Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

A la manière de...

31 Octobre 2011, 10:51am

Publié par Bernardoc

         Ennahda, le parti majoritaire en Tunisie vient de lancer une diatribe contre la langue française, préconisant l’usage généralisé de la langue arabe. J’ai adapté une motion du BN du PG à propos des langues régionales et minoritaires qui pourrait être parfaitement transposée dans le cadre tunisien.

        L’apprentissage du français est possible dans l’enseignement public. Le français est pris en compte pour l’obtention du bac.

         Rien donc n’empêche dans les textes la pratique du français pour celles et ceux qui le souhaitent.

         …La prise en compte d’un patrimoine culturel et linguistique, avancé par certains, est factice : parce que nous sommes toutes et tous différents, tout en étant avant tout des semblables, nous avons besoin d’égalité. Revendiquer des droits particuliers à une catégorie de la population au nom des différences, est une atteinte à l’égalité…

         Dispenser un enseignement public uniquement dans la langue de son choix, y compris en immersion, au détriment de la langue commune, l’arabe, signifierait que des groupes entiers de locuteurs ne se verraient enseigner durant toute leur scolarité qu’une langue compréhensible uniquement par une fraction de la population. Nous réaffirmons avec vigueur notre attachement au maintien d’une langue véhiculaire commune permettant à tous les citoyens de se comprendre. L’arabe doit être la langue de référence unique dans l’ensemble du service public d’éducation.

         C’est aussi une erreur de faire du français une catégorie à part par rapport aux autres langues : par exemple les langues anciennes ou les autres langues étrangères dans leur diversité.

         Pour toutes ces raisons : l’arabe est la langue administrative et la langue véhiculaire commune.

         Sera-ce un progrès ? Je ne peux m’empêcher d’en douter.

Et ce n’est pas fini…  

Voir les commentaires

Il est interdit de cracher par terre, de parler breton et d'apprendre l'esperanto

30 Octobre 2011, 19:50pm

Publié par Bernardoc

   La première partie de la phrase de titre fit le bonheur des hussards noirs de la République, ceux envoyés pour apporter l'instruction dans tous les coins de l'hexagone et apprendre, sans se poser de questions, à tous les enfants scolarisés de l'empire, que leurs ancêtres étaient les Gaulois. C'est pour cela qu'ils devaient aussi apprendre la langue universelle que se voulait le français, en oubliant par force leur langue maternelle. Cela s'est poursuivi jusque dans la deuxième moitié du XX° siècle : en 1983 j'avais un élève polynésien de quinze ans qui, lorsqu'il était à l'école primaire, cherchait à échapper au « signal » (là-bas il s'agissait d'une porcelaine) pour ne pas être battu s'il l'avait en sa possession à la fin de la récréation pour avoir parlé sa langue.

   Et je trouve navrant que le parti dans lequel je milite (mon premier encartage politique) en revienne à des positions similaires au nom de la laïcité et des principes républicains. Faut-il avoir une bien piètre opinion du peuple en prétendant que si les écoles bilingues se développent la République serait en danger. Comme si l'environnement extérieur -télévision, journaux, rue, affiches,...- ne suffisait pas à s'imprégner de la langue de la République. J'ai des amis gallois qui ont élevé leurs filles dans une des deux langues officielles du pays, et elles ont appris l'autre dans la vie de tous les jours ; tout comme leurs parents et leurs grands-parents, elles sont parfaitement bilingues. Dans son succès de librairie Qu'ils s'en aillent tous ! Jean-Luc MELENCHON indique (ai-je eu tort de le prendre au premier degré ?) qu'il serait prêt, au nom de la langue, à accueillir les Wallons le jour où la Belgique éclatera. A-t-il pensé que les Basques ou les Catalans (du nord) pourraient souhaiter la même chose, mais en sens inverse ? Je suis persuadé que si dans les écoles maternelles il y avait un bain linguistique dans la langue historique (je parle des langues reconnues et enseignées au niveau universitaire), enseignement qui pourrait être complété au niveau du primaire par l’espéranto plutôt que de subir l'anglais obligatoire dès le CE1 (n'oublions pas que l'anglais est, entre autre la langue de l'OTAN, dont chacun connaît les bienfaits), nous aurions une population trilingue et bien plus aptes à apprendre les autres langues « de civilisation », telles que l'italien ou le portugais...

