Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Canicule.

24 Août 2016, 06:18am

Publié par Bernardoc

Les risques pour l'employeur

Les articles L. 4121-1 à 5 du Code du travail stipulent que "l'employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique de tous les travailleurs".
Il a donc des devoirs vis-à-vis de ses salariés et cela implique qu'il doit anticiper les fortes chaleurs, évaluer les risques et donc informer ses salariés. D'un point de vue extérieur, on peut dire qu'il s'agit d'une action de « bon père de famille »
!

Si aucune démarche n'est entamée et qu'il y aurait des problèmes découlant de cette « non action », il peut être condamné pour une faute inexcusable, voire mise en danger de la vie d'autrui. De la même manière, il est peut être suivi pénalement à titre personnel pour atteinte involontaire à la vie d'autrui. Il encourt alors une amende de 3.750 euros et même de 9.000 euros et un an d'emprisonnement en cas de récidive ; sachant que "cette amende peut être appliquée autant de fois qu'il y a de salariés concernés".

Ainsi, le CHSCT (Comité d'Hygiène et de Sécurité et des Conditions de Travail), les délégués du personnel, l'inspection du travail sont compétents pour émettre des recommandations quant aux fortes chaleurs à venir. Le BTP, la boulangerie, le pressing, la restauration, les emplois d'extérieurs sont ainsi davantage surveillés en juillet et
août.

Honnêtement, je ne sais pas si ces articles existent toujours après la loi « El Khomri ».

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Entre les murs.

23 Août 2016, 14:26pm

Publié par Bernardoc

Le livre faisait partie des cadeaux que m'avaient offerts les collègues de Langevin lors de mon départ en retraite avec une dédicace disant combien ils avaient été heureux entre ces murs (amiantés) sous ma direction. Mais je dois avouer que j'avais besoin d'un laps de temps avant de me replonger dans des situations similaires à celles que nous avions partagées.

Hier soir, après la séquence d'arrosage du jardin, j'ai pris le film (Palme d'or en 2008, rappelons-le) en cours. Et j'ai revécu des séances que j'avais expérimentées, soit en tant que prof, soit en tant que Principal.

Par exemple le prof de techno qui reviens effondré en salle des profs, déprimé en sortant d'une classe vraiment pénible. Comment ne pas faire le rapprochement avec mes 2ème MRTP (Mécaniciens Réparateurs de matériels de Travaux Publics) : 36 élèves dans une salle exiguë, deux heures de suite avec anglais obligatoire mais examen facultatif : je ne retournais pas dans la salle des profs puisque j'avais terminé ma journée, mais j'étais le dernier à la quitter à 10 heures, quand il n'y avait vraiment plus personne ! Rude année pour un prof stagiaire !

Ensuite, réunion éducative où l'on parle du permis à points sans aboutir à un résultat. Cette proposition ne m'a jamais été faite lorsque j'étais Principal ; je l'aurais peut-être adoptée, mais sans enthousiasme. Ce qui a résonné en moi aussi, c'était les punitions que la majorité des profs avaient en tête : je n'ai jamais senti chez les profs présentés une réelle volonté éducative. Les parents étaient plus positifs.

En revanche, je n'ai jamais connu une telle attitude de délégués-élèves lors d'un conseil de classe. Il faut dire que j'ai toujours insisté sur la formation et que la parole leur était donnée au même titre que les autres représentants, sans attendre la fin quand tout le monde est toujours pressé.

Autre situation vécue : le départ précipité des parents et de l'élève exclu après un conseil de discipline, sans même écouter les possibilités de recours et de suite.

Oui, décidément, j'avais bien besoin d'entamer ma huitième année de retraite pour pouvoir apprécier cet excellent film, à froid.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Et si on essayait de parler français ?

22 Août 2016, 09:42am

Publié par Bernardoc

Voir les commentaires

La Cité du Vin.

21 Août 2016, 16:09pm

Publié par Bernardoc

La Cité du Vin.

Ce bâtiment bizarre, à l'aspect très futuriste, a été inauguré début juin dans un des quartiers périphériques de Bordeaux, quartier en pleine transformation, celui des bassins à flots. J'avais des doutes lors de sa construction, me rappelant du gigantesque flop de la « Cité mondiale », mais on m'avait dit que le concept était différent.

Nous avons profité de la présence d'une de nos belle-sœur, très fortement impliquée dans des projets européens, le dernier étant sur le vin autour de la Méditerranée, pour faire notre première visite dans ce lieu.

