutralité pré-électorale.

28 Mars 2015, 08:21am

Publié par Bernardoc

Extrait de planet.fr

Des archéologues argentins ont découvert, dans la jungle argentine, trois structures à moitié effondrées et grignotées par la végétation. Ils pensent que ces ruines ont constitué une cachette secrète nazie pendant la seconde guerre mondiale, rapporte le journal Clarin (en espagnol), dimanche 22 mars, dans un article repéré par Le Monde.

Les constructions se trouvent dans le parc de Teyu Cuare. Les chercheurs y ont trouvé des pièces allemandes datées de 1938 à 1944, de la porcelaine allemande et de nombreuses inscriptions nazies.

"Apparemment, au milieu de la seconde guerre mondiale, les nazis ont développé un projet secret : construire des abris pour des dignitaires du régime en cas de défaite, sur des sites inaccessibles : au milieu du désert, dans les montagnes, sur une falaise ou au milieu de la jungle, comme ici", a expliqué Daniel SCHAVELZON au journal Clarin.

La cachette est située près de la frontière avec le Paraguay pour faciliter la fuite des dignitaires du régime nazi. Mais ils n'ont pas eu à se cacher ou à franchir les frontières vu que...

Et ce n’est pas fini…

 

Voir les commentaires

9 avril.

27 Mars 2015, 08:24am

Publié par Bernardoc

         C’est une date qui ne voudra sûrement pas dire grand-chose à certains de mes lecteurs adeptes du socialisme « moderne », celui impulsé par Monsieur VALLS, dont on se souvient qu’il avait été massivement choisi par les militants lors des primaires socialistes.

         D’autres, militants socialistes intransigeants, à l’image d’un ancien inspecteur du travail, descendront dans la rue en espérant obtenir le même résultat que pour le CPE (mais non, pas Conseiller Principal d’Education,  Contrat Première Embauche), c’est-à-dire le retrait définitive de la loi qui va à la fois amener les facteurs à faire passer le permis de conduire (ils auront un chauffeur pendant leur tournée ?), faire changer le calendrier des fêtes outre-mer (le 5 mars est déjà férié en Polynésie : c’est la date d’arrivée de l’évangile à Tahiti, apporté par les missionnaires anglais) et organiser la concurrence libre et non faussée avec la SNCF en prônant, geste hautement écologique s’il en est, le transport en autocar. Je ne suis pas fort en économie, mais je suppose que c’est justement pour en faire que cela est mis en place : ça doit revenir moins cher que d’entretenir les voies ferrées et surtout moins cher que d’augmenter les salaires, ce qui permettrait aux gens de prendre le train plus facilement.

         Décidément, je n’aurai pas fait le tour de cette loi en deux temps : il me faudra au moins une chronique supplémentaire pour vous parler de ce qu’un grand ministre de François MITTERRAND, Pierre JOXE a décrit comme étant une « déconstruction du droit social ». Soit il l’a mal lue, soit au contraire il l’a très bien lue.

         Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Un peu de socialisme "moderne".

26 Mars 2015, 06:33am

Publié par Bernardoc

         La campagne électorale étant close après la publication hier du communiqué des candidats du Front de Gauche du Haillan, quittons le département pour revenir à quelques réflexions sur la politique nationale.

Nous avions voté pour un président qui déclarait que son « ennemi [était] la finance ». Deux ans et demi plus tard, après le cadeau aux patrons que fut le CICE (qui a servi, entre autre, à augmenter les dividendes des actionnaires), voici qu’un ministre, dont la rumeur (détestable, bien sûr et non vérifiée) aurait fait dire à Juppé : « Je ne savais pas que nous avions un adhérent de plus à l’UMP », dans une volonté de réforme sociale, nous propose une loi fourre-tout qui a fait l’unanimité des députés socialistes puisqu’aucun ne s’est prononcé contre.

         Que contient donc cette loi « macron », puisque c’est d’elle qu’il s’agit ? Va-t-elle faire baisser le taux de chômage et permettre aux 5,5 millions de chômeurs de retrouver du boulot ? Va-t-elle réorienter les salaires à la hausse, alors qu’ils ont baissé de 0,4% depuis 2011 ? Je sais, je sais, c’était le précédent quinquennat, mais si nous avons voulu changer de président, c’était justement pour un changement de politique. Va-t-elle mettre fin au gel de nos pensions, voire les revaloriser ? Va-t-elle « enrichir » les 8,6 millions de pauvres ? Va-t-elle améliorer le sort des 3,5 millions de mal-logés ?

