Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Une seule photo.

30 Octobre 2014, 07:52am

Publié par Bernardoc

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6075729224089604033?authkey=CPbh-oDD6ZqlhgE


C’est celle de Ricou, le frère aîné de mon père ; il avait une vingtaine d’années de plus que lui, et il a servi de père à toute la fratrie puisque mon grand-père paternel est mort peu de temps après la naissance de son septième enfant.

          Il faut savoir que cette photo a été prise à Paris, même si rien ne l’indique hormis la légende écrite au dos de la photo, un peu avant le front populaire. Eh oui, à cette époque-là, on montait encore à Paris pour trouver du boulot…et ça marchait !

          Communiste, stalinien même, il devint chauffeur de taxi G7 et il achetait deux journaux pour lire en attendant les clients : L’Huma pour soutenir le parti et Le Monde pour avoir des nouvelles. Il a toujours utilisé l’occitan avec mon père : je trouvais ça très sympa dans le bar arabe en bas de chez nous de les entendre parler la lenga dau païs au pied de la butte, entre Barbès et Château rouge.

          Ça ne nous rajeunit pas tout ça.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Le métier de prof est dévalué ?

29 Octobre 2014, 21:32pm

Publié par Bernardoc

         C’est un leitmotiv depuis plusieurs années. Les gouvernements successifs, de droite ou de droite, en bloquant le point d’indice font effectivement baisser le pouvoir d’achat de ces fonctionnaires chargés de préparer l’avenir de notre pays. Mais il y a une autre dévaluation perceptible, et qui n’est pas seulement une question de pouvoir d’achat (quoique) : c’est le manque d’estime de la part de certains élèves et/ou de leurs parents pour les enseignants.

         Je ne peux m’empêcher de voir là une conséquence de l’éloignement des maîtres de leur lieu de travail. Contrairement à ce que disait Sarko, au siècle dernier, dans les petits villages l’instituteur était plus influent que le curé pour la transmission des valeurs de la République. Lorsqu’il quittait sa classe, après être passé par la mairie pour remplir son devoir de secrétaire, il retournait dans son logement de fonction. Cette époque est révolue, et plus personne ne réclame son rétablissement. Hélas ! oserais-je dire.

         J’en parlais il y a une dizaine de jours en PACA, et là aussi, comme je l’avais découvert à Mérignac, les profs ne veulent surtout pas habiter là où ils enseignent : peur de croiser les élèves au supermarché, chez le boulanger ou d’autres commerçants. Résultat les enseignants ne sont connus qu’à travers leurs prestations en classe, et c’est tout. Ils ignorent même la plupart de temps ce qui se déroule sur la commune de leurs élèves. Pourtant la participation à la vie associative permet de voir les gens, parents ou élèves, sous un autre angle, de repérer les points forts à utiliser dans les relations scolaires,…

         J’ai bossé un an en Angleterre, deux ans au Ghana dans des écoles avec internat : dans les deux cas j’étais logé sur place. J’ai habité six ans dans une île de 32 km de tour, et là j’étais bien obligé de côtoyer mes élèves. Quand le suis devenu personnel de direction, j’ai toujours tenu à occuper le logement de fonction, ce qui me permettait de m’intégrer très vite. Malheureusement je cherchais en vain les collègues dans les associations que je fréquentais, et je ne pouvais que le déplorer, car la plupart ignoraient l’implication de leurs élèves au niveau de la commune, et c’était très regrettable.

         Alors, préparons-nous à voir encore des heurts entre deux communautés qui se connaissent mal et qui s’effraient l’une l’autre, par manque de contact et de construction commune.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Le Belvédère.

28 Octobre 2014, 17:41pm

Publié par Bernardoc

         Nous avons visité le trésor impérial, mais je vous laisse le soin d’aller le voir par vous-mêmes lors de votre séjour à Vienne ; c’est intéressant d’un point de vue historique, mais c’était notre troisième musée de la journée et nombre d’entre nous étaient fatigués.

         Voici donc notre visite du lendemain matin. « L’un des ensembles architecturaux baroques les plus séduisants d’Europe » nous dit Le Routard. C’est là que fut célébré en 1770 le mariage de Louis XVI et de Marie-Antoinette, « une pauvre femme » selon notre guide. Un magnifique parc pour y arriver, avec une sculpture qui nous parlait à nous Girondins.

         Vous découvrirez quelques photos de l’intérieur de ce qui est maintenant un musée qui abrite une remarquable collection de tableaux de Klimt, dont Le Baiser, peut-être le plus célèbre, décliné dans force objets de la boutique.

         De l’autre côté du palais, un autre parc en pente (d’où le nom de Belvédère) nous conduira jusqu’à un restaurant typique.

         Les photos :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6075287199988462689?authkey=COKv4MzHmvSCUA

Et ce n’est pas fini…   

Voir les commentaires

Confusion.