Le prix est élevé (20 € ) et il n'y a pas de réduction pour les vieux ; la visite est donc interdite à toute une frange de la société, ceux qui sont loin des 1 800 € du SMIC revendiqués par certain socialiste. Mais comme le temps était en plus menaçant, nous pensions que nous serions bien à l'abri.

Il existe plusieurs lieux dans ces huit étages : la boutique (très chère) au rez de chaussée ; l'exposition permanente au 2ème étage ; une exposition temporaire (exceptionnellement gratuite pour cause d'ouverture) et un lieu pour les ateliers (payants bien entendu) au 1er ; la dégustation d'un vin au 8ème avec un panorama sur la Garonne, et, je crois un restaurant au 7ème, mais nous n'avons pas fait de halte à ce niveau.

Nous avons donc commencé par le deuxième niveau, beaucoup de monde mais sans qu'on se bouscule et des tas de manières différentes et interactives de faire découvrir l'univers du vin. La visite se fait avec un instrument électronique et un casque audio mais qui ne colle pas aux oreilles, ce que personnellement j'ai beaucoup apprécié. Dommage que moins de trois mois après l'ouverture un certain nombre d'écrans ne réagissent déjà plus. Mais de très intéressantes expériences visuelles, qui donnent l'occasion de s'asseoir pour regarder (et écouter!) des présentations selon différents thèmes, au hasard le transport au cours des âges et l'érotisme (transports amoureux) en lien avec le vin.

Nous avons passé trois bonnes heures dans cette « Cité du Vin », et nous sommes loin d'avoir pu tout expérimenter. Il faudra y revenir.

Et ce n'est pas fini...

La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.
La Cité du Vin.

Voir les commentaires

Langevin, pas fini.

20 Août 2016, 13:59pm

Publié par Bernardoc

Langevin, pas fini.

J'y suis passé devant ce matin et ai découvert ce magnifique panneau. Sûrement cela va plaire aux gens du quartier qui étaient venus me dire : « Vous comprenez, j'habite dans la rue, donc mon fils ne pourra venir dans votre collège. Comment puis-je faire légalement pour qu'il aille ailleurs ? » « Mais chère Madame, faites-lui faire allemand LV1, il ira à Capeyron. »

Donc les entrées sont bloquées afin que le terrain métropolitain ne soit pas considéré comme aire de grand passage, comme l'an dernier. Les tas de briques, enfin l’œuvre d'art, sont toujours présents, attendant sans doute que l'artiste vienne les récupérer brique à brique. Il m'a semblé que le gymnase était en train d'être isolé, ce qui permettrait de l'utiliser y compris en cas de gel.

Je ferai d'autres photos au fur et à mesure de l'avancement des travaux.

Et ce n'est pas fini...

Langevin, pas fini.Langevin, pas fini.Langevin, pas fini.
Langevin, pas fini.Langevin, pas fini.

Voir les commentaires

MERCI !

19 Août 2016, 09:38am

Publié par Bernardoc

A part les pigeons voyageurs, vous avez utilisé à peu près tous les moyens pour me souhaiter mon anniversaire : La Poste (il en reste), FB, G+, courriels, textos, appels téléphoniques, WhatsApp, et bien entendu présence physique. Je ne suis pas sûr de Twitter, mais je maîtrise assez mal ce dernier média.

Ce fut une excellente journée, et on remet ça aujourd'hui pour Guilhem.

Donc un très grand MERCI aux dizaines qui se sont manifestés.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Les pilleurs.

18 Août 2016, 08:17am

Publié par Bernardoc

Il n'y a pas qu'au cimetière de La Chapelle de Savinhac Lédrier (voir plus haut Crève salope!) que de pauvres types, et pas forcément des types pauvres, dépouillent les tombes de leurs ornements.

Ce matin je suis passé à celui de St Médard d'Eissiduelh pour arroser l'hibiscus que nous avions déposé il y a moins d'un mois sur le caveau où repose Denise, une cousine germaine, depuis le mois de juin. Eh bien, lorsque je suis arrivé devant la pierre tombale avec mon arrosoir : plus d'hibiscus.

Mais comment peut-on oser s'en prendre à de tels symboles ? Si ça se trouve les auteurs de ces vols fréquentent assidûment les offices et surveillent les enterrements afin d'aller récupérer les hommages aux morts. Mais dans quel but ? Revendre les objets dans un vide-grenier ? Offrir des fleurs à moindre prix ? Mais alors, comme nous sommes à la campagne, les fleurs des champs représentent quelque chose, même si cela nécessite un certain temps pour les cueillir.

