Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

CoReM : méfiance !

31 Octobre 2013, 13:14pm

Publié par Bernardoc

 Ci- dessous, copie de trois courriers sans réponse depuis le mois de juin.

 

Alain HERNANDEZ

M. G. E. N.

3 square Max-Hymans

75748 PARIS Cedex 15

 

Le Haillan, le 26 septembre 2013,

 

Monsieur le Président de l’UMR, cher Camarade,

 

         N’ayant pas réussi à obtenir de réponse de ma section, que j’avais contactée sur les conseils d’un interlocuteur du Corem, suite aux deux questions ci-dessous, peut-être que toi tu pourras m’éclairer sur la démocratie qui préside à la gestion du Corem.

 

14 juin 2013

"Préparation de l'Assemblée générale du 24 juin 2013 du COREM

Les délégués élus par vos mutuelles d'appartenance se réuniront le 24 juin 2013, dans le cadre de l'Assemblée générale annuelle, afin d'examiner les résultats techniques et financiers de l'année 2012 et de se prononcer sur les propositions pour l'année 2014."
Quelles sont les modalités d'élection de nos délégués MGEN ?

 

5 septembre 2013

Nous ne parlons jamais du Corem en assemblées départementales. Or, il paraît que le Corem est une mutuelle gérée démocratiquement car nous élisons et mandatons nos délégués au sein de la Mgen.
Tous les combien cette élection a-t-elle lieu, et un adhérent mutualiste de base a-t-il le droit d'y participer ?
Cordialement,
Bernard P. SARLANDIE

 

         Dans les débats qui ont précédé la dernière assemblée générale de la MGEN, une question était : « Comment accompagner les mutualistes ? ». Peut-être tout simplement en ayant la courtoisie de leur répondre.

 

         Avec mes salutations laïques et mutualistes,

 

 

 

 

B. Sarlandie

Bénévole pendant 18 ans au comité de section de la Gironde (dont au moins 6 ans au bureau),

Militant de l’Adosen depuis encore plus longtemps,

Ancien correspondant et propagandiste de la MRIFEN.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Retour au bercail.

30 Octobre 2013, 23:52pm

Publié par Bernardoc

  Trop tard pour un article. A demain.

Et ce n'est pas fini...


Voir les commentaires

Repos.

26 Octobre 2013, 06:54am

Publié par Bernardoc

 Quelques jours sans publication, mais pour ceux qui découvrent mon blog, vous pouvez piocher dans les 1 181 articles déjà publiés.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

L'Escorial.

25 Octobre 2013, 08:28am

Publié par Bernardoc

         A 50 km au nord-ouest de Madrid, dans la Sierra de Guadarrama, San Lorenzo del Escorial nous accueillera le dimanche, pour notre dernière journée complète en Espagne. Ce gigantesque monastère, dédié à St Laurent, suite à une victoire sur les Français d’Henri II le 10 août 1557, fut érigé à la demande de Philippe II. Mais cette construction servirait également de palais et de panthéon royal. S’il y avait eu des barreaux aux fenêtres, la grande façade austère en granit aurait pu faire penser à une prison, mais l’intérieur était là pour nous rappeler qu’il s’agissait bien d’un palais royal.

         Nous avons pu voir, en traversant de superbes portes en marqueterie, la simplicité du bureau du roi, dans lequel il s’isolait pour travailler et gérer les affaires du pays. En contraste, l’immense bibliothèque, avec les livres disposés à l’envers, mais avec les titres écrits sur la tranche des pages, rappelait davantage une bibliothèque universitaire telle que celles que l’on peut voir à Oxford, Dublin ou Coimbra. Les riches fresques et enluminures des voutes romanes du plafond ajoutaient à la splendeur du lieu.

         Impressionnante également était la crypte dans laquelle reposent,  dans des caveaux de marbre rose foncé disposés en cercle, la quasi-totalité des rois depuis Charles Quint. Les familles royales, elles, étaient dans un lieu à part, un peu plus sobre.

De l’intérieur de la basilique nous avons pu découvrir les portes qui permettaient aux souverains d’assister à l’office sans quitter leurs appartements.