   Mais justement, l’espéranto doit être considéré par certains comme un danger encore supérieur et dans tous les rangs politiques si j'en crois l'absence de réponse des élus que j'ai sollicités et qui touchent quand même des indemnités pour montrer qu'ils nous représentent ; et bien silence total (même pas un accusé de réception) de Michel SAINTE-MARIE, Serge LAMAISON, Françoise CARTRON, Michèle DELAUNAY, Naïma CHARAI (PS), Michel DAVERAT (EELV), Natalie VICTOR-RETALI et Vincent MAURIN (PCF). Quel contraste avec le département voisin de Dordogne, où la quasi totalité des élus ont soutenu la démarche ! Je n'ai pas sollicité d'élus de droite, peut-être aurai-je eu plus de chance ? Donc un grand merci aux deux vice-présidents du conseil général de Gironde qui se sont rangés aux côtés d'Albert JACQUARD.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Etre collégien aujourd'hui.

26 Octobre 2011, 00:17am

Publié par Bernardoc

         L’observatoire de la violence à l’école vient de donner une nouvelle photographie de la vie au collège. Il en ressort que 93% des collégiens sont heureux d’aller en classe et que 86% d’entre eux s’y sentent en sécurité.

         Or que met en avant France 2 et France Inter ? Le fait qu’un élève sur dix souffre des violences de ses camarades, allant même jusqu’à interroger la famille de l’un d’entre eux.

         Ceci m’a furieusement rappelé ma première année au défunt collège Paul Langevin de Mérignac, alors que j’essayais de mobiliser l’ensemble de l’équipe éducative et que les parents d’élèves de la FCPE (ou du moins certains d’entre eux) s’appliquaient à me savonner la planche sous les pas afin que le collège puisse continuer à « bénéficier » de l’image désastreuse qui lui avait été affublée.

         Quelques années plus tard, j’ai eu droit à une enquête de l’observatoire de la violence où tous les élèves et les enseignants qui le souhaitaient pouvaient répondre à un questionnaire en toute liberté et anonymat. Quelques mois plus tard, le résultat de cette enquête fut proposé à la communauté éducative. J’ai eu droit à la primeur, et j’étais bien déçu, car le bureau du Principal était le deuxième endroit que les élèves souhaitaient éviter après les toilettes. Je fus heureusement détrompé par les enquêteurs qui me dirent qu’au contraire, c’est parce que je représentais l’autorité, le cadre et la discipline qu’une convocation dans mon bureau était mal ressentie par les collégiens.

         Pour être honnêtes, les médias devraient compléter leurs reportages par des entretiens avec des chefs d’établissement qui pourraient leur expliquer les moyens mis en place pour lutter contre la violence et notamment l’absolue nécessité de faire confiance aux adultes en refusant la loi du silence qui ne peut que conduire à des extrémités non désirées.

Et ce n’est pas fini…  

Voir les commentaires

Ignoble !

25 Octobre 2011, 17:19pm

Publié par Bernardoc

         Aujourd’hui le parlement discute du budget de la Sécurité Sociale, avec un « déficit » prévu de 14 milliards d’euros. J’ai mis des guillemets car si toutes les cotisations dues étaient payées, la démonstration a été faite maintes fois que la sécu génèrerait un profit.

         Et quelle réponse ce gouvernement finissant entend-il apporter à pour tenter de combler ce manque à gagner ? D’abord en instituant un impôt supplémentaire en taxant les mutuelles, sur lesquelles les taxes ont été multipliées par 7 depuis 2005. Cet impôt sur la santé servira d’ailleurs à réduire le déficit budgétaire national. Et ce n’est pas une simple idée du gouvernement : l’ensemble des godillots soutiennent et défendent cette taxe que, contrairement à l’aumône demandée aux riches, ne sera pas exceptionnelle.

