Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Dynamique de campagne.

31 Janvier 2015, 12:20pm

Publié par Bernardoc

         Hier soir, nous avions notre réunion habituelle de l’association des Amis du Front de Gauche du Haillan. Deux points principaux à l’ordre du jour : les élections départementales et le numéro 2 de notre bulletin.

         Quel enthousiasme lors de cette assemblée ! La parole a circulé librement et abondamment, les idées ont fusé, la volonté d’ouverture, comme nous l’avons toujours eue, a été réaffirmée.

         L’idée maîtresse, partagée par l’ensemble des adhérents de l’association - dont bien entendu les deux candidats haillanais -, était que l’on ne pouvait pas séparer ces élections départementales, mais à l’échelle nationale, de la politique néfaste qui continue de nous être infligée, le dernier avatar en étant la loi dite « Macron », superbement défendue ce matin à la radio par un député UMP. En effet, malgré la volte-face de la BCE, qui vient de se rendre compte que ce qu’elle préconisait depuis des années, ne faisait qu’étrangler les pays en difficulté et conduisait les autres dans le mur, bravement le gouvernement de la France continue sur sa (mauvaise) trajectoire.

         C’est ainsi que les collectivités locales n’ont plus les moyens de leur politique et que fatalement elles vont être obligées d’augmenter les impôts, ce qui confortera le président qui pourra dire : « Vous voyez, ce n’est pas moi, c’est eux ! ». De plus, pour ce qui nous concerne, nous ne pouvons que nourrir de grandes angoisses concernant la métropole, pour laquelle le conseiller présidentiel Feltesse s’était tellement battu. Nous craignons que la Gironde hors-métropole ne devienne qu’un département croupion, d’autant que le plus grand flou règne actuellement sur la répartition des compétences.

         Il fallait quand même se limiter dans le temps et nous pouvons annoncer la sortie de notre bulletin pour début mars. Espérons qu’il y aura assez de place pour tous les articles !

         Maintenant, place à une campagne dynamique !

Et ce n’est pas fini…      

Voir les commentaires

Candidat !

30 Janvier 2015, 12:43pm

Publié par Bernardoc

         Ça y est ! Officiellement depuis hier soir et la présentation à la presse, je vais avoir l’honneur de représenter le Parti de Gauche, en tant que candidat titulaire sur la liste présentée par le Front de Gauche sur le canton de Mérignac 1, qui inclut la ville du Haillan qui sera représentée également par Erika VASQUEZ, du PCF.

         Lorsque j’ai connu le redécoupage des cantons, je me suis dit que ce canton me convenait parfaitement et j’ai proposé ma candidature au comité PG de la VI° circonscription, qui l’a acceptée et transmise au niveau départemental, où elle a été validée dans les discussions « au sommet » entre les différentes composantes du FdG départemental.

         Cette candidature, qui a été soutenue également au niveau local par Ensemble, s’imposait logiquement :

-      N’ayant pas de mandat électif, il ne saurait être question de cumul pour moi ;

-      Ayant été élu durant un mandat à la mairie du Haillan, je reste connu sur cette commune ;

-      Ayant dirigé le collège Paul Langevin de Mérignac pendant six ans, je peux me rendre compte, chaque fois que je vais dans cette commune, que l’on ne m’a pas oublié ;

-      Enfin, mon implication associative, à Mérignac d’abord, puis au Haillan depuis 2006, me permettent d’être au plus près des préoccupations des habitants.

Comme je le disais à Sud ouest hier soir, notre objectif est de rassembler 51% des suffrages. Les Grecs l’ont fait, pourquoi pas les Girondins ?

Les photos des candidats sous le lien :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6110097942262099857?authkey=CMbwup-fvp-ULw

Et ce n’est pas fini…    

Voir les commentaires

Sur les toits de Paris, lalala, lalala...

29 Janvier 2015, 09:29am

Publié par Bernardoc

Voici une information que je viens de lire sur planet.fr.

Delphine BÜRKLI, maire (UMP) du 9ème  arrondissement de Paris, a présenté mardi son plan de campagne pour faire inscrire les toits de Paris au patrimoine mondial de l’Unesco. "Notre vœu a été adopté au Conseil de Paris, une lettre de demande de soutien a été envoyée à Fleur PELLERIN et un comité de soutien a été créé pour faire vivre ce projet", s’est félicité mardi l’élue. Pour mener à bien ce projet, Delphine BÜRKLI s’est notamment entourée du journaliste Gilles MERMET, président du comité de soutien à la candidature des toits de Paris.