Une fois de plus, grande frustration de ne pouvoir prendre des photos à l’intérieur, mais celles de l’extérieur sont sous le lien :

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/Escorial?authuser=0&authkey=Gv1sRgCOC6q5DssPSRHg&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

La Granja.

24 Octobre 2013, 14:08pm

Publié par Bernardoc

         Quittant Ségovie, après quelques kilomètres, nous arrivons à la Granja de San Ildefonso, où nous visiterons le Palacio real, ainsi que le parc qui l’entoure. Nous poursuivions ainsi la connaissance de l’Espagne des Bourbons, puisque ce petit Versailles avait été construit en 1731 par le petit fils de Louis XIV, Philippe V.

         La visite commence par le musée des tapisseries flamandes du XV° au XVII° siècles. Bien entendu il n’était pas question de les photographier pour prolonger le bon état de conservation de ces fresques allégoriques qui avaient nécessité de multiples ouvriers pour fabriquer ces panneaux de belles dimensions.

         Ensuite, nous traversons des enfilades de salles dans lequel « tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté ». Des dorures aux lustres de cristal, des panneaux laqués aux moulures, tout est fait pour le plaisir des yeux et l’exaltation des sentiments devant de telles beautés.  Une galerie de statues antiques aurait sans doute mérité davantage d’attention.

         Les jardins aussi étaient magnifiques : des nombreuses statues allégoriques, séparées par des bosquets bien taillés, le tout dans un jardin « à la française », encadraient un système de fontaines aux statues cuivrées, que malheureusement, à cette époque de l’année, nous n’avons pas vu fonctionner.

         Nous n’étions pas les seuls : cet endroit semble être un lieu très prisé pour une promenade familiale ou romantique.

         Quelques photos (de l’extérieur) sous le lien :

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/LaGranja?authuser=0&authkey=Gv1sRgCPiIttvu8abOiAE&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Culture pour tous ?

23 Octobre 2013, 22:56pm

Publié par Bernardoc

         Incontestablement, c’est bien l’objectif des Mercred!s du Haillan qui entament, si je ne m’abuse, leur cinquième saison. Et pourtant…Je n’avais pas encore vu une église aussi vide pour un spectacle de grande qualité à 5 €. Et comme d’habitude, les Haillanais étaient en minorité, à moins que je ne les connaisse pas et que nous ne soyons jamais croisés depuis sept ans.

         Le Haillan qui arbore fièrement des citations de Montaigne, Montesquieu et Hugo dans la salle des mariages de son hôtel de ville, consacre pourtant une part importante de son budget pour la culture, sans aucune commune mesure avec les dépenses sportives cependant. Espérons qu’avec l’austérité budgétaire massivement votée par les députés socialistes, les coupes sombres à venir épargneront la culture, car le peuple doit se voir offrir autre chose que du pain et des jeux. C’est une marque de respect et d’espoir de le voir s’élever.

         Donc, pas plus de spectateurs (et même moins) pour La vie impossible d’Eduardo BERTI avec Las hermanas CARONNI que pour Terre sainte interprétée par PANIK SCENIK.

         J’avais assisté l’an dernier aux lectures d’Eduardo BERTI, mais avec l’accompagnement des deux jumelles musiciennes, c’était une dimension nouvelle qui s’ajoutait à ces micro-fictions. Certains passages me rappelaient Le livre de contes, une émission de François PERIER sur France-Inter à la fin des années 1970. Laura et Gianna, les deux chanteuses multi-instrumentistes alternaient ou accompagnaient Eduardo. Elles nous ont même offert une surprenante mais très riche version de Je me suis fait tout petit de Brassens.

         Bref, vous l’avez compris, nous avons passé une excellente soirée en compagnie des acteurs (flous) que vous découvrirez sous le lien :

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/20131023BertiCaronni?authuser=0&authkey=Gv1sRgCN7U1Z-R5fCfTw&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…     

Voir les commentaires

Segovie.