         En fait, cette loi est faite pour dispenser le parlement de légiférer puisqu’elle donne habilitation systématique à légiférer par ordonnances et renvoie à la prise de décrets. C’est donc l’exécutif qui décide de tout, sans débat parlementaire.

         Voici une loi qui dérèglemente tous les droits qui structurent le vivre ensemble. Nous sommes au XXI° siècle, nom de dieu. Les jours heureux, c’était le Conseil National de la Résistance et le siècle dernier. Soyons modernes ! Dans un article à venir, quelques points particuliers sur cette loi.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Déclaration des candidats Front de Gauche du Haillan.

25 Mars 2015, 11:01am

Publié par Bernardoc

Allez, Jean-François et Andromède, à vos plumes, mais restez courtois je vous prie.

Je suis particulièrement fier de la façon dont ce communiqué a été élaboré collectivement par l’ensemble des composantes des Amis du Front de Gauche du Haillan qui avaient porté nos candidatures. Ce fut un remarquable exercice démocratique qui nous a pris plus d’une journée et qui montre bien le grand respect que nous portons aux électeurs qui nous ont apporté leurs suffrages.

 

Tout d'abord, les candidats, les adhérents et l’association des amis du Front de gauche remercient les électeurs qui ont voté pour leurs listes.

Totalement boycotté par les médias au profit du FN, du PS et de l’UMP, les propositions du Front de Gauche n’ont pas eu l’écho espéré et nécessaires pour que l’Humain d’Abord devienne une priorité.

Sur le canton de Mérignac 1, avec 958 voix, le FdG réalise 6,58% des suffrages exprimés. Dans certains bureaux, il dépasse les 10%.

Les électrices et électeurs du Front de Gauche de notre canton ont également contribués à ne pas permettre au FN d’être présent au second tour (car moins de 12,5% des inscrits)

 Mais, ne nous voilons pas la face: le résultat n’est pas à la hauteur du mécontentement et de la colère grandissante qui selon nous, impose un changement de politique.

Dès sa présentation dans le journal, la liste EELV, partant battue d’avance, avait déclaré qu’elle se désisterait en faveur du PS, ce qui donne un total cumulé de 6553 voix.

La liste de droite, sans réserve de voix (car on n’imagine pas le FN appeler à voter pour l’UMP), arrive à 4360 voix.

La politique gouvernementale du PS, avec son cortège de régressions sociales, passées, présentes et à venir, de même que l'ultralibéralisme de l'UMP et ses "affaires" ne nous autorisent pas à donner des consignes de vote.

Malgré les reculs que le rapport des forces leur a imposé nous savons qu’ils ont ensemble, en projet, la suppression des départements et des communes ou du moins d’en diminuer les compétences.

Dans ce contexte de fort mécontentement nous pouvons comprendre que dans l’électorat de gauche, socialiste y compris, certains soient tentés par le vote blanc au second tour.

Dans les conditions d’aujourd’hui, le Front de Gauche encourage ses électeurs et électrices du 1er tour à exercer leur devoir civique de la manière qu’ils jugeront la plus adéquate en leur âme et conscience lors du second tour du 29 mars prochain.

Le 24 mars 2015,

Pour le Front de Gauche, les candidats,

Bernard SARLANDIE, Erika VASQUEZ

 

Et ce n’est pas fini…

 

 

Voir les commentaires

Affichage.

24 Mars 2015, 10:43am

Publié par Bernardoc

         Au premier tour, il y avait cinq listes en présence sur le canton, et c’était donc la guéguerre pour occuper les panneaux, en nombre insuffisant sur notre commune, malgré les demandes du Front de Gauche (voir le programme que nous avions diffusé au moment des municipales). Il y avait notamment le FN qui, en bon censeur, recouvrait systématiquement l’ensemble des panneaux lorsqu’il débarquait épisodiquement dans notre ville.

         Pour le deuxième tour, il n’y a plus que deux listes et la taille des panneaux municipaux permettrait de les faire voisiner, en toute démocratie. Or, ce matin, dans ma rue, j’ai vu qu’une liste avait consciencieusement recouvert l’affiche de l’autre liste, occupant ainsi la totalité du panneau. Je dois dire qu’en tant que démocrate et républicain, le procédé m’a choqué. Sont ainsi appliquées les méthodes décrites ci-dessus alors qu’à mon avis les représentants des deux listes sont d’authentiques républicains et méritent un traitement égal.