         Ensuite, et c’est là que se trouve l’ignominie la plus révoltante : la baisse des indemnités journalières en cas d’arrêt-maladie. Une fois de plus ce gouvernement affiche son mépris et le manque de solidarité dans notre République qu’ils dirigent encore pour quelques mois en infligeant une double peine puisque c’est aux malades de payer, comme si la maladie n’était déjà pas suffisamment handicapante en elle-même. Cette baisse représente une perte sèche de 40 €/mois pour un Smicard. Que peuvent penser nos parlementaires qui gagnent en un mois ce qu’un Smicard va gagner en un an ? Ont-ils une idée de ce que représente 40 € sur un demi traitement de bas de l’échelle ? Ils ont beau jeu de parler de contribution modeste dans les journaux télévisés. Ainsi, d’après l’Humanité-Dimanche de cette semaine qui interroge un cancérologue de l’APHP, « On va exiger de patients qui n’ont pas de couverture santé de faire l’avance de leurs frais de soins ! ». Ce qui revient à condamner des malades qui auraient pu être sauvés si la santé n’était pas considérée comme une marchandise.

         Vite, qu’ils s’en aillent tous et que nous œuvrions ensemble pour la Révolution citoyenne.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Lybie libre ?

24 Octobre 2011, 11:59am

Publié par Bernardoc

         Les femmes libyennes vont remercier l’OTAN. Grâce aux forces impérialistes occidentales, un régime islamique s’installe dans leur pays, aux ordres des religieux qui vont mettre en place leur justice barbare. On a déjà vu cela il y a des décennies en Iran, en Afghanistan…Etait-ce bien un progrès ? Qu’il me soit permis d’en douter, et je ne suis pas original, les instances européennes pensent de même :  

« À l’instar de la Cour constitutionnelle, la Cour reconnaît que la Charia, reflétant fidèlement les dogmes et les règles divines édictées par la religion, présente un caractère stable et invariable. Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques. La Cour relève que, lues conjointement, les déclarations en question qui contiennent des références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie, tels qu’ils résultent de la Convention, comprise comme un tout. Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia, qui se démarque nettement des valeurs de la Convention, notamment eu égard à ses règles de droit pénal et de procédure pénale, à la place qu’il réserve aux femmes dans l’ordre juridique et à son intervention dans tous les domaines de la vie privée et publique conformément aux normes religieuses. »

Ainsi, pour punir les infractions suivantes :

  • les relations sexuelles hors mariage,
  • la fausse imputation de cette infraction,
  • la consommation de vin,
  • le vol,
  • le banditisme,
  • l’apostasie,
  • la rébellion,

on peut utiliser le fouet, l’amputation, la crucifixion et la peine de mort…

         L’humanité se prépare à faire un grand bond en arrière, avec en plus le retour en force de la polygamie et l’interdiction du divorce.

         Ne reste plus qu’à attendre maintenant les résultats des élections tunisiennes…et espérer…

Et ce n’est pas fini…

 

Voir les commentaires

Une fabuleuse défaite.

23 Octobre 2011, 16:05pm

Publié par Bernardoc

         Décriée, méprisée par tous les médias néo-zélandais depuis son accession en finale, isolée aux antipodes et face à une équipe qui avait 3,5 millions de supporteurs présents derrière elle, l’équipe de France nous a offert un magnifique spectacle.

         Ce matin, j’allais acheter le journal vers 9h30, et il y avait la queue chez le marchand de journaux, queue qui habituellement se former vers 11 heures. Et tous les clients avaient fait comme moi, c’est-à-dire qu’ils ne voulaient pas rater une minute de cette finale de la coupe du monde de rugby.