22 Octobre 2013, 16:48pm

Publié par Bernardoc

         Une bonne heure de trajet à partir de Madrid, vers le nord-ouest ; nous sommes en Castille. La première vue en arrivant, est le superbe aqueduc romain du Ier siècle av. JC, en granit. En fait, Gaetan nous a montré le début de l’ouvrage dès que nous approchions de Ségovie : il s’agissait d’un petit canal au ras du sol qui devait faire une cinquantaine de centimètres de large. Et voyez ce qu’il est devenu sur les photos jointes !

         Ensuite, c’est la cathédrale que nous visitons, encombrée par une équipe de télévision : la messe du lendemain sera télévisée depuis ce lieu ; pas de photos de l’intérieur (interdit), mais quelques-unes de l’extérieur qui montrent bien la beauté aérienne du bâtiment. C’est Charles Quint qui ordonna sa construction, qui dura deux siècles, en 1525.

         Enfin, nous terminons par la visite de l’Alcazar, nom générique qui indique que ce château fut habité un temps par la famille royale. Isabelle la catholique y fut proclamée reine en 1474, dès l’achèvement de sa construction, quatre siècles après la reconquête de la Castille sur les Maures. C’est devant l’entrée que nous fîmes la traditionnelle photo de groupe, mémoire collective de notre visite. Particularité de cette construction : elle a servi de modèle pour le château de Disneyland !

         Des photos de notre visite de la ville sous le lien :

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/Segovie?authuser=0&authkey=Gv1sRgCMudkvfKpZautgE&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…  

Voir les commentaires

Flamenco.

21 Octobre 2013, 18:03pm

Publié par Bernardoc

         Après le concerto d’Aranjuez de l’après-midi, c’était une tout autre sorte de musique qui nous attendait au restaurant Corral de la Moreria : le flamenco. Il s’agissait, paraît-il, du plus célèbre tablao flamenco du monde. Et parmi nos illustres prédécesseurs figurent Marlene DIETRICH, Lauren BACALL, Michael DOUGLAS et Mohamed ALI, entre autres.

Spectacle magique qui se déroula après un excellent repas. D’abord, sur scène, trois musiciens dont une femme et trois chanteurs. Puis soudain une puissante voix venue de la salle se mit à leur répondre : il s’agissait d’Inma RIVERO qui nous saisit d’émotion grâce à son timbre rauque et envoûtant, même si nous n’entendions rien aux paroles. Puis ce fut le tour des danseurs, deux hommes et une femme, Olga PERICET, qui nous firent vibrer par leurs figures à un, deux ou trois.

Un court entracte permit au guitariste Antonio « EL MUŇECO » de nous démontrer son talent, avant que l’ensemble de la troupe ne remonte sur la scène pour le final. Ouah ! Quel beau spectacle !

Et en sortant c’était la cathédrale que nous avions vu sous le soleil de l’après-midi, qui brillait maintenant de tous ses feux.

J’ai pris quelques vidéos, mais je n’arrive pas à les mettre en lien, donc, pas de musique mais juste quelques photos :

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/Flamenco?authuser=0&authkey=Gv1sRgCMKKjZOmlOnwQw&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…   

Voir les commentaires

Le Madrid des Bourbons.

20 Octobre 2013, 08:13am

Publié par Bernardoc

         Balade pédestre dans Madrid au retour d’Aranjuez. Nous partons de l’esplanade située entre le palais royal et la cathédrale de la Almudena. Nous ne visiterons aucun de ces deux monuments imposants, attractions touristiques remarquables. Le style néoclassique est semblable, même si la construction s’est effectuée à deux siècles de distance. Les photos vous montreront ce que nous avons vu.

         Longeant le palais, nous arrivons à la plaza de Oriente. D’un balcon du palais la surplombant, Franco y délivrait ses discours. Avec le retour de la démocratie, elle a été réaménagée, avec de nombreuses statues. Puis nous nous dirigeons, par des petites rues vers la calle Mayor, que nous traversons pour arriver jusqu’à la place du même nom. Mais auparavant nous faisons une courte halte dans l’église de San Miguel, église d’une congrégation de bonnes sœurs. Construite en 1617 par Felipe III, la plaza Mayor n’abrite plus les manifestations officielles comme aux XVII° et XVIII° siècles, mais est devenue, avec tous les restaurants qui la bordent, un haut lieu de fréquentation touristique. L’office du tourisme ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisqu’il y a installé ses bureaux. Un grand changement depuis qu’on y faisait des exécutions ou qu’y étaient organisées des corridas. Maintenant, bateleurs et mimes essaient de gagner quelques sous en proposant leurs animations.