         Si des affiches permettaient de remporter une élection, cela se saurait, mais justement cet étouffement de l’autre ne risque-t-il pas de produire l’effet inverse que celui souhaité ?

         Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Dimanche électoral.

23 Mars 2015, 17:23pm

Publié par Bernardoc

         Un beau soleil en ce dimanche, qui n’a pas empêché plus de la moitié du corps électoral de se rendre aux urnes dans notre canton. Avec Erika, nous avons visité les bureaux de vote du Haillan, en profitant pour voter au passage.

Puis je me suis rendu dans tous les bureaux de Mérignac avec un accueil très chaleureux, des bises en veux-tu en voilà, et des réflexions du genre : « Enfin Monsieur SARLANDIE, vous voilà ; on se demandait quand vous alliez passer. » Donc popularité intacte chez les gens avec qui j’avais travaillé pendant six ans. L’inconvénient, c’est que ça n’avait rien de politique et la plupart ont voté PS comme un seul homme (oui, je sais, c’est une expression un peu macho), et je doute que certain(e)s descendent dans la rue pour protester contre la loi dite « macron » le 9 avril ; après tout, c’était un dimanche et ils/elles étaient bien au boulot, alors ça va changer quoi ?

Accueil plus mitigé dans un autre quartier (qui n’était pas le mien) où l’on me demandait qui j’étais, alors que j’étais habillé comme sur les affiches, et il n’y en avait que cinq !

Le soir, amère déception à la découverte des résultats : le Front de Gauche n’a pas réalisé de percée. Il faut dire que contrairement à certains départements, il n’avait pas réussi à s’élargir, les verts ayant négocié l’espoir de places avec le PS ou s’étant engagés à soutenir les autres cumulards dès la présentation de leur liste.

Ces quelques semaines de campagne m’ont quand même fait découvrir certains militants communistes qui me rappelaient ceux que j’avais connus dans ma famille ou étant petit. La fraternité continue de les animer et nous menons le même combat pour L’Humain d’abord. Un jour ça finira bien par payer sans doute !

Et ce n’est pas fini…    

Voir les commentaires

Deux artistes.

22 Mars 2015, 08:50am

Publié par Bernardoc

         Levons tout de suite l’ambigüité, il s’agit de deux femmes nées au XIX° siècle : Sarah BERNHARDT et Camille CLAUDEL, une grande actrice et une grande « statuaire ». Marie-Hélène SAINTON, avec qui j’avais eu le bonheur de travailler pendant trois ans à Zola, nous les faisait revivre hier après-midi à la bibliothèque du Grand parc. La salle était comble, il a fallu rajouter des chaises et même les sièges à roulettes des responsables. C’est dire que de nombreux auditeurs sont des habitués : ils connaissent le talent de conteuse de Marie-Hélène, et comme moi, entre le match de rugby et la conférence, ils ont vite fait leur choix.

         Ce ne fut pas l’ordre chronologique qui fut choisi par la conférencière qui préférait terminer par Sarah BERNARDT dont la vie fut beaucoup moins tourmentée que celle de Camille CLAUDEL qui, sous la maïeutique de Rodin réalisa de splendides œuvres allégoriques, symboliques ou réalistes, avant de passer les trente dernières années de sa vie enfermée dans un asile d’aliénés, abandonnée de toute sa famille, à qui elle continuait pourtant d’écrire des lettres tout à fait sensées, pour terminer dans une fosse commune en 1943.

         Quant à Sarah BERNHARDT, croqueuse d’hommes s’il en fut, Marie-Hélène insista sur deux éléments de sa personnalité : son extrême générosité et son immense talent qui attirait les foules partout dans le monde. Sa grande volonté la conduisit à exiger l’amputation de sa jambe droite, atteinte de gangrène, afin de pouvoir  poursuivre sa carrière de « jeune premier » jusqu’à un âge avancé, sans que quiconque y trouve à redire.

         Le prochain rendez-vous avec Marie-Hélène SAINTON sera à l’escale du livre pour la signature de son deuxième livre.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

1 2 3 > >>