Le lancement officiel de la candidature des toits de Paris au patrimoine mondial de l’Unesco aura lieu le 5 février dans la mairie du IXe arrondissement. Il faudra toutefois probablement attendre un long moment avant de voir les toits inscrits. "La candidature des toits de Paris devra d’abord être inscrite sur la liste indicative des biens français au patrimoine mondial, avant d’être ensuite sélectionnée par l’Etat Français pour être présentée à l’Unesco", a précisé la mairie de Paris.

S’ils sont reconnus comme patrimoine mondial, les toits des monuments parisiens, souvent inaccessibles, pourront à terme ouvrir au public. L’occasion de redécouvrir Paris sous un nouvel angle.

En 2014, la France comptait 39 biens inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Le dernier site français à avoir été classé, en 2014, est la grotte Chauvet (ou grotte Chauvet-Pont-d’Arc), située dans le département de l’Ardèche. A Paris, ce sont les berges de la Seine qui sont les dernières à avoir été reconnues, en 1991.

Je trouve l’initiative sympa, et apparemment elle a fait consensus au sein du conseil de Paris. Quand j’étais petit, j’ai toujours été fasciné, de la fenêtre de notre appartement du troisième étage, par cette gigantesque étendue de toitures zinguées, lieu de rencontre des pigeons peu farouches, et quelquefois arpentées par les ramoneurs. Souvenirs, souvenirs…

Et ce n’est pas fini…

 

Voir les commentaires

Perle archivistique.

28 Janvier 2015, 11:36am

Publié par Bernardoc

         Découverte dans le dernier bulletin d’ESPERANTO Périgord (vintro 2014, page 9), et qui ne m’en voudra pas, j’espère, de le diffuser à mon tour : semu, semu…

         Je précise que depuis plusieurs décennies je milite à la LDH (Ligue des Droits de l’Homme).

         Dans sa séance ordinaire du 21 juin 1934, le comité central de la LDH décide d’adopter un projet de résolution, suite à un débat ouvert en mars 1931, dans les termes suivants :

         « Faut-il adopter une langue internationale ? »

         Sur proposition du rapporteur Charles DESPEYROUX :

         1° le comité central invite toutes les sections et fédérations à créer des cours d’espéranto à l’usage de leurs membres.

         2° décide d’inscrire au nombre de ses revendications l’introduction de l’Espéranto dans les programmes scolaires.

         3° décide d’intervenir auprès des autorités compétentes pour qu’un enseignement facultatif de l’Espéranto puisse être donné dans les établissements scolaires.

         4° décide de proposer à la Ligue internationale des droits de l’Homme l’Espéranto comme langue officielle de la Ligue.

         Quand on sait que la CGT avait voté une résolution similaire lors d’un congrès quelques décennies avant, je me dis que la raison finira bien par triompher.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Retraite au soleil.

27 Janvier 2015, 09:00am

Publié par Bernardoc

         Nouveau classement dans lequel les choix de Depardieu n’apparaissent pas, mais il est vrai qu’il n’est pas encore à la retraite, quoique…

         Donc, cette liste a été établie en fonction de plusieurs critères, notamment : le coût de la vie (mais on y trouve quand même deux pays de la zone euro), le climat (largement au sud du 45ème parallèle nord), la sécurité (certains choix m’étonnent par rapport à ce critère) et la valeur de l’immobilier (quand on peut acheter une villa pour le prix d’un studio à Paris).

         Voici donc ces pays dans l’ordre :

-      Portugal ;

-      Thaïlande ;

-      Maroc ;

-      Maurice ;

-      Espagne ;

-      Bali ;

-      République dominicaine ;

-      Tunisie ;

-      Sénégal ;

-      Brésil.

Je dois dire que moi je me sens bien dans mon pays, mais que cela ne m’empêche pas de militer pour l’amélioration de nos conditions de vie, car il faut dire que depuis quelques années les retraités subissent plus que nécessaire.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Staline pas mort !

26 Janvier 2015, 13:01pm

Publié par Bernardoc

         Un de mes « amis » FB a publié une photo d’une manifestation, sur laquelle on voyait, tenant la banderole, Alexis TSIPRAS avec à sa gauche Paul LAURENT du PCF, non, pardon, Pierre (l’autre, c’était son père !). Au second plan, les autres personnes étaient floutées. En commentaire j’ai demandé si ce n’était pas Raquel GARRIDO, secrétaire nationale du PG aux relations internationales. Quelques commentaires plus bas, est apparue la photo originale, non recadrée, non floutée. Et c’est là qu’apparaissent en clair Raquel, mais au bras droit de Tsipras, Jean-Luc MELENCHON !