27 Octobre 2014, 17:42pm

Publié par Bernardoc

Le 14 octobre dernier j'ai parlé du musée des Beaux arts de Vienne. Eh bien, je viens de retrouver les photos qui font référence à ce que j'ai décrit dans le billet ci-dessus. Photos autorisées, mais sans flash, alors, sans être encore atteint de Parkinson (à ma connaissance), j'ai quand même du mal à rester suffisamment ferme pour éviter les flous. Mais j'ai toujours du mal à jeter mes souvenirs, fussent-ils de mauvaise qualité. Ces photos me servent au moins pour aller en rechercher de meilleures si besoin ou nécessité.

 En prime, l'entrée de notre hôtel et une église des environs.


https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6074925789352625409?authkey=CN6w8s2H6OigRg


Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Quelques photos de Vienne.

26 Octobre 2014, 18:40pm

Publié par Bernardoc

         En face de l’Albertina, un musée que nous visiterons plus tard, un monument aux victimes des camps de concentration, massif et très émouvant. Et juste à côté, sur un stand de vente de saucisses, que l’on trouve à tous les coins de rue à Vienne, un lièvre vert (plus loin, il y en a un rose), rappelant qu’à l’intérieur du musée il y a Le lièvre, une œuvre d’Albrecht DÜRER.

         Toujours dans le mélange des genres, une majestueuse fontaine et une poubelle qui fume.

         De cet endroit nous pouvions rentrer à pied à notre hôtel et admirer les magnifiques immeubles qui bordaient le marché, dont la plupart des échoppes étaient tenues par des Autrichiens de fraîche date,  ou la ligne du métro.

         Dans tous les quartiers de Vienne on trouve des immeubles sociaux, datés et signalés : ils représentent un tiers des habitations (si je me souviens bien de ce qu’avait dit Andréa).

         Vous avez lu les explications, voyez maintenant les photos sous le lien :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6074565506841349809?authkey=CPijytLboaS_jAE

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Un frondeur au gouvernement ?

25 Octobre 2014, 22:23pm

Publié par Bernardoc

         Qu’ouïs-je ? Le ministre du travail etc…vient de confesser que la politique menée par le gouvernement auquel il appartient est un échec. Il constate que les milliards pris dans nos poches pour remplir celles du patronat n’ont abouti qu’à faire augmenter le chômage.

         En observant ce qu’il s’est passé depuis deux ans et demi, je ne vois que deux solutions à envisager : soit il est démis de ses fonctions (méthode Ayrault), soit Valls présente la démission de son gouvernement, et après sa reconduction par le président de la République, on ne retrouve plus Rebsamen parmi les porteurs de maroquin.

         Encore une fois, je me répète mais ça fait du bien, en période de crise l’Etat doit reprendre la main et devenir un bâtisseur en proposant de grands travaux d’intérêt général, ce qui induirait une croissance de l’emploi. Mais cela ne passe bien évidemment pas par la poursuite de la politique du quinquennat précédent (et futur ?), mais par l’engagement de travailler pour le bien du plus grand nombre et pas des plus fortunés, beaucoup moins nombreux et qui, eux, n’ont pas besoin de l’Etat qu’ils torpillent à plaisir d’ailleurs.  

         Bien que je milite encore au Parti de Gauche, je ne crois pas à la prédiction de Mélenchon d’une prochaine dissolution de l’assemblée, à moins que le PS ne s’auto-dissolve rapidement sous l’impulsion de celui qui avait remporté 5% des suffrages lors des primaires socialistes, ce qui n’est peut-être pas si improbable que cela. Et là je ne peux m’empêcher de citer Le Gorafi qui disait dans un de ses derniers articles que « Manuel Valls est le meilleur candidat pour faire perdre la gauche aux prochaines élections » ou bien était-ce « pour faire gagner la droite » ?

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Y a p'us d'sous.

24 Octobre 2014, 07:38am

Publié par Bernardoc

Après quatre mois consécutifs de collecte nette négative, le Livret A affiche un niveau de décollecte d’épargne record de 2,37 milliards d’euros pour le seul mois de septembre.

« Les épargnants continuent de réallouer leur épargne sur d’autres produits » nous dit un « spécialiste ».

Je voudrais bien, mais hélas, comme des millions de Français, notamment de retraités, si j’ai puisé dans ce qu’il me restait sur le Livret A (je sais, tout le monde n’en a pas !), c’est parce qu’il est de plus en plus difficile de faire face aux dépenses contraintes, qui ne cessent d’augmenter, alors que la dernière mesure sociale prise par le gouvernement est le gel de nos pensions. Et encore, ce n’est pas fini : le CoReM (anciennement Mrifen puis Cref) nous annonce une baisse à venir de 30% des rentes que nous nous étions volontairement constituées en épargnant tout au long de notre vie active (voir mon billet précédent). Combien de temps le gouvernement socialiste, enfin plus pour longtemps si l’on en croit notre premier sinistre, mettra-t-il avant de faire de même et de nous appliquer le régime grec qui, tout le monde le sait bien, n’a abouti à rien de bon pour les habitants de ce pays.