         La télévision nous montra les équipes alignées côte à côte dans le couloir des vestiaires, attendant l’appel par des trompes maories sonnées par des guerriers avec les tatouages adéquats. Puis, après les émouvants hymnes nationaux, les All blacks entamèrent leur traditionnel haka, et nous eûmes droit à une contre-offensive des Bleus (qui jouaient en blanc aujourd’hui) qui se positionnèrent en « V » avant d’avancer tranquillement vers l’équipe adverse pour leur signifier que leur danse guerrière ne les impressionnait pas. Image très forte qui restera dans les mémoires.

         Puis le match fut lancé et très vite les Français se montrèrent supérieurs dans la plupart des phases de jeu, ce qui n’empêcha pas les Néo-Zélandais de marquer le premier essai. Ceci, fort heureusement ne déconcentra pas nos compatriotes qui malgré leur domination n’arrivèrent pas à scorer en première mi-temps.

         Les Français allaient-ils s’effondrer en deuxième période comme cela leur arrive, hélas, trop souvent ? Et bien pas du tout, puisque, à la suite d’une superbe combinaison, ce fut le capitaine, Thierry DUSAUTOIR qui marqua l’essai français, et son premier en coupe du monde. Les joueurs continuèrent leur festival : Harinordoquy intraitable en touche, Palisson transperçant le rideau noir, Rougerie omniprésent, Nallet aux avant-postes, mais surtout Trinh-Duc entré après la sortie définitive de Parra et qui fut éblouissant : le French flair a bien dominé cette finale. L’équipe a simplement manqué de réussite et les dix dernières minutes ne furent pas jolies-jolies, l’équipe des « blacks », qui avait un point d’avance jouant la montre avec toute la roublardise dont ils étaient capables. Ne leur en voulons pas : si le score avait été inversé, je suis sûr que notre équipe aurait fait de même.

         Un superbe match : bravo Messieurs et merci.

Et ce n’est pas fini…  

Voir les commentaires

Et oui !...

22 Octobre 2011, 08:20am

Publié par Bernardoc

HD Primaire

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

De la mort des dictateurs.

21 Octobre 2011, 11:59am

Publié par Bernardoc

         L’OTAN  a vaincu le bédouin. On ne va pas pleurer sur le résultat. Mais le malaise que je ressens vient de la manière. On en est toujours à la loi du talion, cette négation absolue de la justice universelle. Et c’est la poursuite d’une longue série de mises à mort précipitées dans le plus pur style étatsunien : « Wanted, dead or alive ». Il me plairait de voir l’ensemble de l’Humanité s’élever contre cette politique, initiée par les USA et copiée avec beaucoup d’application par la Chine ou Israël (entre autres) qui consiste à se débarrasser sans délai des criminels qui sévissent un peu partout dans le monde. Car n’oublions pas les possibles dérives idéologiques, et je pense notamment au 11 septembre…1973.

         Après le couple CEAUSESCU, après Saddam HUSSEIN, après… voici maintenant KHADAFI. Mais je pense que, comme tout être humain, il aurait dû avoir droit à un procès équitable, et qui bien entendu n’aurait pas débouché sur ce crime atroce que constitue la peine de mort que l’Union Européenne peut s’enorgueillir d’avoir aboli.

         De plus, les outils internationaux existent pour que cette justice mondiale aboutisse. Alors pourquoi cette précipitation ? A-t-on peur de révélations qui pourraient être gênantes pour certains dirigeants ?

         N’oublions pas non plus l’indispensable aspect pédagogique que peuvent revêtir ces procès ; souvenons-nous de Nuremberg et de l’éclairage qu’il a pu apporter sur les atrocités nazi en décortiquant les processus afin que l’on puisse affirmer à l’issue du jugement : « Plus jamais ça ! ».

         Restent la Syrie, le Yémen et d’autres dictatures dans lesquelles le peuple est en train de bouger ; souhaitons que le peuple triomphe, mais pas la barbarie.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Dresden : dernier jour avant le retour.