         Difficile de faire mieux comme manipulation ! Cela nous ramène aux photos retouchées du régime soviétique lorsque les dirigeants tombés en disgrâce étaient effacés de la photo.

         Nous, au Parti de gauche, nous continuerons à nous battre pour faire vivre la diversité dans l’union au sein du Front de Gauche. Ce qui se passe au Haillan nous montre la voie : si partout en France les camarades fonctionnaient de la même façon, nous serions capables d’accomplir ce que vient de réussir ƩYΓIZA en Grèce et ce que fera, nous l’espérons Podemos en Espagne d’ici quelques mois.

         Ce sera notre axe de campagne pour les élections départementales.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Tramway ? Bof !

25 Janvier 2015, 18:11pm

Publié par Bernardoc

         Hier à midi, le tramway franchissait deux fois la rocade : d’un côté pour atteindre le stade PPP, de l’autre pour pénétrer d’environ trois cents mètres à l’intérieur de la commune du Haillan. Sur le quart de page consacré à l’évènement, Sud ouest  a consacré deux lignes à cette deuxième partie.

         Nous étions décidés, avec notre douzaine d’invités du sud-est, à aller partager l’apéro généreusement offert par la municipalité. Mais, vu le temps glacial et humide, nous sommes restés groupés autour de notre cheminée.

         Ce tram va-t-il changer notre mode de déplacement ? J’en doute. Aucun système de navette n’est prévu pour mener les habitants des différents quartiers du Haillan jusqu’à ce terminus. Comme il est situé à plus de deux kilomètres de notre domicile, il nécessitera l’utilisation d’un véhicule pour l’atteindre. Et comme il n’y a pas de parking libre alentour, il faudra utiliser le parking relais PAYANT. Donc, si nous souhaitons utiliser ce mode de transport, nous continuerons à faire comme avant, et nous irons le prendre dans la commune voisine.  

Il n’y a aucun espoir, même dans un avenir lointain de voir la ligne prolongée puisqu’il n’y a qu’une voie qui arrive à ce terminus, et tant pis pour les ouvriers des usines sises autour des Cinq chemins.

Je me dis que, à défaut de pouvoir utiliser les transports en commun de façon satisfaisante, je ferai toujours mes efforts écolos en passant du diesel à une voiture hybride.

Et ce n’est pas fini…  

Voir les commentaires

Vers une nouvelle carte scolaire ?

24 Janvier 2015, 09:14am

Publié par Bernardoc

         La ministre de l’éducation nationale prétend vouloir établir une nouvelle carte scolaire favorisant la mixité sociale. Charmante idée, mais comment s’y prendre ? Chaque collège urbain est destiné à un quartier spécifique ; il est de préférence atteignable à pied. Mais comment favoriser la mixité quand le collège se situe au milieu de cités HLM réputées Zones Urbaines Sensibles, surtout depuis que les bailleurs sociaux ont poussé les gens « trop riches » vers la sortie ? La ministre va-t-elle proposer de mettre en place un système de transports emmenant les fils des bourgeois pavillonnaires jusqu’au milieu des tours, tandis que les petits défavorisés seraient transportés vers un collège sis dans un quartier chicos ?

         Les dérogations seront-elles accordées à ceux qui savent comment choisir le « bon » collège ? Je me souviens d’un sociologue qui disait combien les révoltes des banlieues lui étaient sympathiques, mais qui a tout fait pour que son enfant ne vienne pas dans son collège de secteur situé en ZUS, et qui a réussi !

         Comment lutter contre le chantage : « Si mon enfant ne va pas dans un « bon » collège, je le mets dans le privé. » ?

         Une seule solution : puisque la nationalisation (sans indemnité ni rachat) a été définitivement abandonnée par les politiques qui se partagent le pouvoir, couper toutes les subventions aux écoles privées par dénonciation des conventions passées avec l’Etat. Ainsi le privé apparaîtrait ce qu’il est vraiment : une voie de formation parallèle destinée à ceux qui pourraient payer plusieurs milliers d’euros par an (ils sont peu nombreux, à part les fils de ministres ou du CAC40), et la République reprendrait la main sur un système qui devrait revenir égalitaire.

         Mais alors, on abandonne la MAP (ex RGPP), on envoie paître l’Europe, à moins que la BCE arrive à réparer les dégâts qu’elle a faits en prônant l’austérité depuis tant d’années ;

         Allons, il y a de l’espoir !