Heureusement, moi le mécréant, je ne donnerai pas ce plaisir à ces êtres détestables : je n'aurai pas de tombeau, juste peut-être une boîte si on ne peut faire autrement. Mais bien entendu le plus tard possible !

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Jeux paralympiques.

17 Août 2016, 06:50am

Publié par Bernardoc

Au moment où l'on annonce que le CIO va pomper dans les fonds destinés aux jeux paralympiques pour boucler le budget des JO, une bande annonce britannique que je vous offre.

https://www.youtube.com/watch?v=IocLkk3aYlk

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Service public ?

16 Août 2016, 14:16pm

Publié par Bernardoc

L'Europe veut la mort des services publics, qu'elle souhaite remplacer par des SIG (Services d'Intérêt Général) qui n'ont rien à voir avec une quelconque mission de service public. Et c'est bien parti, je viens d'en faire l'expérience avec un des fleurons de l'industrie française, nationalisée à la Libération : EdF.

Pour des raisons de commodité, il y avait un prélèvement mensuel concernant notre maison familiale, inhabitée pour le moment ; le prélèvement avait donc été réduit à 11 € mensuels. Et quelle ne fut pas notre surprise de voir un prélèvement de plus de 960 € pour « régularisation ».

Coup de téléphone, reconnaissance de l'erreur par l'entreprise, et appel d’EDF (facturation) m'intimant un rendez-vous sur place pour un éventuel remboursement. J'accepte ce rendez-vous (2h30 aller, péage, repas, péage, 2h30 retour) et aujourd'hui je reçois une lettre me disant que ce déplacement (que je n'avais pas sollicité!) va être facturé 36,73 €, ce dont la « conseillère » s'était bien gardée de m'avertir, sinon je ne l'aurai bien entendu pas accepté. Je téléphone immédiatement pour annuler le rendez-vous, mais il aurait fallu téléphoner deux jours avant. Conjonction avec un autre SIG : La Poste, qui n'a pas jugé utile de distribuer le courrier samedi.

Donc, demain je serai au rendez-vous, j'ai déposé d'ores et déjà une réclamation, fait annuler les prélèvements (mon courriel d'il y a deux semaines étant resté sans effet).

J'ai terminé en comparant EdF avec un autre SIG (la SNCF) qui nous traite comme des clients et non comme des usagers, et qui va même jusqu'à proposer des cars lorsqu'on demande des horaires de train ! Si ce n'est pas se tirer une balle dans le pied...J'ai vu des infos sur des consommateurs qui se regroupent pour négocier des tarifs avec le plus offrant, je me demande si je ne vais pas céder à cette tentation.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Festival interceltique.

15 Août 2016, 15:58pm

Publié par Bernardoc

Hier soir à la télé, retransmission du spectacle de Lorient. Mouais...je connais une bonne partie des pays celtes, que j'ai visités et dans lesquels j'ai parfois travaillé. J'ai été surpris de découvrir l'absence de l'île de Man et de la Cornouaille. Il y a 45 ans, lorsque je m'intéressais de près à ces pays, je me souviens que la Galicie avait été refusée dans la « Celtic League of Nations », la celtitude de cette province étant par trop diffuse. Et de fait, si on m'avait demandé à quoi faisait penser leur prestation, j'aurais sans hésiter fait le rapprochement avec l'Occitanie.

Quant à la présence de l'Australie et de la Nouvelle Zélande, je veux bien, même si je n'ai pas été convaincu. Quoique il y a bien New South Wales, mais que reste-t-il de leurs racines ? L'an prochain on invite les habitants de cette vallée de Patagonie qui ne connaissent pas l'anglais mais parlent gallois et espagnol ?

Et les États unis d'Amérique du nord ? New York n'est-elle pas la première ville irlandaise du monde ? Et la Polynésie dite « française » ? Avec tous les patronymes bretons qui y foisonnent, ont-ils tout oublié ? (Je crois bien, oui).

Une chose m'a frappé : un groupe défilait en portant des drapeaux irlandais, mais ils jouaient de la cornemuse écossaise ; car si je ne m'abuse, la cornemuse irlandaise se gonfle à l'aide d'un soufflet qu'on actionne avec le bras et non en soufflant avec la bouche, ce qui permet au sonneur de chanter en même temps.

Quant au spectacle proprement dit, les micros étaient mal réglés lorsque le chœur gallois chantait avec les orchestres (on ne l'entendait pas), et je me pose des questions sur « le prince de la cornemuse » comme le qualifiait le présentateur : d'où sort-il ce titre ?

Donc, déception globale, mais au moins ça nous changeait des JO.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>