         De la plaza Mayor, il n’y a qu’un pas jusqu’à la Puerta del Sol, mais qui mérite un article pour elle toute seule.

         Quelques photos de cette balade sous le lien :

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/MadridBourbons?authuser=0&authkey=Gv1sRgCJ-E3-vDoqr3GQ&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Aranjuez.

19 Octobre 2013, 15:12pm

Publié par Bernardoc

 

         A un peu plus d’une heure de Madrid en car, en direction du sud, c’était la destination de notre quatrième jour de voyage. Trois visites étaient au programme, et nous avons dû nous éparer en plusieurs sous-groupes pour nous rendre dans les trois lieux importants de cette petite ville de 41 000 habitants. Le groupe dans lequel je me trouvais a commencé par la Real Casa del Labrador (la maison royale du laboureur), puis le Palacio Real, pour terminer, regroupés, par la (trop) rapide visite du Museo de las falùas reales.

         Optimistes, nous n’avions pas voulu croire à la pluie, mais elle nous surprit pendant que nous déambulions, croisant de nombreux coureurs à pied, dans le parc arboré de la Casa, arrosé lui aussi, comme Tolède, par le Tage. Nous étions les dix premiers visiteurs de la journée (taille maximum du groupe autorisé), et nous dûmes enfiler des surchaussures afin de ne pas détériorer les sols de cette demeure. Construite par Charles IV à la fin du XVIII° siècle, il s’agit d’un véritable bijou de style néoclassique, conservé en l’état originel, avec de nombreuses statues et mosaïques antiques, le tout dans un écrin de tentures de soie, originaires de France si je ne m’abuse. Bien entendu, il était formellement interdit de photographier à l’intérieur, mais les photos vous montreront l’harmonie générale du bâtiment.

         Ensuite, nous partîmes en car pour visiter le palais royal. Là aussi, profitez des photos extérieures, les seules autorisées. Ce palais est antérieur au bâtiment précédent, puisque sa construction s’étala sur deux siècles à partir du XVI°. Beaucoup moins classique, la décoration du palais n’était pas sans me rappeler celle du Royal Pavilion de Brighton, avec ses successions de salles mauresque (le fumoir), porcelaine ou chinoise. La fin de la visite était beaucoup plus classique avec des expositions d’uniformes ou de robes de mariées.

         Vite, trop vite (pas le temps d’acheter un guide consacré aux merveilles d’Aranjuez), en route pour le musée des barques royales, que nous avons traversé au pas de course pour ne pas être en retard au restaurant. Pas de photos non plus, pourtant certaines étaient de véritables merveilles de décoration et de confort. Elles étaient mues à la rame ou à la perche, mais elles n’avaient pas à affronter de tempête puisque leur lieu de navigation était le Tage, dont la largeur ici n’a rien à voir avec celle qu’il a à Lisbonne, son embouchure.

         Le repas nous attendait dans un restaurant au bord de l’eau : El Rana Verde, où nous eûmes le plaisir d’être servis par quelqu’un de parfaitement francophone, suite à la quinzaine d’années qu’il avait passées dans notre pays.

         En retournant vers le car, nous avons pu remarquer que les amoureux d’ici utilisaient le même symbole que les Parisiens sur le Pont des Arts, en accrochant un cadenas sur la rambarde des ponts.

         Et bien entendu, le retour se fit au son du concerto de Joaquin RODRIGO, qui est enterré à Aranjuez.

         Les photos annoncées sous le lien :

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/Aranjuez?authuser=0&authkey=Gv1sRgCPCXl6TFyseSLQ&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…         

Voir les commentaires

1 2 3 > >>