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Je suis BILAL.

23 Janvier 2015, 07:44am

Publié par Bernardoc

         Mon petit cousin (qu’est-ce qu’il ressemble à son père !) a disparu de façon aussi dramatique que ceux de CHARLIE il y a environ dix-huit mois, à Detroit, en Amérique du nord. Il était ce qu’il était convenu d’appeler un « street artist », qui n’enfermait pas ses œuvres dans des musées.

         Un peu plus haut sur ce blog, vous verrez quelques photos de ce qu’il avait créé lors des « révolutions » arabes, à Tunis ou à la frontière libyenne. L’année suivante, il a changé de continent, et c’est vers Vladivostok qu’il s’embarque. Il a retranscrit tout cela avec son complice Antoine dans un « road-movie » intitulé : C’est assez bien d’être fou. C’est le père noël qui me l’avait apporté, mais je n’avais pas eu le temps de le visionner avant-hier soir.

         Ce film d’1h50 nous entraîne à bord d’un camping-car poussif à travers l’Europe. Divisé en 15 chapitres, il mêle séquences filmées, interviews, dessins et maquettes animées. On retrouve bien sûr la patte de l’artiste de Zoo Project qui nous fait découvrir le nombre incroyable d’habitants de l’ex-URSS reconvertis en « gardiens » faute de trouver d’autres boulots. Il est intéressant de voir que les petites gens regrettent tous l’ancien régime et vouent Gorbatchev aux gémonies.

         Bilal, qui a toujours son carnet à la main, est filmé lors de la réalisation d’œuvres peintes sauvagement sur des murs, des palissades, et représentant tantôt des vaches, tantôt des humains, tantôt des poules,…Mais le morceau de bravoure est sans conteste les gigantesques portraits sur toiles flottant au vent sur les escaliers d’Odessa, et qui représentent les personnages du film d’Eisenstein.

         Le camping-car rendra l’âme au Kazakhstan et le voyage se poursuivra en train, ce qui sera source de nouvelles rencontres, de nouveaux portraits avant d’atteindre le grand port oriental et la perspective d’autres horizons.

Et ce n’est pas fini…  

Voir les commentaires

Les experts économiques sont-ils tous nuls ?

22 Janvier 2015, 13:26pm

Publié par Bernardoc

Dans son livre "Le Bal des Aveugles", aux éditions Albin Michel, le journaliste Michel Turin analyse la manière dont les experts économiques n'ont pas vu venir les différentes crises du 20ème et du 21ème siècle. Pour l'auteur, la course à la notoriété et la modélisation des comportements ont eu raison de la crédibilité de ces "futurologues" de l'économie.

« Ils sont là pour nous aider à comprendre comment fonctionne l’économie, quels sont les enjeux, émettre des hypothèses…pour permettre aux décideurs, dans l’entreprise ou dans l’administration, de choisir ou d’ajuster leurs choix stratégiques ou politiques. Mais force est de constater que l'on peut aussi leur reprocher de se tromper souvent. Beaucoup d’entre eux sont des récidivistes de l’erreur. La plupart du temps, ils la nient. C’est chacun d’entre nous qui demande aux économistes des prévisions, car on a peur de l’avenir, on a besoin de repères…

Ils se trompent car beaucoup d’entre eux manquent d’humilité. Ils sont aveuglés, ils émettent des prévisions beaucoup trop radicales afin d'être repris, pour des raisons de notoriété. Parce qu’on retient plus facilement des prévisions en emporte-pièce que des propos émis timidement. Ceux qui sont au hit-parade des récidivistes de l’erreur sont les plus médiatisés…La plupart du temps, ils sous estiment l’importance du facteur humain et du progrès technologique. »

Ce n’est pas un économiste atterré ou un journaliste d’Alter-éco qui prononce ces paroles. Non, il a officié longtemps au journal Les Echos, qui n’est pas à ma connaissance un parangon de l’économie socialiste. Il serait quand même temps qu’on se débarrasse de ces donneurs de leçons, voire de grands examinateurs qui se permettent de classer régimes ou entreprises. D’ailleurs, apparemment, la BCE vient de se rendre compte qu’elle conduisait les pays dans le mur puisqu’elle est en train d’amorcer un virage à 180°. Merde alors, et notre gouvernement qui était aux ordres, va-t-il modifier sa politique austéritaire ?

Et ce n’est pas fini…       

Voir les commentaires

1 2 3 > >>