Il paraît que, gavés par le Cice, les industriels du Cac40, vont appliquer une politique de l’offre et embaucher massivement. C’est bien dommage, car je ne pourrai pas répondre à leur offre. Ah si j’avais des sous, je ne dis pas, mais ça c’est une autre conception de l’économie.

Et ce n’est pas fini… 

Voir les commentaires

Pardon !

23 Octobre 2014, 16:01pm

Publié par Bernardoc

         Depuis plusieurs jours, alors que je n’y avais rien écrit, mon blog montait dans le classement. A mon retour, j’ai vérifié et je me suis rendu compte que mes billets consacrés au CoReM (ex Mrifen) attiraient beaucoup de lecteurs. Un lecteur m’a même laissé un message téléphonique. J’ai eu l’explication lorsque je l’ai rappelé : nous avions reçu un courrier du CoReM juste avant de partir, et j’avais décidé d’attendre mon retour de Paris pour l’ouvrir. Tu parles d’une surprise ! On nous annonce rien moins qu’une baisse de 30% de la rente que nous nous étions constituée en confiance, et pour laquelle j’avais fait de la propagande pendant des années au début de ma carrière.

         Il y avait déjà eu le précédent scandale qui avait abouti à une baisse de 16% des rentes servies. On pouvait alors demander le remboursement des sommes versées, en en abandonnant un tiers aux (mauvais) gestionnaires. J’avais demandé des explications à l’époque ; on m’avait répondu dans un charabia parfaitement incompréhensible. Heureusement j’étais tombé sur un article du journal Les Echos (que je recevais gratuitement à cette période) qui était limpide et qui indiquait qu’on pouvait suspendre ses versements. Comme je cotisais déjà depuis une trentaine d’années, ce me parut la solution la moins pire.

         Mais aujourd’hui, on ne nous propose pas d’autre porte de sortie. Je viens d’écrire à ma section MGEN, qui continue à vendre ces attrape-nigauds : « Une atteinte extrêmement grave à nos droits acquis MRIFEN se prépare avec une AG extraordinaire du Corem. Va-t-il y avoir une assemblée départementale extraordinaire de notre mutuelle afin que nous puissions donner un mandat précis aux délégués qui vont nous y représenter ? », sous-entendu : se débarrasser des incapables qui ont accaparé nos économies. Le robot (sans doute ce qu’on appelle « être près des adhérents ») m’a promis une réponse sous 72 heures. Mais j’attends toujours mes réponses de l’an dernier !

         Vous serez tenus au courant de la réponse éventuelle (mais je n’y crois pas beaucoup).

         Donc, effectivement, pardon à tous les collègues que j’ai entraînés sur cette voie alors que leur argent aurait pu être conservé de façon plus sûre ailleurs.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Stephansdom et autour.

22 Octobre 2014, 19:45pm

Publié par Bernardoc

         Nous sommes dans le centre historique de Vienne et Le Routard annonce : « Une pointe gothique au cœur d’un monde baroque. » Construite du XIV° au XV° siècle, la cathédrale St Etienne (en français) souffrit au XVI° (guerre avec les Turcs) et au XIX° (guerres napoléoniennes) ; mais c’est un incendie au cours de la deuxième guerre mondiale qui lui fit le plus de mal.

         Une des visions remarquables à l’intérieur est la chaire sculptée dans la pierre par maître Pilgam, qui s’est représenté en dessous, apparaissant à la fenêtre.

         Mais pour y arriver, nous étions passés par le Kohlmarkt, siège, entre autres, du salon de thé Demel (certains d’entre nous l’ont testé, pas moi), puis le Neuermarkt avec sa Donnerbrunnen (fontaine construite par le sculpteur du XVIII° Donner, le Graben et ses magasins de luxe (les Champs Elysées viennois d’après notre guide) qui entourent la Pestsaüle, construction dédiée à la sainte trinité après la peste du XVII° siècle, et enfin la Stock-im-Eisen Platz dont vous verrez les images sous le lien :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6073079793093855681?authkey=CKiy3IWB1v68QA

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Cathédrale.

21 Octobre 2014, 21:17pm

Publié par Bernardoc

 Cela faisait un moment que je n'avais pas eu l'occasion d'y retourner, mais ça me fait toujours le même effet lorsque j'entre dans l'immeuble de la CGT Porte de Montreuil. Eh oui, dans un tout autre style, mais comme à la Bourse du Travail de Bordeaux, la lumière est partout et ça regonfle.

 Pour les militants qui n'ont pas eu la chance d'y pénétrer, n'hésitez pas la prochaine fois que vous irez à Paris !

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

1 2 3 > >>