20 Octobre 2011, 15:48pm

Publié par Bernardoc

         Le voyage touche à sa fin. Le matin, nous poursuivons notre découverte de la ville et de ses musées. Notre guide nous a conduit au musée Zwinger où il nous a fait découvrir la galerie des maîtres anciens avant de nous laisser découvrir à notre guise la collection de porcelaine comportant des pièces toutes plus étonnantes les unes que les autres. J’en ai profité pour déclencher l’alarme en voulant voir le derrière d’un vase exposé contre le mur, mais sans miroir permettant de le découvrir sous toutes ses coutures. Mais visiblement, vu l’absence de réaction des gardiennes, cela devait se produire assez souvent, et c’est d’ailleurs arrivé une ou deux fois pendant notre présence.

         Ensuite, nous nous retrouvâmes dans un restaurant situé juste en face de leur mini-miroir d’eau (rien à voir avec le nôtre !) que nous quittâmes pour nous diriger vers l’Elbe et la croisière qui nous attendait ; mais en chemin nous fîmes une courte halte pour faire un tour dans le marché, fort agréable.

         La croisière d’une heure trente, encore une fois par un beau soleil, nous permis d’apprécier la douceur de vivre qui semble habiter cette ville. Les berges faisaient alterner de superbes bâtisses, sûrement loin au-dessus  de nos capacités financières, avec des vignobles en coteaux ou des promenades champêtres probablement très fréquentées les fins de semaines. Comme lors de notre croisière sur la Spree à Berlin, des boissons, voire des repas sont proposés aux passagers, mais le paysage suffisait à nous nourrir.

         Dernier lien pour l’album au long de l’Elbe ci-dessous.

 

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/AuFilDeLEau?authuser=0&authkey=Gv1sRgCNbrpLDHoreVlgE&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…

 

        

Voir les commentaires

Refuser la misère.

19 Octobre 2011, 11:03am

Publié par Bernardoc

         Le 17 octobre est depuis des années la journée internationale du refus de la misère. A cette occasion, F3 a diffusé hier soir (on peut se demander pourquoi pas la veille) une biographie du père Joseph WRESINSKI, dont le nom n’est pas inconnu des Bordelais, puisque c’est le nom de l’amphithéâtre de l’athénée municipal. Ce curé qui vivait au milieu des pauvres dans les bidonvilles a été le fondateur d’ATD-Quart monde.

         J’avais rencontré ce mouvement il y a une quinzaine d’années alors que j’avais été désigné avec une assistante sociale pour participer à un stage national à Nice intitulé : Grande pauvreté et réussite scolaire. La personne qui avait introduit cette association était l’ancien recteur Claude PAIR, et cela faisait plaisir de voir qu’un haut fonctionnaire du ministère de l’éducation nationale prenait en compte cette catégorie de gens. Il n’était pas le seul, puisque le recteur JOUTARD avait produit un rapport sur le même sujet.

         Et j’ai retrouvé hier soir dans ce téléfilm les témoignages poignants que j’avais entendus à Nice, la volonté de ces gens de s’en sortir, notamment par leur volonté de rester en famille et d’aller à l’école, seul moyen pour eux de s’en sortir.

         Avec ma collègue, nous devions diffuser au niveau de l’académie ce que nous avions retiré de ce stage et nous avions élaboré un projet en ce sens. J’ai recontacté Nadia plusieurs fois à notre retour, mais elle m’a avoué que notre projet devait recevoir l’aval de sa supérieure hiérarchique (qui n’avait pas vécu ce stage), autorisation qui n’est jamais venue.

         Alors, de mon côté, j’ai diffusé l’information dans la ZAP (bien peu d’intérêt de la part des collègues), et pendant deux ans dans tous les stages de formation initiale ou continue qu’il m’a été donné d’animer ou auprès des stagiaires que j’accueillais au collège, et puis, comme rien ne se mettait en place au niveau académique, j’ai fini par laisser tomber.

         C’est pour cela que j’ai vu avec plaisir hier soir, un peu comme une piqûre de rappel, ce téléfilm hier soir consacré à Joseph l’insoumis.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

1 2 3 > >>